le mardi 04 juin 2019 | 62

Non, les lapins angoras n'aiment pas se faire arracher les poils! One Voice au Conseil d'État le 7 juin

À la suite de son enquête dans de nombreuses fermes d'élevage de lapins angoras en 2016 et d'images prises en 2018 montrant que rien n'y a changé, One Voice a attaqué le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation devant le Conseil d'État, pour refus implicite d'interdire la pratique d’épilation des lapins angoras. L'audience aura lieu à Paris, le 7 juin à 14h.

Hr blog

Le « peignage » ou « dépilation » est une pratique douloureuse pour les lapins, présentée sous forme d'euphémisme. En réalité, il s'agit plutôt, alors qu'ils sont totalement conscients, de leur épiler l'ensemble des poils du corps par poignées, tout cela quatre fois par an, pendant des années. Pour ce faire, ils sont tantôt maintenus immobiles, serrés entre les jambes de l'agriculteur, tantôt ligotés à une planche dans des positions douloureuses, en extension. La peau est souvent arrachée avec les poils, surtout autour des yeux et des parties génitales, là où elle est la plus fine et fragile. Les hurlements des lapins percent les tympans, eux qui n'utilisent pas leur voix pour communiquer sauf en cas de grand danger.  

Preuve en est notre enquête en infiltration de 2016 dans plusieurs élevages, et sa réactualisation en 2018 avec des images d'un lanceur d'alerteRien n'avait changé deux ans après le scandale mis au jour par One Voice et largement médiatisé.  

Les femelles utilisées comme reproductrices, le sexage à quelques semaines, les lapins qui meurent de froid en raison de leur fragilité aux baisses de température, le jeûne imposé plusieurs jours avant l'épilation forcée, tous ces éléments « secondaires » concordent et vont dans le sens de l'arrêt de cette pratique barbare.  

L'association a donc interpellé le ministère de l'Agriculture puis fait ce recours à la suite de son silence. Le statu quo n'est pas acceptable pour les lapins angoras.  

À l'heure où une nouvelle ferme risque d'ouvrir, subventionnée par le département de la Somme et sans enquête préliminaire, nous nous insurgeons contre le fait que la France persiste à soutenir de telles industries basées sur la souffrance animale.
Les Français ont exprimé très clairement leur volonté de vivre au sein d’une société dans laquelle l'écologie est centrale, et où les animaux sont respectés. Le gouvernement doit prendre la mesure de ses décisions.

Muriel Arnal déclare:

« Par nos enquêtes, la sensibilisation du public et nos procédures, nous n'aurons de cesse de défendre les lapins angoras. Eux aussi ont droit à autre chose qu'une misérable vie de souffrance et de stress. »

La séance publique de jugement du 7 juin 2019 se tiendra à 14 heures au Conseil d'État à Paris, métro Palais Royal.

Jessica Lefèvre-Grave
Hr blog

Dans la thématique

L’agonie des visons dans un élevage d'Eure-et-Loir
Une nouvelle marque labellisée Fur Free Retailer (FFR) : Evelyne Prélonge

Commentaires 62

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

GIGI | mardi 02 juillet 2019

arrêtez ce massacre !!!

wallace | vendredi 28 juin 2019

Un de nos pouvoirs est de ne pas acheter les produits issus de ces aberrations.

Nicky | vendredi 28 juin 2019

Honte à la France , honte au gouvernement et monsieur Macron qui reste sourd à la détresse de tous les animaux, le pays qui détient le record des abandons et des maltraitances sur les animaux. Ils peuvent être fières.
D’autres pays ont pris des mesures, mais pas la France.
C’est de la torture.
Honte à monsieur Macron.

mélodie | jeudi 27 juin 2019

Quelle honte, le gouvernement Macron confirme sa médiocrité, les animaux sont torturés, massacres et tués pour du fric.