le jeudi 19 novembre 2020 | 2

Référé-suspension pour la chasse en Haute-Vienne pendant le confinement


Mis à jour le 19 novembre 2020

Si une chose est certaine, c’est que les chasseurs savent obtenir ce qu’ils veulent de nos gouvernants... En Haute-Vienne, la permission de sortir en groupe pendant le confinement leur a été accordée... pour tuer des animaux. Nous avons déposé un référé-suspension et un recours en annulation pour l’arrêté préfectoral du 5 novembre 2020 qui autorise cette dérogation insupportable. Nous serons au tribunal administratif de Limoges le 25 novembre à 14h30 pour défendre leurs vies !

Hr blog

Comme dans le Pas-de-Calais, en Loire-Atlantique, dans le Maine-et-Loire ou en Mayenne, l’arrêté préfectoral contesté a été pris quelques jours à peine après l’envoi d’une circulaire du ministère de la Transition écologique, parlant d’autorisation de la chasse de régulation, en opposition à ce qui serait une chasse de loisir... Pourtant, cette distinction n’existe pas dans le droit français.

Cet arrêté permet donc aux chasseurs de tirer dans les bois de la Haute-Vienne en groupe, quand l’ensemble des randonneurs, cyclistes, cueilleurs de champignons et familles sont confinés pour raisons sanitaires. Les forêts ne peuvent visiblement être que le théâtre du martyre et de l’agonie d’êtres vivants qui n’ont rien demandé à personne.

Et ici comme dans les trois départements de l’ouest du pays, les grands cormorans sont ciblés malgré le classement de leur espèce comme protégée. Sont aussi autorisés la traque des chevreuils, des cerfs et des sangliers, et le tir des renards à cette occasion. Enfin, les animaux qualifiés d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts sont eux aussi l’objet d’une traque sans relâche, et sans justification légale de notre point de vue.

Le sort de tous ces animaux inoffensifs - car aucune preuve n’est apportée desdits dégâts ni de leur surnombre - sera débattu en audience au tribunal administratif de Limoges le 25 novembre à 14h30. Nous refusons de les abandonner.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Non, la tuberculose bovine ne se propage pas plus quand on laisse la vie sauve aux blaireaux Coitus interruptus pour les déterreurs de blaireaux dans le Lot-et-Garonne

Commentaires 2

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Maggie | mardi 24 novembre 2020

Absolument d’accord avec vous. Dans un monde dit ‘civilisé’ quelle honte de faire souffrir les animaux dans l’intérêt d’un ‘sport’.

Oushka | jeudi 19 novembre 2020

Soutien total!
Nous voulons un autre rapport au monde, à la nature et au vivant. La législation française est en retard. Les anciennes générations tuent pour le plaisir et cela devient insupportable!
Lors des corridas elles sont autorisées à torturer et à mutiler sous les applaudissements...
Quelle honte de laisser faire!