le mercredi 10 février 2016 | 50

Ouvrir un delphinarium : l'étrange idée du zoo de Beauval


Mis à jour le 05 mars 2018

Le zoo de Beauval a annoncé vouloir accueillir des dauphins. One Voice s'oppose fermement à ce nouveau projet de delphinarium !

Hr blog

Tous les delphinariums français ont été ouverts au siècle dernier. Depuis lors, l'effet « Blackfish » est passé par là, ouvrant les yeux du grand public sur la souffrance des cétacés captifs. Aux USA, le documentaire de Gabriela Cowperthwaite a déjà fait son œuvre. Les actionnaires de SeaWorld s'inquiètent des pertes financières en cascade qu'ont entraînées ces révélations. À l'image de son modèle américain, le Marineland d'Antibes se voit lui aussi contraint de proposer des shows d'orques « pédagogiques » ou de se défendre des « calomnies » par vidéos interposées. Tout porte à croire que ces stratégies médiatiques ne sauveront pas le parc antibois du même désastre financier que SeaWorld.

Aussi est-ce avec grande prudence que deux entreprises indépendantes se lancent dans l'aventure. Le Zoo d'Amnéville semble déjà échaudé par la levée de boucliers générale qu'a suscitée son projet de delphinarium. Le Zoo de Beauval, pour sa part, se montre prudent. Le brusque intérêt que la Toile porte à son intention d'accueillir des dauphins l'oblige à se justifier.

Dans un message publié sur sa page Facebook, le zoo nous assure ainsi que sa démarche est légitime : « les parcs zoologiques modernes s'investissent en permanence dans des programmes d'élevage et de reproduction gérés à l'échelle internationale. Des programmes dont le succès se voit fréquemment confirmé par des taux de natalité en hausse. Le cas précis des dauphins démontre que la population européenne dans les parcs animaliers croît continuellement ; 34 mâles et 21 femelles sont nés entre 2009 et 2014 ».

Impossible de vérifier ces chiffres. Il n'existe en effet aucun inventaire des cétacés captifs à l'échelon européen semblable au Marine Mammal Inventory Report mis en place par le gouvernement des États-Unis, ce qui est extrêmement regrettable. En revanche, les décès annoncés dans la presse nous apprennent que les cétacés nés en captivité dépassent rarement l'âge de vingt ans. La consanguinité et les conditions de vie aberrantes affaiblissent leurs résistances psychophysiologiques et réduisent drastiquement leur espérance de vie. L'extinction annoncée de la population captive obligera tôt ou tard les delphinariums à procéder à de nouvelles captures ou à « sauver » de nouvelles orques « sourdes » comme Morgan.
Si les programmes de reproduction sont déjà d'une efficacité plus que douteuse pour les éléphants ou les grands singes, ils n'ont évidemment aucun sens dans le cas des cétacés. L'espèce Tursiops truncatus qui peuple nos bassins n'est nullement menacée selon l'IUCN. L'élevage en bassin ne sert qu'à renouveler les stocks d'animaux de spectacle. Aucun d'entre eux n'est jamais remis en mer.

Le ZooParc poursuit son plaidoyer : « Nous soutenons inconditionnellement l'interdiction de toute capture de dauphins dans la nature. De même, nous condamnons fermement les actes perpétrés dans la baie japonaise de Taiji ». C'est bien. Mais en déclarant son intention d'ouvrir un delphinarium — dans un futur éloigné, précise-t-il —, le Zoo de Beauval envoie pourtant un signal clair à tous les entrepreneurs des pays émergents : « Ouvrez des parcs marins ! C'est un secteur rentable ! ».

Cette attraction date d'un autre siècle, rappelons-le. Elle ne correspond plus à la sensibilité du public, ni à l'éthique, ni aux données de la science. On ne réduit pas en esclavage des personnes animales, dotées de conscience de soi, de cultures, de dialectes et d'une vie sociable sophistiquée, mais surtout de qualités morales et affectives que l'humanité devrait leur envier.
Garder des cétacés captifs, cela fait désormais mauvais genre. C'est passé de mode…

Dernière minute. Le zoo de Beauval a abandonné son projet de delphinarium. Depuis ces derniers mois, One Voice n'avait pas relâché la pression, c'est une immense victoire !

L'abolition est en marche! Continuons le combat pour la fermeture des delphinariuns en France, signez la pétition !

Hr blog

Dans la thématique

Face aux annonces de Barbara Pompili, Loro Parque ment sur les delphinariums... Quelle surprise ! Arrêté delphinarium au Conseil d’État : un rapporteur hors sujet

Commentaires 50

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

an | jeudi 11 février 2016

Non aux delphinariums, à Beauval et ailleurs.

ssweet | jeudi 11 février 2016

Non au delphinarium...Laissez-les libres...!!

JOhnjohn | mercredi 10 février 2016

La motivation pour un nouveau système d'exploitation de ces cétacés sensibles ne peut venir que d'un plan financier pour rentabiliser sur leur dos le parc. Issus de massacres monstrueux de familles entières. Ces animaux ne peuvent continuer à êtres emprisonnés dans des conditions inadaptées à leur besoin de calme et d'aventures intuitives. Les niveaux sonores de ces espaces de spectacles sont insupportables pour ces animaux à l'ouïe très fine au delà de notre évaluation.
Grosse déception du choix de ces gérants qui s'alignent sur les lois du marché avant le bien être animal...Aveu d'exploitation avant tout...

Willemien333 | mercredi 10 février 2016

Honteux ce projet de Delphinarium quand toutes les études montrent que ces pauvres animaux dépriment, deviennent fous et j'en passe......!