le samedi 29 mai 2021 | 63

Pour le gouvernement, les animaux sauvages captifs des cirques peuvent bien attendre


Mis à jour le 29 mai 2021

Une lanceuse d’alerte nous a transmis une note interministérielle datée du 4 mai 2021 destinée aux préfets. On s'étonne de la volonté affirmée du gouvernement de faciliter les exhibitions d'animaux sauvages, alors même que certains des animaux concernés sont inaptes à l'itinérance, selon les propres aveux de la ministre de la Transition écologique qui ne respecte d'ailleurs pas son propre calendrier. One Voice publie la note incriminée signée par trois ministres, s’insurge et dénonce cette situation inacceptable.

Hr blog

Photo : Jon à la sortie du cirque le 5 juin 2020

Des signaux ambivalents qui ne bénéficieront pas aux animaux !

Ainsi les ministres changent et se succèdent avec les mêmes promesses et effets d’annonce, sans jamais prendre de mesures tangibles. En attendant, de nouvelles naissances ont lieu : les uns rejoignent ces vies de misère, les autres alimentent le trafic d'espèces protégées… Pourtant ce qu’il faudrait, c’est anticiper sur la mise en place des mesures annoncées, et commencer dès maintenant à faire cesser la reproduction et l'itinérance pour certaines espèces. Le délai prévu par la ministre en septembre de l’année dernière étant déjà bien entamé.

Aujourd’hui, on n’a jamais eu autant d’informations sur les animaux sauvages ni autant de preuves d'irrégularités et d’infractions à la législation concernant les cirques. Quel message la prise de position de ces trois ministres envoie-t-elle ? Combien de temps va-t-on encore tolérer cette situation, à savoir que des activités concernant l'exploitation d'animaux sauvages – qui, faut-il le rappeler, sont en danger dans la nature – se fassent et se poursuivent en infraction avec la loi, qui pourtant est déjà bien peu protectrice ? Dans quel pays vit-on ? On est en 2021, jusqu'à quand cela va-t-il durer ?

C'est un signal ambivalent qui est ainsi envoyé à tous. Y compris à la profession circassienne, ce qui ne fait qu'alimenter ses revendications et complexifier la mise en place des mesures annoncées... et jamais appliquées.

« Une période de transition est nécessaire pour les animaux »...

Vraiment ? Les animaux ont besoin d’une période encore un peu plus longue dans les cages ? Sous les chapiteaux, dans des camions ? Entre musique tonitruante, lumière aveuglante et claquements de fouet ?... Combien de tigreaux, de lionceaux sont d’ores et déjà nés depuis les annonces ? Qui va les assumer ? Qui va les sauver ?

Un simple exemple : qui prend en charge les soins, la nourriture de Jon, Hannah, Patty, Céleste et Marli ? Tonga Terre d’Accueil et One Voice. Cela ne poserait pas le moindre problème s’il y avait au moins la volonté politique de faire respecter la loi et si ces situations ne cessaient de se présenter.

Des situations plus illégales et abominables les unes que les autres, parmi lesquelles :

Et cette note qui veut même empêcher les municipalités de prendre des vœux ou des arrêtés pour faire bouger les lignes... On s’étrangle.

Elle mentionne notamment une « activité légale, encadrée, contrôlée » : parce que c'est le cas aujourd’hui ? Combien de cirques mènent des activités illégales ? Rien qu’à la billetterie... alors dans les camions ! Où est la volonté de faire appliquer la loi ? « Pour éviter que des manifestations hostiles ne visent à empêcher le déroulement des spectacles dès lors que les règles en vigueur sont respectées. » Mais quel cirque respecte aujourd'hui l’intégralité des règles en vigueur ?!

One Voice le martèle depuis plus de vingt ans : la France est un pays de non-droit pour les animaux détenus dans les cirques. Trois ministres de la République, Barbara Pompili, Gérald Darmanin et Roselyne Bachelot, viennent de le prouver une nouvelle fois et dans l’expression la plus limpide. Notre incompréhension est totale.

Hr blog

Dans la thématique

Jumbo enchaîné à vie : le Cirque Muller obtient un certificat de capacité définitif Procès des Poliakov : la France protège-t-elle réellement les animaux sauvages ?

Commentaires 63

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Résistance | vendredi 24 septembre 2021

Le maire de Tournefeuille (31170) a demandé à ce que le cirque Star Circus, en ce moment sur la commune, cache ses 2 lionnes et ne les fasse pas participer au spectacle pour que le public pense que ce cirque ne détient pas de fauves. C'est ce que m'a révélé un des employés du cirque en m'invitant à aller voir les lionnes à l'arrière. Il m'a dit que c'était la seule municipalité qui avait exigé cela. Voilà comment ce maire obéit aux instructions du Préfet, demandant aux maires d'éviter que ces "pauvres" circassiens aient des ennuis avec les défenseurs des animaux. Alors que ce sont les circassiens qui sont parfois hyper violents. J'ai demandé à ce que le maire me reçoive, mais je pense que je peux attendre longtemps.

Un enthousiaste | lundi 13 septembre 2021

Je suis quelqu'un qui cherche toujours à en savoir davantage. Ma sensibilité ne peut me laisser indifférent... Sachez-le, les politiques dont on parle ont un handicap émotionnel qui se manifeste par une réduction du cortex préfrontal. L'activation de cette zone est nécessaire pour pouvoir aimer, éprouver, ressentir et prendre des décisions de bon sens!
Il a été démontré que nous pouvions évaluer, chez l'humain, le degré d'handicap dont je vous parle. Ainsi, les fonctions nécessitant des prises de décision dans l’intérêt du plus grand nombre seraient réservées aux individus empathiques qui passeraient ces tests spécifiques. Les compétences mobilisées pour l'obtention de qualifications ou de concours étant d'une autre nature. Tout ceci pouvant évoluer au gré du temps, des traumatismes ou des guérisons, les tests indiqués seraient reconduit pour vérifier si le décisionnaire est toujours apte à prendre des décisions pour l'intérêt public.
Les plus justes des décisions sont celles qui requièrent du savoir mais surtout de l'empathie.

Nicole | samedi 19 juin 2021

Ceux qu'il faut punir aussi, ce sont ceux qui payent pour aller admirer ces horreurs ! Ils sont aussi responsables de la maltraitance animale!

MOUMOUNE | lundi 14 juin 2021

On arrivera jamais à mettre tous ces animaux en sécurité, les politiques en ont rien à faire. Jamais ils ne prendront partie pour les animaux, ce sont des pourris d'humains et pourtant les associations et nous à notre niveau, nous nous battons pour eux, marre de tous ces tarés qui les maltraitent ce que l'on voit ne donne pas le moral. De tout coeur avec vous, pour ce que vous faites.
Merci pour toutes ces petites puces!