le mercredi 01 septembre 2021 | 22

Procès des Poliakov : la France protège-t-elle réellement les animaux sauvages ?


Mis à jour le 03 septembre 2021

Le procès des Poliakov avait eu lieu le 12 mai dernier à Blois. La décision vient de tomber. Le couple de dresseurs de Micha, de Bony et Glasha, de Mina la guenon magot, des oiseaux rares et des poneys a été relaxé sur les sévices graves et sur tous les faits antérieurs à 2019. Prescription. Sacha Poliakov écope de 4 mois de sursis simple. Autrement dit : on peut donc maltraiter en paix en France. Et ce, bien qu’un ours soit mort. Nous faisons appel.

Hr blog

La France protège-t-elle réellement les animaux sauvages?

À la lueur des décisions de justice que l’on obtient procès après procès en France sur ce type de dossiers, on s’aperçoit que la justice est plus encline à sanctionner sur des infractions environnementales. Y aurait-il une loi de l’omerta, voire un tabou à sanctionner des détenteurs d’animaux issus de la faune sauvage sur des mauvais traitements ? Car des défauts de soin font l’objet de condamnations quand il s’agit de chiens et de chats... On le voit bien sur l’affaire du lion Eliott au Cirque Amar, ou celle de Jumbo, l’hippopotame détenu par le Cirque de la violente famille Muller. À chaque fois qu’on a des éléments objectifs, probants, les accusés sont in fine inquiétés sur des infractions environnementales seulement.

Pour les animaux détenus par les Poliakov, cette absence de sanction à la hauteur de nos attentes a lieu malgré un décès d’animal qui avait des asticots dans les pattes !

Une méconnaissance coupable

La méconnaissance de ces animaux - on le voit déjà dans les contrôles, les agents ne notant pas de problèmes particuliers dans les rapports d’inspections - se poursuit jusque dans les prétoires. Ceci est extrêmement grave.

Des lois de protection animale qui ne s’appliquent quasiment jamais

C'est incompréhensible. Tout se passe comme si les animaux de la faune sauvage étaient corvéables à souhait, à notre merci, et que donc, ils ne souffraient pas. Comme si on pouvait tout leur faire... Et de fait, c’est ce qui se passe. On peut se poser la question de savoir s’il y a une réelle protection de ces animaux dans notre pays. Nous faisons appel de la décision.

One Voice
Hr blog

Dans la thématique

Jumbo enchaîné à vie : le Cirque Muller obtient un certificat de capacité définitif Au Parc Saint Léger, cirque fixe : tripoter des lémuriens ou danser au milieu des lionnes

Commentaires 22

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Stéphane | samedi 11 septembre 2021

Cette décision de justice est lamentable.
Les Poliakov méritaient la prison ferme !!

J'ai eu l'occasion cet été de visiter le refuge de l'Arche - qui accueille temporairement Bony et Glasha - et j'ai eu le grand plaisir de voir les deux ours qui se portent à merveille ! :))

del | mardi 07 septembre 2021

prison ferme

Bertrus 05 | dimanche 05 septembre 2021

La justice de la monarchie absolue du monarque destructeur !!! Tout est fait pour tuer, massacrer, torturer, maltraiter les animaux. La France est la honte de l'Europe et du monde. La réponse sera dans le bulletin de vote.

Micky | samedi 04 septembre 2021

Tout se passe comme si en France on avançait de deux pas dans la protection animale pour aussitôt reculer de deux. Les défenseurs des animaux sont tolérés et très vite considérés comme des extrémistes dans la mesure où ils veulent faire avancer les choses. Il existe une hypocrisie ambiante qui consiste à se contenter de lois qui en fait ne sont jamais appliquées. Merci à One voici pour ce travail et ces informations. Il ne faut pas désespérer !!!