le mercredi 10 février 2016 | 50

Ouvrir un delphinarium : l'étrange idée du zoo de Beauval

Le zoo de Beauval a annoncé vouloir accueillir des dauphins. One Voice s'oppose fermement à ce nouveau projet de delphinarium !

Hr blog

Tous les delphinariums français ont été ouverts au siècle dernier. Depuis lors, l'effet « Blackfish » est passé par là, ouvrant les yeux du grand public sur la souffrance des cétacés captifs. Aux USA, le documentaire de Gabriela Cowperthwaite a déjà fait son œuvre. Les actionnaires de SeaWorld s'inquiètent des pertes financières en cascade qu'ont entraînées ces révélations. À l'image de son modèle américain, le Marineland d'Antibes se voit lui aussi contraint de proposer des shows d'orques « pédagogiques » ou de se défendre des « calomnies » par vidéos interposées. Tout porte à croire que ces stratégies médiatiques ne sauveront pas le parc antibois du même désastre financier que SeaWorld.

Aussi est-ce avec grande prudence que deux entreprises indépendantes se lancent dans l'aventure. Le Zoo d'Amnéville semble déjà échaudé par la levée de boucliers générale qu'a suscitée son projet de delphinarium. Le Zoo de Beauval, pour sa part, se montre prudent. Le brusque intérêt que la Toile porte à son intention d'accueillir des dauphins l'oblige à se justifier.

Dans un message publié sur sa page Facebook, le zoo nous assure ainsi que sa démarche est légitime : « les parcs zoologiques modernes s'investissent en permanence dans des programmes d'élevage et de reproduction gérés à l'échelle internationale. Des programmes dont le succès se voit fréquemment confirmé par des taux de natalité en hausse. Le cas précis des dauphins démontre que la population européenne dans les parcs animaliers croît continuellement ; 34 mâles et 21 femelles sont nés entre 2009 et 2014 ».

Impossible de vérifier ces chiffres. Il n'existe en effet aucun inventaire des cétacés captifs à l'échelon européen semblable au Marine Mammal Inventory Report mis en place par le gouvernement des États-Unis, ce qui est extrêmement regrettable. En revanche, les décès annoncés dans la presse nous apprennent que les cétacés nés en captivité dépassent rarement l'âge de vingt ans. La consanguinité et les conditions de vie aberrantes affaiblissent leurs résistances psychophysiologiques et réduisent drastiquement leur espérance de vie. L'extinction annoncée de la population captive obligera tôt ou tard les delphinariums à procéder à de nouvelles captures ou à « sauver » de nouvelles orques « sourdes » comme Morgan.
Si les programmes de reproduction sont déjà d'une efficacité plus que douteuse pour les éléphants ou les grands singes, ils n'ont évidemment aucun sens dans le cas des cétacés. L'espèce Tursiops truncatus qui peuple nos bassins n'est nullement menacée selon l'IUCN. L'élevage en bassin ne sert qu'à renouveler les stocks d'animaux de spectacle. Aucun d'entre eux n'est jamais remis en mer.

Le ZooParc poursuit son plaidoyer : « Nous soutenons inconditionnellement l'interdiction de toute capture de dauphins dans la nature. De même, nous condamnons fermement les actes perpétrés dans la baie japonaise de Taiji ». C'est bien. Mais en déclarant son intention d'ouvrir un delphinarium — dans un futur éloigné, précise-t-il —, le Zoo de Beauval envoie pourtant un signal clair à tous les entrepreneurs des pays émergents : « Ouvrez des parcs marins ! C'est un secteur rentable ! ».

Cette attraction date d'un autre siècle, rappelons-le. Elle ne correspond plus à la sensibilité du public, ni à l'éthique, ni aux données de la science. On ne réduit pas en esclavage des personnes animales, dotées de conscience de soi, de cultures, de dialectes et d'une vie sociable sophistiquée, mais surtout de qualités morales et affectives que l'humanité devrait leur envier.
Garder des cétacés captifs, cela fait désormais mauvais genre. C'est passé de mode…

Dernière minute. Le zoo de Beauval a abandonné son projet de delphinarium. Depuis ces derniers mois, One Voice n'avait pas relâché la pression, c'est une immense victoire !

L'abolition est en marche! Continuons le combat pour la fermeture des delphinariuns en France, signez la pétition !

Hr blog

Dans la thématique

Inouk, l’éternel second
Sanctuaires marins à l’étude : pour une retraite décente des cétacés captifs

Commentaires 50

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Titi | samedi 10 décembre 2016

De pire en pire, déjà que le spectacle de tigres du zoo d'Amnéville est un scandale ( http://moicameleon.fr/zoo-d-amneville-troisieme-plus-grand-zoo-de-france/ ) mais alors des dauphins non !

Dodo | mardi 14 juin 2016

Il est parfois nécessaire de sensibiliser le public aux dangers que font courir les Hommes sur les cétacés, les zoo modernes tels que Beauval ont la volonté de créer des enclos les plus réalistes et vastes possibles pour le bien être des animaux, et c'est grâce à des infrastructures de ce type que les parcs zoologiques peuvent sensibiliser le public. De plus, les forts taux de naissances en parcs sont les témoins du bien-être des animaux à Beauval et ailleurs.

Bouclette | jeudi 11 février 2016

On devrait mettre tous ces décideurs dans une boîte... faudrait pas attendre longtemps...

FaairyTail | mardi 04 octobre 2016

Tu as totalement raison. Malheureusement, beaucoup n'ont pas la même manière de penser que nous et c'est bien triste. :/ Mais si nous nous mobilisons un jour, on y arrivera ! Je l'espère en tout cas. :(

Kay | jeudi 11 février 2016

Non mais c'est n'importe quoi!
Ils détiennent déjà des otaries et des lamantins dans des bassins minables. Surtout pour les lamantins, les pauvres... On a beau dire que c'est un beau zoo, que les animaux sont bien, etc. Mais moi je suis totalement contre. Sincèrement je m'y suis rendue l'été dernier et j'ai passé un très mauvais moment, je me suis dit que c'était la dernière fois que je mettais les pieds dans un zoo. C'est si horrible de voir des animaux enfermés de la sorte...