le mercredi 16 décembre 2020 | 8

Sauvetage puissance dix : les tigres de Masson ne sont plus dans le camion !


Mis à jour le 30 décembre 2020

Les tigres en liberté sont en train de disparaître de la surface du globe. Ceux qui sont enfermés vivent un enfer. Pour les dix tigres et tigresses enfermés dans le camion du dresseur de cirque Mario Masson, devenus fous de souffrance, il y avait urgence. Dans le cadre de la plainte de One Voice déposée il y a presque un an à la suite de son enquête au long cours, d’une surveillance et d’une infiltration, et l’association de défense des animaux étant en capacité de leur offrir une vie dans un sanctuaire : la justice les a saisis. Démonstration par les actes qu’il est possible de sauver tous les captifs des cirques dès maintenant.

Hr blog

Une magnifique victoire pour ces tigres dressés par des circassiens

Après des mois d’incertitude, cette fois ce fut la bonne ! Les « 10 tigres dans 1 camion », comme nous avions nommé notre campagne pour les sauver, a enfin débouché sur leur saisie ! Depuis leur naissance, séparés de leur mère, ils n’avaient connu que bitume, barreaux et fouet. Ce 16 décembre 2020, après quasiment deux ans d’enquête et un combat acharné notamment en coulisses, Tim, Leo, Tara, Yma, Oona, Dian, Rani, Ashley, Lily et Douglas (nous en avons renommés certains) ont quitté la cour de l’usine désaffectée aux hauts murs de brique dans laquelle leur dresseur dissimulait le camion où ils étaient maintenus confinés depuis des années près de Beauvais.

Nous avons tout organisé : le transport en convoi exceptionnel, les places qui les attendaient au sein de notre refuge partenaire Tonga Terre d’Accueil pour les premiers soins, mais aussi des tanières individuelles dans un sanctuaire en Italie où prendra fin leur périple dès la procédure judiciaire terminée. Nous assumons l’intégralité des frais. Nous aurons pour cela besoin de votre soutien. Quel soulagement de les savoir à présent en sécurité et sur la route que nous avons pavée pour eux vers un avenir radieux.

Leur enfer n’avait que trop duré

Car notre enquête a montré qu’en un an chez le dresseur Masson (déjà accusé aux Pays-Bas et en fuite, pour mauvais traitements sur une éléphante, Betty, qui vient de mourir dans des conditions suspectes), jamais le « parc de détente » n’avait été monté. Ni avant ni après les « galas », comme il les appelle (un festival de cirque par-ci, par-là), ni l’été... Mais uniquement pour faire illusion dans les journaux, le jour où nous avons, enfin, révélé publiquement les images du calvaire de ces grands félins.

Nous devons rester prudents pour l’instant quant au diagnostic auquel s’attendre, mais les dix rescapés pourraient entre autres souffrir de surpoids, voire d’obésité liée notamment au manque d’exercice et de problèmes dus à la consanguinité.

Dans le camion, ils étaient enfermés ensemble, jour après jour, eux qui ne supportent pas la promiscuité... Leur seul horizon se limitait à une surface de moins de 2 m2 chacun sans occupation possible. Imaginez-vous cette vie, pour eux qui dans la nature règnent en solitaire sur un territoire de 200 km2, quand - nous ne le savons que trop bien à présent – pour un humain, rester chez soi pendant des semaines et voir une partie de ses libertés restreinte est déjà source de souffrances psychologiques.

La vie de cirque pour les animaux : une maltraitance

Comme l’a rappelé Barbara Pompili lors de ses annonces tant attendues du 29 septembre 2020, les animaux détenus dans les cirques le sont alors que la captivité en tant que telle est incompatible avec leur bien-être. À ce jour, les cirques n’ont pas été contraints de se conformer à une date butoir : aucun plan de démantèlement clair n’a encore été instauré... Pourtant, la réglementation est enfreinte à tant d’égards : papiers inexistants, trafic de bébés félins, identification par puçage électronique douteuse, mauvais traitements... Avec les cirques, on a l’embarras du choix.

Jeudi 17 décembre, au lendemain de cette saisie majeure, nous participons d’ailleurs à une nouvelle réunion de travail sur les animaux sauvages captifs avec le ministère de la Transition écologique. Nous venons d’établir qu’il était possible de sortir les individus captifs des cirques dès aujourd’hui !

Nous lançons une cagnotte afin de faire face aux premières dépenses de Tim, Leo, Tara, Yma, Oona, Dian, Rani, Ashley, Lily et Douglas : la nourriture, les frais vétérinaires et la construction de vastes enclos et tanières dans un sanctuaire. Des enclos durables, qui pourront accueillir plus tard d’autres animaux sauvés des cirques. Participez !

Nous avons transféré la cagnotte sur HelloAsso afin que vous puissiez bénéficier de la défiscalisation de vos dons.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Jumbo enchaîné à vie : le Cirque Muller obtient un certificat de capacité définitif Procès des Poliakov : la France protège-t-elle réellement les animaux sauvages ?

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Piercha | samedi 19 décembre 2020

Très sincères remerciements et toutes mes félicitations pour avoir sauvé et sorti ces tigres de l'enfer des circassiens qui n'ont aucune compassion envers les animaux et les maintiennent à vie dans l'enfermement dans des conditions déplorables ! Grâce a vous ils vont pouvoir être soignés et se mouvoir dans des espaces de semi-liberté. Vous êtes des personnes au grand cœur et respectueuses de la vie animale, n'en déplaise à la princesse de Monaco et à tous les bourreaux comme les circassiens qui détiennent des animaux sauvages dans des conditions intolérables que les humains eux-même ne pourraient supporter!
Votre tâche est immense et nous y contribuons dans la mesure de nos moyens selon la philosophie du colibris!

erics | jeudi 17 décembre 2020

Bonjour,
Merci pour votre combat ! Où sont les tigres en ce moment ?

Nina | mercredi 16 décembre 2020

Bravo et merci pour ces pauvres tigres qui vont enfin pouvoir tourner le dos à cette vie de misère et apprécier pleinement leur nouvelle vie !

Val de bourgogne | mercredi 16 décembre 2020

Merci pour votre engagement envers les animaux. Trop peu de personnes se sentent concernés et pourtant ce/votre combat est essentiel, notre "humanité" en dépend !!!