le vendredi 20 novembre 2020 | 15

Non à la traque des animaux dans les Ardennes pendant le confinement : audience le 1er décembre


Mis à jour le 21 novembre 2020

Le 1er décembre à 14h, nous serons au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, pour faire suspendre en urgence l’arrêté préfectoral des Ardennes du 13 novembre (après correction de celui du 5 novembre 2020), qui autorise les chasseurs à traquer des animaux à mort dans le département pendant que le reste de la population doit rester confiné.

Hr blog

Cet arrêté, comme ceux dont nous connaissons déjà les dates d’audience (dans le Pas-de-Calais, La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Haute-Vienne) a été obtenu par les chasseurs qui ont fait pression sur le gouvernement lequel a publié une circulaire... très approximative sur ce qu’est la chasse. En effet, il est fait mention d'une chasse « de loisir » qui s’opposerait à une autre dite « de régulation ». En réalité, cette distinction n’existe pas en droit et pour les chasseurs, tuer des êtres sensibles est toujours un plaisir répertorié comme un loisir.

Pendant que la France entière se confine à domicile, dans les Ardennes les chasseurs obtiennent des dérogations pour sortir en groupe afin de massacrer sangliers, chevreuils, daims, cerfs élaphes, mouflons, et des espèces classées comme susceptibles d’occasionner des dégâts dans le département (renards, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, lapins de garenne, pigeons ramiers, chiens viverrins, visons d’Amérique, ratons laveurs, ragondins, rats musqués et bernaches du Canada).

En plus de totalement contrevenir aux mesures sanitaires mises en place pour protéger autrui, cette mesure porte préjudice aux animaux, dont la responsabilité et les dégâts en tant que tels ne sont absolument pas démontrés. Ils auraient tant besoin, en cette période de sixième extinction de masse, de vivre en paix !

Nous avons déposé également un recours en annulation. Mais dans un premier temps et vu l'urgence du moment, notre référé-suspension pourrait permettre que l’arrêté soit interrompu au plus vite. C’est cette audience qui aura lieu le 1er décembre au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne à 14h.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Les chasses traditionnelles des oiseaux remises en place par le gouvernement, One Voice saisit le Conseil d’État Oise : 1700 renards risquent l’échafaud

Commentaires 15

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

daisy | mardi 08 décembre 2020

Pendant que tout le monde est confiné avec des restrictions pour se déplacer, eux, ces chers chasseurs, peuvent sans aucun soucis aller exercer "leur loisir"...
Quel loisir, il a juste fallu qu'ils demandent une dérogation et voilà le tour est joué!
Ce que demande les chasseurs, le gouvernement consent.
C'est inadmissible, il faut interdire cette chasse illégale.
Merci One Voice pour ce que vous faites!

ahoni | mardi 08 décembre 2020

La chasse, les tueries, assez, assez, assez!!!

Marie | lundi 23 novembre 2020

Arrêtez de traquer les animaux sauvages. Il faut les laisser vivre paisiblement. La chasse n'a pas à intervenir auprès de ces animaux. Chaque fois que l'homme intervient dans la faune il crée un disfonctionnement dans la chaîne alimentaire. Les animaux n'ont pas besoin d'être régulés par les hommes !

Pascal | lundi 23 novembre 2020

Il faut arrêter la chasse une bonne fois pour toutes, la nature n'a nullement besoin de l'homme pour se réguler.