le vendredi 05 avril 2019 | 110

Non à l'abattage de chiens errants à Frontenaud!

Jeudi 21 mars, à Frontenaud en Saône-et-Loire, la gendarmerie découvre les corps sans vie d'un homme et de son chien. Tous deux présentaient des traces de morsures. Mais rien n'indique que les morsures aient été causées avant leur mort ou pire, en aient été la cause. Pourtant, la préfecture décide alors de publier un arrêté autorisant l'abattage des chiens errants. La porte ouverte à un abattage massif de chiens sans abri... Nous déposons un recours au tribunal administratif de Dijon et demandons la suspension de cet arrêté !

Hr blog

Photo d'illustration : Adobe Stock

Edit au 18 avril 2019

Victoire! Nous avons été entendus: l'arrêté que nous avions attaqué a été abrogé par le préfet! L'audience aurait dû avoir lieu ce vendredi 19 avril à Dijon.
Les animaux en situation d'errance doivent être protégés, secourus et non traqués.

Considérant que ce drame est le fait d'un chien errant dans le secteur, la préfecture de Saône-et-Loire publie un arrêté radical autorisant les tirs à vue sur tout chien sans foyer et « potentiellement dangereux ».
Tous les chiens livrés à eux-mêmes, abandonnés, sans famille, souffrant de la faim, du froid, sont susceptibles de se faire tirer dessus. Quel est le crime de ces individus ? Ne sont-ils pas déjà assez vulnérables, luttant seuls pour leur survie sans la chaleur réconfortante d'un foyer ? L'abandon est déjà un si profond traumatisme. Quelle angoisse, chaque jour, de trouver la force de tenir jusqu'au lendemain! Pourquoi ne pas les secourir plutôt que de les tuer par balle ? La mise à mort sera-t-elle encore longtemps la solution privilégiée des autorités ?  

Qui plus est, le Code rural prévoit que la capture est obligatoire pour les chiens sans famille. Tuer un individu errant ne doit être qu'une solution par défaut, envisagée après avoir tout essayé pour le sauver ou par nécessité si l'on doit se défendre... Aujourd'hui, s’ils sont devenus craintifs, il est possible de socialiser ces chiens petit à petit avec l'aide de professionnels sérieux. 

Sous couvert de traquer un seul animal - ce qui est déjà scandaleux -, la préfecture autorise purement et simplement l'abattage massif de tous les chiens abandonnés dans la rue ! Une vision cruelle (et inefficace) de la gestion de l'errance qui n'est pas sans rappeler d'autres scandales dans un autre département français ou ailleurs dans le monde

One Voice dépose un recours pour excès de pouvoir contre l'arrêté de la Préfecture de Saône-et-Loire ainsi qu'un référé-suspension. Soutenez-nous en signant la pétition pour un meilleur statut juridique pour nos compagnons chiens et chats, membres à part entière de notre famille.

Séverine Bazin
Hr blog

Dans la thématique

L'atroce destin de ces six chatons doit nous ouvrir les yeux
La Réunion, l’urgence… Stop à l’errance animale!

Commentaires 110

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Truk_ | dimanche 16 juin 2019

parfait.

Francoise | vendredi 26 avril 2019

Stop aux tueries, il suffit de les stériliser.

Pollux | vendredi 19 avril 2019

Cet arrêté à bien été abrogé !! Car j’habite En Saône et Loire, si besoin je peut me rendre à Frontenaud !!! C’est vraiment n’importe quoi !!! On n’a pas le droit de tuer comme cela !!!

katherine | vendredi 19 avril 2019

Stop it!!!