le mardi 10 novembre 2020 | 22

One Voice contre l’élevage de visons de Montarlot : victoire !


Mis à jour le 11 novembre 2020

À la suite de l’audience du 13 octobre dernier au tribunal administratif de Besançon, nous avons obtenu gain de cause : l’autorisation d’agrandir l’élevage de Montarlot délivrée par la préfecture de la Haute-Saône a été annulée. L’heure n’est plus à l’agrandissement mais à la fermeture immédiate des quatre dernières fermes à fourrure. Vivre encagé, être gazé pour les "besoins" de l‘industrie de la mode ou pour cause de pandémie... Plus aucun vison ne doit naître dans ces élevages.

Hr blog

L’arrêté émis par la préfète de la Haute-Saône en décembre 2017 autorisant l’éleveur à augmenter la capacité de sa ferme à fourrure pour passer de 2000 à 7700 animaux est annulé. Les conclusions de l’association française des éleveurs de visons ont été considérées comme irrecevables.

Une décision qui tombe à point nommé

Outre les preuves que nous avons apportées au tribunal, démontrant que cet arrêté préfectoral n’était pas conforme, aujourd’hui l’heure est à la fermeture de ces élevages. Fermeture qui ne peut plus attendre en France non plus.

« J'ai demandé aux services du ministère de procéder aux contrôles de l'ensemble des élevages de visons d'Amérique en France. Je mettrai en œuvre les suites nécessaires si des manquements ou des irrégularités sont constatés. »
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, répondant à nos inquiétudes sur les élevages de visons en France dans un courrier daté du 27 octobre

Car les visons dans les fermes à fourrure sont eux aussi victimes du Covid19 partout dans le monde et le virus mute en eux, risquant de rendre tout futur vaccin inopérant chez l’humain. Il est urgent d’agir avant que le problème se présente en France. 



Nous nous réjouissons de cette décision de justice et sommes impatients de voir l’ensemble des fermes à fourrure fermer dès cette année. Les décisions politiques doivent être actées, y compris si cela veut dire accélérer le calendrier annoncé

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Mettons fin au commerce barbare et mortifère de la fourrure avant qu’il ne déclenche la prochaine pandémie Dans la ferme à fourrure d’Eure-et-Loir, 1000 visons abattus pour cas de Covid-19

Commentaires 22

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Stéphane | vendredi 20 novembre 2020

Le Covid 19 a émergé dans ces immondes marchés d’animaux en Chine, et maintenant est en train de muter dans ces honteux élevages de visons...
Combien de pandémies et de morts faudra-t-il encore pour que l’humanité comprenne enfin qu’il est temps de fermer définitivement tous ces élevages immondes et de respecter les animaux ??

anne | jeudi 19 novembre 2020

Élever des animaux dans de telles conditions est parfaitement indigne. Comment peut-on arriver à des situations aussi abjectes et comment ose-t-on parler de "dignité humaine" ?

Rose | jeudi 19 novembre 2020

Mon Dieu faites que l'humanité se réveille sur les atrocités perpétrées contre les animaux non-humains, pour que vive l'amour et la beauté du monde vivant.
Merci de penser et d'aimer les animaux, merci de changer nos attitudes!

Mic | mercredi 18 novembre 2020

C'est déjà horrible en soi d'élever des visons pour leur fourrure et maintenant les pandémies s'en trouvent plus risquées. Il est grand temps d'arrêter ce massacre!