le vendredi 18 mars 2016 | 5

Quel futur pour les orques d'Antibes ?

Tandis que SeaWorld stoppe la reproduction des orques, à Antibes, le spectacle reprend. L'année dernière, Freya, Valentin, Eclair et Mila sont morts. Que va-t-il advenir des survivants des inondations?

Hr blog

Les enfants perdus

Wikie, Inouk, Moana, Keijo… Quatre orques survivent aujourd'hui dans le bassin d'Antibes nettoyé, on l'espère, de ses eaux souillées. Comme si rien ne s'était passé, le Marineland compte poursuivre le show. Oubliée, la mort de Freya à l'âge de 34 ans, puis de son fils Valentin à 19 ans ! Oubliés, les décès des deux dauphins Éclair et Mila, qu'on avait d'ailleurs omis de signaler ! Oubliées, les inondations, qui ne cesseront pas de menacer le parc ! On change le directeur, et le Marineland d'Antibes s'envole pour une nouvelle saison.

Réouverture

Pour sa réouverture, le Marineland annonce que les spectacles d'orques seront revus. Les shows naguère théâtraux se feront pédagogiques et reproduiront des comportements naturels. « C'est un nouveau produit, déclare le parc, reprenant l'argumentaire de SeaWorld, et cela n'a rien à voir avec l'effet Blackfish. Il s'agit simplement de suivre les goûts du public qui souhaite se divertir en apprenant ». 

Mais en apprenant quoi ? Que les orques vont par quatre, alors qu'une seule communauté d'orques libres peut compter jusqu'à deux cents membres ? Qu'elles chassent en groupe les harengs, alors qu'un poisson mourrait au bout de cinq minutes dans l'eau chlorée des piscines ? Comment pourrait-on reproduire un « comportement naturel » dans une fosse en béton cernée de gradins ?

Rien ne change

Si vraiment SeaWorld les inspire, ils doivent eux aussi arrêter la reproduction des orques, comme le groupe américain vient de l'annoncer. Une reproduction artificielle basée sur des inséminations, qui provoque une souffrance terrible aux mères qui perdent de nombreux bébés, et qui en sont souvent séparés lorsqu'ils survivent... Et le Marineland peut même faire mieux, en entamant la réhabilitation des orques dans des sanctuaires marins ! Car une chose est sûre. Quelles que soient la mise en scène et la musique de documentaire du «nouveau produit», aujourd'hui ce seront toujours quatre orques captives qui les exécuteront. Pour elles, pédagogique ou pas, ce sera toujours un show pour gagner sa pitance et faire de l'exercice dans une cour de prison. Et lorsque le show s'achève, la souffrance de l'ennui et du confinement suit. Rien ne change.

Quel futur pour les orques d'Antibes ?

Les cétacés captifs meurent jeunes. Nul média ne semble s'être ému jusqu'ici de cette succession de décès en une seule année, ni de la situation psychologique de la bizarre «communauté» d'orques réduite à une femelle chargée de deux petits et à son frère malformé. Pourtant, si rien n'est fait, nos quatre orques mourront bien avant l'âge, au terme d'une vie sans but, sinistre et médicalisée… C'est un signal fort qu'a envoyé SeaWorld, l'esclavage des orques arrive à son terme ! Il est temps de transporter les survivants d'Antibes dans un sanctuaire marin en Islande, en compagnie d'autres détenus sortis de SeaWorld. One Voice est prête à soutenir ce projet. Ensemble, mobilisons-nous pour leur survie et leur liberté !

Hr blog

Dans la thématique

Inouk, l’éternel second
Sanctuaires marins à l’étude : pour une retraite décente des cétacés captifs

Commentaires 5

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Lilou | mardi 22 août 2017

Que de tristesse et de souffrance l'humain est vraiment pourri ; tant que des abrutis emmèneront leurs enfants dans ces mouroirs rien ne changera ; vous ne savez pas quoi faire ? Prenez un pique nique et baladez vous en forêt, laissez ces pauvres animaux tranquille, ils méritent de finir leurs jours dans un sanctuaire à l'abri de vos cris

Fuseebxl | dimanche 03 juillet 2016

Quel spectacle désolant! Ces animaux en captivité c'est du n'importe quoi. Leur place est en liberté et pas confinés dans des bassins en béton avec pour seule distraction d'amuser un public abruti!

Nicette | mardi 19 avril 2016

On sait très bien que Marineland Antibes
lançait son nouveau programme .
Pourquoi ne pas libérer ces pauvres orques ?
Tout ça, c'est une question d'argent.
Il faudrait faire un dépliant expliquant le sort des orques.
Je suis pour la liberté des orques, j'espère qu'un jour ils seront vraiment libres.
J'ai vraiment de la peine pour eux .
Ils ont pris leur liberté et leur vie.

Il faut tout simplement que les personnes n'aillent plus voir des spectacles d'orques
Ça fera perdre de l'argent à Marineland.

Exemple ce qui s'est passé aux États-Unis
Ils ont perdu beaucoup d'argent
Avec impatience de la loi qui va sortir en 2017

sibiline | vendredi 18 mars 2016

j'espère que ce projet ne restera pas à l'état de projet et se réalisera