le mardi 27 septembre 2022 | 11

Peut-être pas le « Pablo Escobar du Rigaou », mais ce retraité a tué et revendu des milliers de rouges-gorges


Mis à jour le 02 décembre 2022

Ce 26 septembre, le tribunal judiciaire de Toulon a tranché : un braconnier écope d’une lourde peine après avoir piégé, tué et vendu des milliers de rouges-gorges. One Voice se réjouit de cette décision mettant fin à des années de sévices contre une espèce protégée.

Hr blog
« Mais où étaient les chasseurs ce lundi, pour défendre la biodiversité, eux qui touchent des millions d’euros pour cette mission ? On ne les a ni vus ni entendus évidemment. Sans l’OFB et nos associations, les rouges-gorges déjà si fragilisés continueraient de périr braconnés ou piégés à la glu. Qu’on ne s’y trompe plus, les seuls défenseurs de la biodiversité, c’est nous ! »
Muriel Arnal, présidente de One Voice

Mardi 26 septembre 2022 se tenait l’audience nous opposant à un agriculteur retraité poursuivi pour destruction et vente de rouges-gorges au Revest-les-Eaux, ainsi que détention d’armes sans autorisation.

One Voice ainsi que l’ASPAS, France Nature Environnement PACA et la LPO se sont toutes quatre portées partie civile dans cette lugubre affaire incriminant cet homme s’étant livré régulièrement à des activités illégales de capture et de mise à mort de rouges-gorges en quantité́ phénoménale.

Pour perpétrer ses forfaits, le prévenu possédait plusieurs pièges, aussi « traditionnels » que cruels, et dont l’usage a pourtant été suspendu par le Conseil d’État à la suite de notre recours en 2021. En l’occurrence, ce sont des mâchoires d’acier qui se refermaient sur le cou de ses victimes. Une fois décapitées, il les consommait ou les congelait pour les écouler sous le manteau.

Aux termes de ses propres déclarations, il braconnait ainsi 20 à 25 rouges-gorges par jour, soit selon la projection de l’Office Français de la Biodiversité́, 5000 oiseaux tués par saison annuelle !

Sur les dénonciations d’un témoin lui ayant acheté des rouges-gorges 8 euros la douzaine, nous avons découvert que le braconnier pratiquait ces exactions de longue date et était responsable de la mort de dizaines de milliers de rouges-gorges supplémentaires...

Face à de tels délits et après une audience très dense, le procureur a requis 5.000 euros d’amende, l’interdiction de détenir une arme et la publication du jugement dans Le Chasseur français.

Le tribunal correctionnel est allé beaucoup plus loin. Il l’a condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, 25 000 euros d’amende, la confiscation de tous les scellés, l’interdiction de détenir une arme, l’indemnisation de toutes les parties civiles à hauteur de 3000 euros de préjudice moral chacune, ainsi que la publication de sa décision dès son caractère définitif dans Le Chasseur français.

*Rigaous : nom provençal des rouges-gorges.

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Pendre des corps de renards : nouveau sport national ? Jura, Alpes-de-Haute-Provence : face aux préfets, One Voice au secours des loups

Commentaires 11

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

bat | dimanche 16 octobre 2022

Bonjour, j'habite Genève, en banlieue; c'est aussi une grande ville, certes moins dense niveau "urbanisation", mais il y en a encore beaucoup ici des moineaux; je suspecte donc une intervention volontaire, à moins que l'extrême densité urbaine de Paris soit fautive. De plus, s'il y a des pigeons, les moineaux devraient avoir tenu aussi. C'est très triste. Cela m'indique que c'est un scénario possible pour ici. Je suis désolé que vous n'ayez plus de moineaux.

Pour l'article, rien n'est dit quant à "ce monsieur est désormais interdit de chasser des oiseaux"? J'espère que c'est le cas, mais il n'y en a pas mention.

Merci One Voice.

Chritounette | mardi 11 octobre 2022

6 mois, c'est trop peu pour un tel assassin !

Chanchan | mardi 04 octobre 2022

Enfin, une peine exemplaire face à tant de barbarie ! Une peine de prison ferme aurait été plus que méritée et dissuasive pour d'autres monstres du même acabit.

Patricia | dimanche 02 octobre 2022

J'ai constaté, habitant Paris depuis des années, qu'il y avait carrément moins de mésanges et aucun rouge-gorge l'hiver alors qu'avant oui. Mais, ce qui m'a frappé cette année c'est qu'il y a - dans mon quartier - un nombre important - anormal - de pigeons avec des fils entourés autour des pattes et même liées entre elles - je les attrape et leur retire, ça ne marche pas toujours malheureusement - un nombre, mais aussi beaucoup de pigeons malades - manque de plumes, plumes très sales, pattes absentes ou malades, etc....-. Vraiment un nombre anormal, rien à voir avec les années passées.
Ça mériterait de se pencher sur ce problème, mais j'entends déjà certains dire que "ce ne sont que des pigeons " !
Quant à ce monsieur tueur de rouges-gorges, il est dommage qu'il ne fasse pas un peu de prison ferme en plus des amendes.
L'Homme est capable des pires actes, aucune espèce dans ce monde ne peut lui faire concurrence !

Chanchan | mardi 04 octobre 2022

Je réside également à Paris et je fais le même constat. De surcroît, les adorables petits moineaux ont totalement disparu depuis plusieurs années.
Que sont-ils devenus ?
J'ose espérer qu'ils n'ont pas été éradiqués par l'intervention humaine.