le jeudi 28 juillet 2022 | 21

Salon du chiot de Milly-la-Forêt : lettre ouverte à Eric Jalon, préfet de l'Essonne


Mis à jour le 30 septembre 2022

Nous avons reçu des images du salon du chiot qui s'est tenu à Milly-la-Forêt (91) le week-end des 23 et 24 juillet 2022. Sachant que ce week-end fut l'un des plus chauds de l'année, nous avons écrit à la préfecture de l'Essonne pour attirer son attention sur sa responsabilité vis-à-vis de ces animaux soumis au stress et à une intense chaleur.

Hr blog

Monsieur Éric Jalon
Préfet de l’Essonne
Cité administrative
Boulevard de France
CS10701
91010 Evry Courconnes cedex

Vannes, le 27 juillet 2022

Monsieur le Préfet,

Notre association a été alertée par la tenue du salon du chiot à Milly-la-Forêt les 23 et 24 juillet 2022. Deux cent cinquante chiots d’élevage ont été présentés au public et mis en vente lors de cet évènement.

En notre qualité d'association ayant pour objet notamment de protéger et de défendre les animaux et l'environnement, nous souhaitons attirer votre attention sur plusieurs points afférents au bien-être des animaux exposés.

Les images qui nous ont été envoyées montrent des animaux exposés à l’extérieur alors que la température avoisinait les quarante degrés. Malgré la présence de barnums, certains parcs sont majoritairement au soleil. Les animaux semblent souffrir de la chaleur (halètement, léthargie) et sont de surcroit soumis au stress du passage des visiteurs et du bruit. Une chienne et son chiot sont enfermés ensemble dans une petite cage où celle-ci n’a pas la place de se coucher.

En outre, lors de ces évènements, bien qu’autorisés par la législation en vigueur, les animaux sont considérés comme de simples marchandises, totalement réifiés au détriment du respect de leur individualité et de leurs besoins.

À l’heure actuelle, les refuges et les associations qui prennent en charge les animaux abandonnés, errants ou maltraités croulent sous les demandes et ne peuvent plus faire face aux nombreux appels à l’aide. L’organisation du salon du chiot, qui plus est dans de telles conditions, apparait en contradiction totale avec la responsabilisation des propriétaires à l’accueil d’un être complexe et sentient.

Les services vétérinaires de votre préfecture sont mandatés lors de tels évènements afin de contrôler le respect de la réglementation en vigueur notamment concernant les conditions de présentation et le bien-être des animaux. Nous sommes surpris que l’organisation du salon dans de telles circonstances n’ait pas engendré d’opposition de votre part.

Vous remerciant de l’attention que vous avez portée à cette lettre, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de notre parfaite considération.

Muriel Arnal
Présidente de One Voice

Hr blog

Dans la thématique

En infraction avec la loi, une animalerie propose encore d’acheter des animaux sans délai de réflexion Salon du chiot de Bourg-en-Bresse : lettre ouverte à Jean-François Debat, maire de la commune

Commentaires 21

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Cecilia | jeudi 05 janvier 2023

Les pauvres chiens !😔

trochu | mercredi 04 janvier 2023

Profondément en accord avec le commentaire de Manu, le maire de cette ville devrait avoir honte d'accepter encore de tels salons où les chiots qui sont encore des bébés, sont entassés, exposés comme de la simple marchandise et très souvent retirés à leurs mamans bien trop tôt, c'est inacceptable, tous les maires de France, doivent interdire tous ces salons de chiots ou d'autres animaux sur leurs communes, comme l'a déjà fait le maire de la ville de Colmar qui refuse depuis maintenant deux ans le salon du chiot. Que les autres prennent exemple, et fassent preuve de respect, de considération et d'empathie envers les animaux. Ces images sont choquantes et révoltantes c'est bouleversant que de voir ces pauvres bébés chiens enfermés et parqués pour être "vendus et achetés", ce n'est qu'abominable et nous devons dénoncer et mettre la pression sur tous les maires.

Manu | lundi 01 août 2022

C'est par ces images que l'on peut voir que la majorité des éleveurs n'en n'ont rien à faire de leurs animaux si ce sont bien des chiots issus d'élevages français ou qui ont étés expédiés des usines à chiots dans les pays de l'est!
Et honte à la commune qui a accepté de recevoir ce salon, il est temps que beaucoup de choses changent pour la condition animale!

eytak | dimanche 31 juillet 2022

honteux ce ne sont pas des objets