le dimanche 17 avril 2016 | 40

Semaine mondiale pour les animaux victimes de l'expérimentation animale

À l'occasion de la semaine mondiale dédiée aux animaux exploités dans les laboratoires, Aroma-Zone s'associe à One Voice pour vous proposer une recette inédite.

Hr blog

Être en bonne santé, prendre soin de soi, sentir bon, entretenir sa maison, etc. Les actes du quotidien ne nécessitent aucun sacrifice animal. Mieux : vos choix de consommateurs sont pris en compte par les industriels qui veulent répondre à vos besoins et désirs. Vivre éthiquement, c'est donc contribuer à l'effet boule de neige qui peut bouleverser la société… Muriel Arnal, présidente de One Voice, était à Berlin la semaine dernière dans le cadre de la révision de la directive sur l'expérimentation animale. Le futur est en train de s'éclaircir pour les animaux de laboratoire… C'est le moment d'agir !

Aroma-Zone est un partenaire de longue date de One Voice, qui certifie leurs produits depuis dix ans. Aujourd'hui, il nous offre une recette exclusivement formulée pour l'occasion : le sérum huileux, bonne mine pour le printemps ! Retrouvez-la en bas de page.

En choisissant les produits labellisés par One Voice, vous vous assurez d'une certification indépendante, exigeante et dénuée d'intérêt financier : ce sont vos dons seuls qui nous permettent de développer le label… qui est actuellement d'autant plus important que les firmes françaises ne sont toujours pas aux normes à propos des cosmétiques, et qu'il est question d'initier à nouveau les enfants dès le lycée à la dissection !

Tout au long de cette semaine spéciale, One Voice vous proposera des actions sur les réseaux. Suivez-nous sur Facebook et Twitter ! Mettons un terme à la souffrance animale dans les laboratoires.

Pour agir aussi, nous vous proposons d'écrire aux marques que vous souhaiteriez voir labelliser leurs produits.

Ensemble, nous avons le pouvoir de changer les choses !

Dernière minute. Le Conseil D'État vient de permettre à nouveau les dissections dans les collèges et lycées mais le ministère de l'Éducation nationale a la possibilité de les interdire. Écrivez à la ministre de l'Éducation Nationale pour qu'il prenne un arrêté en vue d'interdire la dissection et plus généralement l'utilisation des organes et/ou des tissus d'animaux vertébrés et de céphalopodes dans tout l'enseignement secondaire.

Hr blog

Dans la thématique

À Mézilles, élevage et Etat font la paire contre les chiens
La résilience par les huiles de banane, l'entrepreneuriat éthique de Kadalys

Commentaires 40

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

tigrette87 | mardi 07 mars 2017

Bonjour malheureUsement nous sommes encore gouvernés par des cerveaux archaïques qui ne voient pas plus loin que leur nombrils, mêmes les premiers hommes sur terre avaient plus de bons sens, d'intelligence et de sensibilité.

milbaraka | mercredi 15 juin 2016

Attention ! Le conseil d'état a annulé la circulaire de la ministre pour des raisons purement formelles. Et le CE lui-même, (sauf erreur d'interprétation) suggère à la ministre de procéder autrement et de passer par voie de décret ou d'arrêté ! Le SNES (le syndicat d'enseignants qui a attaqué la circulaire) n'a donc obtenu qu'une victoire sur la forme, pas sur le fond.

Bonjour Mme La Ministre,
J'ai une grande admiration pour vous et vos différents engagements.
C'est à présent sur le sujet de la dissection d'animaux ou de morceaux d'animaux dans les collèges que je m'adresse à vous.
Comme le suggérait le Conseil d'Etat, je vous serais reconnaissante de bien vouloir, dans le cadre du pouvoir réglementaire que vous confère l'article L. 311-2 du code de l'éducation et dans le respect des procédures légales, faire interdire la dissection d'animaux vertébrés, morts ou vivants, dans les classes du secondaires, mais aussi, y interdire la dissection de morceaux d'animaux, quelque soit leur famille.

Pour "confronter au réel" les élèves, comme le préconisent les professeurs de SVT du SNES qui ont demandé à faire annuler votre circulaire, il suffirait de faire cours... au réfectoire ! Rien de tel pour "confronter au réel" que d'expliquer aux élèves QUI est la viande de leur blanquette, QUI il a fallu séparer de sa mère, puis abattre, pour fabriquer le Kiri du dessert, etc.
Merci, madame la Ministre, d'avoir essayé de faire entrer un peu de modernité et de civilisation (au sens noble du terme) dans les collèges. Nous sommes derrière vous!

s | dimanche 08 mai 2016

Madame la ministre de l'Education Nationale ,

S'agissant des dissections d'animaux en classe,il est inadmissible d'imposer de telles pratiques à des enfants ! Lesquels peuvent rester traumatisés à vie, c'est le cas de ma fille !
Cette pratique est inutile, compte tenu des avancées de la technologie actuelle .
C'est une régression insupportable et cruelle puisqu'il s'agit d'élever des animaux uniquement dans le but d'être disséqués en classe.
Alors que leur statut d'êtres sensibles vient d'être reconnu, il est intolérable de continuer dans cette pratique .
Je vous demande de prendre un arrêté en vue d'interdire la dissection et plus généralement l'utilisation des organes et/ou des tissus d'animaux vertébrés et de céphalopodes dans tout l'enseignement primaire et secondaire.

sylvia | lundi 02 mai 2016

L'animal est un être vivant sensible et non un accessoire scolaire.La décision du conseil d'état est rétrograde et je compte sur vous pour aller de l'avant.