le mercredi 16 mars 2022 | 29

Nouvelle enquête au Parc Saint Léger où les félins sont visibles de la route


Mis à jour le 06 juin 2022

À la suite de notre plainte du mois d’août 2021 pour les lémuriens et les grands félins du Parc Saint Léger, nous sommes retournés sur place fin février 2022. En effet, l’annonce dans la presse de la mise en vente du parc et de sa fermeture hivernale nous inquiétait quant à l’état des animaux.

Hr blog

Nos enquêteurs connaissent bien le lieu. Ils y vont régulièrement depuis le printemps 2019, date à laquelle nous avons publié nos premières images du Parc Saint Léger et du Parc Saint Paul où l'on observe les tigreaux passer de bras en bras pour des photos. Notre plainte contre Kid Bauer, le patron et dresseur de fauves, est d’ailleurs toujours en cours, et toujours d’actualité. Depuis, les enquêtes se sont enchaînées dans la région : Baby, détenue par Gilbert Bauer, le frère de Kid, et les dix tigres dans un camion, de Mario Masson, qui a, un temps, loué ses services et ses tigres au Parc Saint Paul... voire plus.

En arrivant sur place, nos enquêteurs ont immédiatement vu depuis la route les tigres et lions faire des allées et venues dans le camion-cage, le feuillage, en hiver, étant clairsemé. 
Il leur fut impossible cependant d’approcher les animaux cette fois-ci pour des raisons évidentes. Le parc était fermé au public et la famille de circassiens ayant fixé là son cirque et vivant sur place depuis huit ans, les circonstances n’étaient pas les meilleures pour une enquête « rapprochée »...

Mais avec un peu de recul, il est encore possible de voir des choses et, ironie du sort, cela permet d'appréhender mieux encore la réalité. L’établissement, anciennement appelé « parc des félins », est situé en bord de rond-point, où la départementale dessert l’entrée de la Nationale qui relie Beauvais à Rouen. Poids-lourds et voitures y roulent à vive allure. Jour et nuit, les lions, tigres, panthères, tortue, lémuriens et autres animaux de ferme, sont donc soumis à un niveau sonore loin d’être négligeable, ainsi qu'à la pollution routière ! On est loin d’une ambiance bucolique.

Les lionnes, le lion blanc ainsi que les tigres sont enfermés dans le camion-cage quasiment toute la journée et font les « cent pas » (qui n’est plus qu’une expression vide de sens, puisqu’ils ne peuvent en faire que trois avant de buter à nouveau contre un grillage)...

Les cirques, qu’ils soient itinérants ou fixes, sont des enfers pour les animaux qui y sont enfermés. Ils riment avec captivité, ennui, dressage, mutilations, maladies, séparation des bébés d’avec leur mère, absence de choix, dépendance et manque d’intimité... Mais aussi très souvent - et c’est l’expérience de nos procédures qui permet de l’affirmer - avec irrégularités face à la réglementation, travail dissimulé, trafic...

Les cirques fixes ne sont pas concernés par la loi tout juste votée, une aubaine pour de nombreux dresseurs qui se sédentariseront. Pour les autres, le décret d’application n’est toujours pas publié... Et la reproduction restera autorisée plusieurs années encore (et alimentera le trafic déjà présent), sachant qu’il suffira, pour que les animaux restent à la merci des dresseurs, que ces derniers se sédentarisent ou partent à l’étranger...

Nous envisageons l'envoi d'une nouvelle plainte pour compléter celle en cours, au regard de ces nouvelles images, où l'une des lionnes se fait frapper par un membre du personnel à l'aide d'une barre de fer.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Le festival de violence du Cirque Muller envers les militants de One Voice Pour les animaux détenus dans les delphinariums et cirques, One Voice sensibilise le public dans 13 villes en juillet

Commentaires 29

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | mardi 17 mai 2022

A quand une loi ferme et définitive pour interdire la présence des animaux sauvages et autres animaux dans les cirques ?
Que font toutes ces autorités et qu'attendent elles pour agir et vite ?
Il n'y a que cette loi qui dissuadera les gens à se rendre encore dans de tels cirques et qui leur ouvriront les yeux, car apparemment, il en faut beaucoup pour qu'ils comprennent que ces merveilleux ANIMAUX SAUVAGES n'ont rien à faire dans des cirques et que cela relève de l'évidence ! Que ces fabuleux animaux ont leurs vies dans la nature, la savane, ou des grandes réserves naturelles dans lesquelles ils vivent libres, protégés et avec les leurs. Soit, ces personnes aiment ces cirques par indifférence et égoïsme, soit parce ils ne réalisent pas à quel point ces animaux sont en grande souffrance, en grande détresse, exposés au stress, à la maltraitance et à la cruauté, dans un univers qui n'est pas le leur et qui ne correspond en rien à leurs environnements naturels.

Sayami | lundi 21 mars 2022

Il faut que la maltraitante animale s’arrête

Gabriel RIO | lundi 21 mars 2022

Voter une loi interdisant la captivité des animaux non domestiques découragera un certain public insensible à la réalité exigée par la Nature. Mais tous ces employés complices et autres "propriétaires" d'animaux en souffrance totale ne comprendrons pas que ces animaux ne sont pas destinés à ces lieux devenus par le fait : des lieux de tortures ; ces gens-là n'ont pas été sensibilisés au respect de l'animal, ce qui ne les affranchi nullement. L'éducation de l'humain se décide à la base, après c'est trop tard et seuls nos députés pourront intervenir alors. Conclusion : plus du tout d'animaux "sauvages" dans les cirques et le public endormi par son manque de réflexions général changera de camp.. Le passé est toujours présent et difficile sera l'avenir si les cerveaux restent éteints.

An O'Neem | lundi 21 mars 2022

Comme d'habitude, la France est hyper en retard par rapport à ses voisins europoéens et encore plus hypocrite quand il s'agit de conscience animale.
Une française expatriée qui a honte de son beau pays d'origine