le jeudi 28 janvier 2021 | 73

Non, Dumba ne va pas bien !


Mis à jour le 01 février 2021

Nous avons présenté des images de Dumba à des experts des éléphants d’Asie. Leurs constats sont unanimes : l’éléphante se porte mal. Elle a besoin d’être examinée d’urgence par des vétérinaires compétents et d’être placée dans un sanctuaire.

Hr blog

Au pays de Dumba, il y a des gentils et des gentils. Le couple de dresseurs qui l’exploite et qui lui a fait traverser la frontière espagnole pour éviter les poursuites judiciaires y est très attaché et la « doudoune ». Oui, oui. Il voue pour elle une affection telle qu’il n’hésite pas à la maintenir isolée dans des conditions de détention contraires à ses besoins les plus élémentaires et à louer ses services pour des parades et des spectacles de cirque. C’est bien connu, qui aime bien, châtie bien. Même le maire de la commune d’Euzet-les-Bains l’assure : « Dumba est très bien soignée ». Pour autant, nous ne partageons pas le même point de vue et nous avons répondu à l’édile pour nous en expliquer.

Expertises indéniables

Comme nous le soulignons dans notre courrier, nous n’avons pas pour habitude de déposer plainte en procédant par extrapolation. Ce n’est donc ni par excès de sensiblerie, ni sur un simple coup de tête que nous alertons l’opinion et nous tournons vers la justice pour défendre un animal sauvage. Non. Si nous remuons ciel et terre pour Dumba, c’est qu’elle se trouve dans une situation critique et que nous nous appuyons sur des évaluations scientifiques pour l’affirmer. Les spécialistes des éléphants d’Asie, indépendants de notre association, à qui nous avons montré les images prises par notre enquêtrice et par les journalistes, sont unanimes : l’éléphante pâtit de problèmes tant médicaux que comportementaux nécessitant d’être pris en charge au plus vite.

Il y a urgence !

En se basant sur ses propres observations, le Dr John A. Knight stipule dans son rapport que « Dumba doit être examinée de toute urgence par un vétérinaire compétent. Il est nécessaire de procéder à un bilan de santé complet, y compris – sans toutefois s’y limiter – des dents et des membres, ainsi qu’à un test de tuberculose et des analyses fécales ». L’expert note en effet des signaux alarmants démontrant que l’éléphante est « en mauvaise condition physique et se comporte comme si elle souffrait ou que sa santé mentale était altérée ». « Musculature déficiente », « position très peu naturelle », « stéréotypie », « comportement très contrôlé et inhabituel », « profonde détresse mentale », « peur », autant de mots que l’on retrouve sous sa plume et qui l’amène à déclarer que : « les propriétaires de Dumba sont manifestement dans l’incapacité de la sécuriser et de subvenir à ses besoins dans un environnement adéquat. » Par conséquent, il demande instamment aux autorités compétentes de confisquer l’éléphante à ses « propriétaires » et de la transférer dans un lieu où elle pourra être examinée et soignée comme son état l’exige, et placée en toute sécurité dans un sanctuaire où l’ensemble de ses besoins seront satisfaits en permanence.

Souffrances évidentes

Un avis largement partagé par la Dre Marion E. Garaï qui s’inquiète notamment de voir Dumba soulever très souvent ses pattes avant, « ce qui montre qu’elle souffre ». « Le fait pour un animal destiné à vivre sous un climat chaud de devoir rester de longues heures dans le froid et d’être dans l’impossibilité de bouger suffisamment peut entraîner de l’arthrite ainsi que d’autres pathologies », indique-t-elle. Et d’ajouter : « Dumba abaisse parfois ses postérieurs comme pour s’asseoir. Cela peut être le signe soit de douleurs abdominales, soit, dans le cas où un homme l’approche par derrière, qu’elle craint d’être frappée, car on la voit rentrer immédiatement ses pattes et courber l’échine. » Par ailleurs, elle pointe, entre autres, « de graves signes de frustration, d’ennui et de privation mentale », des stéréotypies reflétant « un mal-être certain et des inhibitions comportementales », « des symptômes typiques d’un éléphant de cirque maltraité ». Selon l’experte, le constat est sans appel : « Dumba éprouve une douleur intense ». Dans ses conclusions, elle recommande également que l’éléphante soit examinée immédiatement par un vétérinaire indépendant afin qu’elle reçoive les traitements nécessaires. Elle préconise, en outre, son placement dans un sanctuaire, où elle pourra passer le reste de son existence comme un pachyderme normal, avec des congénères. Car pour elle, aucun doute : « Le fait de maintenir un éléphant dans la solitude est de la cruauté ». À bon entendeur…

Sécurité menacée

Le Dr John A. Knight se dit aussi gravement préoccupé par la sûreté et la sécurité de Dumba, et donc aussi par celles des personnes se trouvant à proximité. Il remarque que l’éléphante, à juste titre, n’est pas enchaînée, mais retenue par une clôture électrifiée à quatre fils, dans un espace d’environ 8 à 10 m2. En plus de dénoncer « une surface bien trop petite pour un éléphant adulte, d’autant que l’endroit est dénué de tout enrichissement et que Dumba y est confinée pendant de longues périodes », il souligne que : « Les fils barbelés électriques ne devraient jamais être utilisés en guise de clôture principale pour garder un éléphant quel qu’il soit. Non seulement ils peuvent lâcher, mais les éléphants apprennent à tenir leur trompe loin d’eux lorsqu’ils mangent du foin, peuvent les renverser ou se prendre dedans. » Par ailleurs, le fait que Dumba puisse accéder avec une relative liberté aux mâts qui soutiennent sa tente lui fait craindre le pire : « Il ne faudrait pas grand-chose pour qu’elle les pousse, les plie ou les torde, ce qui pourrait faire tomber toute la structure sur elle. Ce serait un désastre, provoquant sa panique et lui donnant l’occasion de s’échapper. […] En plus des mâts et des piquets de clôture, Dumba a potentiellement accès à d’autres objets à l’intérieur de la tente dont elle peut s’emparer et qu’elle peut jeter, avec lesquels elle est susceptible de se blesser ou de blesser quelqu’un. » Bref, tout porte à redouter la survenue potentielle d’un drame. La France a déjà connu la fuite d’éléphants captifs ainsi que la mort d’un membre du public provoquée par un tel animal. Comme nous, l’expert considère qu’ « on ne doit pas permettre que cela se reproduise ».

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

À 55 ans, Mina continue de prendre des coups dans le cirque One Voice part à la rencontre des collégiens

Commentaires 73

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MARC | samedi 13 février 2021

Stop animal objet, mettons fin à un spectacle d'un autre âge.
Marc

Isaline | jeudi 11 février 2021

Il faut libérer Dumba au plus vite, elle à assez souffert.
Ces personnes se fichent bien d'elle.
Elle est mal c'est évident, ce n'est pas une vie pour un éléphant!
Nul n'a le droit de profiter d'un animal !!

abidat | jeudi 11 février 2021

Il faut agir d'URGENCE et arrêter les souffrances de ce pauvre animal !

Cybèle | mercredi 10 février 2021

Il est grand temps, au 21ème siècle, de cesser d'exploiter ces pauvres animaux. Enfant, je détestais les cirques. Même les clowns ne m'amusaient pas. Le temps des arènes est terminé, cessons de penser à notre petite personne avec des distractions barbares et sans intérêt.