le vendredi 17 août 2018 | 8

One Voice partenaire de l’exposition Photogr’Afrique pour la faune sauvage africaine

De la petite taupe dorée au lion majestueux, l’Afrique regorge d’une faune à couper le souffle. Avec son projet Photogr’Afrique et ses magnifiques photos, Mathieu Courdesses, photographe passionné par le continent africain, veut sensibiliser le public à la protection des animaux sauvages de ce territoire en danger.

Hr blog

Enfant, c’est lors d’un voyage en Namibie avec sa famille que Mathieu tombe amoureux du continent africain. Aujourd’hui guide de safaris haute saison, il sillonne le territoire à la recherche de sa faune majestueuse et en profite pour assouvir sa passion pour la photographie.

Conscient des enjeux à l’œuvre dans cette région du monde où s’entremêlent à la fois chasses légales, braconnage et tourisme animalier, Mathieu Courdesses souhaite, à travers ses clichés, montrer toute la beauté de la faune africaine et sensibiliser la population européenne à l’importance de la préserver. « J’ai pris conscience que certaines espèces allaient disparaître, ça m’a beaucoup touché et je me suis dit que je devais sensibiliser la population. Montrer aux gens qu’il existe une région encore très sauvage en Afrique et qu’il faut la préserver. »

En Afrique, le braconnage fait en effet disparaître un éléphant toutes les 15 minutes et 4 rhinocéros par jour. Après la drogue et les armes, le trafic des espèces menacées est le troisième au monde.

Ainsi, même si l’on constate de très grandes disparités sur le continent, certaines espèces se raréfient de manière alarmante : « En Namibie, il y a notamment un gros problème avec les rhinocéros noirs, qui sont de plus en plus difficiles à trouver. Leur population est très menacée. Lors de mon premier voyage en Namibie, on trouvait facilement les rhinocéros en se rendant aux points d’eau. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus difficile, à cause des braconniers qui les chassent pour leur corne. »

Les moments immortalisés par Mathieu sont des instants sauvages et uniques. Ils captent le regard, l’émotion. Ses photos sont sa réponse à l’idée largement répandue que nous, les humains, serions au centre du monde. Elles cherchent à interpeller le spectateur, à provoquer chez lui une prise de conscience. Le monde ne nous appartient pas ! « L’humain peut avoir un impact négatif énorme, mais je suis convaincu qu’il peut aussi jouer un rôle important dans la protection des animaux. »

Pour Mathieu, il est essentiel de garder espoir : « Tout n’est pas négatif, tout n’est pas noir. Je constate une prise de conscience grandissante pour la préservation de la grande faune africaine ». Il travaille d’ailleurs actuellement sur une web série documentaire pour la protection animale avec le réalisateur Gilles de Maistre.

Les humains sont capables de lutter contre le massacre des espèces animales. Certains, de plus en plus nombreux, se battent sur place pour la protection des animaux, et avec de très belles réussites : « Alors qu’il n’y en a presque plus au Congo, on voit de plus en plus d’éléphants, en Afrique Australe par exemple. Il y a quelques années, je suivais des troupeaux d'éléphants qui comptaient 10 ou 15 individus. Aujourd’hui, je recroise les mêmes troupeaux avec 30 ou 40 individus de tous les âges ! »

L’exposition Photogr’Afrique tourne actuellement dans différents lieux en France. 50 % des recettes liées à la vente des photographies et livres photo de l’exposition sont reversées à One Voice pour soutenir sa lutte dans la préservation de la faune sauvage.

Restez informés des prochaines dates sur son site internet.

« Au-delà de son sérieux et son dynamisme, One Voice c’est une grande arche qui accueille toutes les sensibilités à la protection animale. Elle accepte aussi bien le plus acharné des défenseurs, que l'âme sensible au bien être animalier. C'est pour cette raison que j'ai choisi de mettre mes photographies au service de l’association. »
Mathieu Courdesses

Crédit photographique : Mathieu Courdesses

Hr blog

Dans la thématique

Encore un arrêté ou comment tuer toujours plus de loups
Baignade forcée sous une marée de regards pour un éléphant captif

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Karine et Philippe | lundi 27 août 2018

Les élus politiques du monde entier devraient prendre en considération le bien être des animaux sauvages et mettre tout en oeuvre pour les protéger des braconniers qui les tuent sans pitié pour revendre certains de leurs organes comme produits aphrodisiaques. A force de massacrer les animaux, il ne restera plus rien sur cette planète, à part les êtres fous furieux qui s'entretueront pour être les plus forts en bêtise humaine.

pouguy | jeudi 23 août 2018

l'Afrique est un grand continent pour la faune animale, laissons lui son territoire et faisons comprendre aux gens que chacun a le sien

PATRICIA | jeudi 23 août 2018

PROTÉGEONS LA FAUNE ET LA FLORE
C'EST L'ENJEU DE MAINTENIR NOTRE PLANETE EN VIE
S'IL Y A DES PERSONNES POUR NE PAS COMPRENDRE CELA ALORS ON EST MAL PARTI ET NOTRE PLANÈTE AVEC

mumu | jeudi 23 août 2018

quel bel hommage que vous rend ce photographe ! félicitations !