le lundi 26 février 2018 | 19

Nelly et Brigit, deux autres victimes de l’industrie du spectacle de cirque

Nelly et Brigit ont été capturées en 1971 en Asie. Depuis 47 ans, elles sont ballottées de ville en ville en camion, attendent que passent les heures sur des parkings et des terrains vagues, sans réelle litière, ni accès libre à de l’eau pour boire ou s’asperger. Rien n’est fait pour qu’elles aient un semblant de vie d’éléphant.

Hr blog

Les spectacles de cirque avec animaux nous sont vendus comme la pérennisation d’une tradition ancestrale, d’une culture, même. On tente de nous vendre une « famille », nous ne voyons que de pauvres éléphantes arrachées dès le plus jeune âge à leur seule véritable famille dans la nature, où elles vivaient à l’état libre, et des éléphants subissant une vie de douleurs, de peurs, de stress et d’empêchements.

Tout ça, pour que des humains tirent profit du spectacle de leur domination.

Car il s’agit bien de cela: les images que nous avons tournées montrent Nelly et Brigit empêchées de marcher normalement, obligées de patauger dans leurs déjections, sur le bitume abîmant leurs pieds et leurs articulations. Pas d'eau en accès libre, elle est rationnée, donnée au bon vouloir de leur geôlier. Leur besoin naturel de protéger leur peau, en se recouvrant de poussière est contré: on les brosse avec une sorte de balai, aucun bain de boue ne leur est proposé. Aucune protection ni ombre ne leur sont procurées. 

Quand elles ne mangent pas, elles se balancent, signe de leur ennui profond, de leur état de souffrance. L’absence d’exercice fragilise leurs pattes qui, sans muscles, supportent difficilement le poids de leur corps. Or c’est par là que viennent la plupart des infections.

Lors du spectacle, leur numéro est une suite de coups de pique (l’ankus). Sur toutes les zones sensibles de la tête, la bouche, les oreilles, la trompe, les pattes, l’arrière-train... C’est à coups de pique aussi que le dresseur les emmène de l’enclos au chapiteau, et il ne s’en cache même pas pendant le spectacle. Nelly comme Brigit performent sous la contrainte, pas du tout volontaires. Leurs mouvements sont lents au milieu de la foule, de la musique criarde, et de spots lumineux aveuglants. On perçoit clairement leur crainte de l’ankus et des gestes brusques de leur dresseur. Et pour cause!

Les coups répétés pendant les quelques minutes que dure le spectacle, laissent imaginer l’usage terrible qui est fait de cet instrument en dehors de la piste et de la vue des spectateurs.

Nous avons déposé plainte pour chacune d’elles. Tout comme Maya, elles méritent une vraie vie, loin des coups de pique, dans un lieu protégé, où elles pourront marcher dans la nature, boire et se baigner à loisir, écouter le vent et les oiseaux, et choisir leurs activités.
Nos sanctuaires partenaires nous proposent leur aide pour les accueillir.

Hr blog

Dans la thématique

One Voice demande la saisie en urgence de 4 lionnes et d’un lion !
Nous devons à Lechmee un répit bien mérité!

Commentaires 19

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

madame loup | jeudi 08 mars 2018

Comment peut-on faire du mal a ces pauvres animaux dont on se sert pour faire de l'argent ! La liberté, vivement que les gens , les enfants sachent ce qui se passe réellemnt derriere les coulissses, c'est minable, digne de sales gens sans cœur !Il faut repenser le cirque sans animaux sauvages ; j'ai vu dernièrement, à Monte-Carlo, un Lion a qui on avait scié les incisives haut et bas, c'est l'horreur, pourquoi tout détruire, faire mal ! Merci à ONE VOICE sans qui rien ne pourrait évoluer positivement !

renarde | mardi 06 mars 2018

Tant qu'il y aura des personnes qui viendront dans des cirques avec animaux le problème de la détention des animaux sera malheureusement d'actualité. Il faut boycotter tous les cirques avec animaux c'est la seule solution. Les animaux ne sont pas là pour divertir des gens, ils doivent être libres et vivre dans la nature.

Jeanne | jeudi 01 mars 2018

La barbarie humaine ne cessera jamais !

Sand | mercredi 28 février 2018

L'horreur est humaine...