le jeudi 23 novembre 2023 | 22

Mobilisons-nous pour les loups : participons en nombre aux consultations publiques du ministère !

Mobilisons-nous pour les loups : participons en nombre aux consultations publiques du ministère !

Mis à jour le 23 novembre 2023

Alors que l’actuel Plan national d’actions (PNA) sur les loups et les activités d’élevage prendra fin le 31 décembre prochain, un nouveau plan et un projet d'arrêté visant à renforcer le recours (déjà redoutable) aux tirs létaux sont actuellement soumis à la consultation publique. Habituellement, le but est de veiller à la protection effective d'une espèce mais ici, contrairement aux apparences, c'est tout l'inverse qui est recherché. Vu le matraquage médiatique du lobby agricole et les sorties de nombreux politiques peu soucieux du sort des animaux, nous ne nous attendions pas à grand-chose, mais là… Aidez-nous à faire avancer le combat en répondant à ces consultations avant le 7 décembre 2023.

Hr blog

Les loups sont les victimes collatérales des pratiques d’élevage intensives. Diabolisés, ils sont massivement tués dans le cadre de tirs légaux au nom de la protection de troupeaux d'animaux voués à l'abattoir. Malheureusement, les loups sont des animaux méconnus qui souffrent à tort d'une mauvaise réputation. Ils sont pourtant sensibles et intelligents, et leurs modes de vie sont finalement très proches des nôtres : ils constituent de véritables familles, où chacun a une fonction bien définie dans l’éducation des louveteaux. Quant à leur rôle au sein d’une biodiversité si fragilisée, il n’est plus à démontrer ! Cela n'empêche pas le gouvernement de prendre des mesures toujours plus défavorables à leur encontre, puissance des lobbies de la chasse et de l’agriculture industrielle oblige.

Des projets ouvertement anti-loups

Le contenu de la première consultation dépasse nos pires prévisions… Le plan a été vidé de sa substance au profit des sacro-saints intérêts des éleveurs. En effet, le document affiche un soutien sans faille aux pratiques d'élevage existantes sans jamais en interroger les conséquences négatives. Les grands perdants, ce sont évidemment les loups. Leur protection n'est plus du tout au cœur du projet, bien au contraire : ils y sont désignés comme des cibles à abattre.

La seconde consultation se rapporte à un projet d'arrêté dont l'objet n’est ni plus ni moins de renforcer le recours aux tirs létaux. Au programme : augmentation du nombre de tireurs, généralisation de la possibilité d'utiliser des caméras thermiques pour mieux cibler les loups, fin de l'obligation de les éclairer avant de tirer, fin de la suspension des autorisations de tirs lorsqu'un individu est tué… En somme, le projet d'arrêté revient à confirmer la possibilité de massacrer les représentants d'une espèce protégée.

Un acharnement insupportable et insensé

Les deux projets soumis à consultation ont reçu des avis défavorables du Conseil national de la protection de la nature (CNPN). Malgré tout, le gouvernement, acquis à la défense des pires intérêts agricoles, reste sourd aux alertes des scientifiques et des associations de protection de la Nature qui recommandent de ne pas tuer les loups.

Peu importe que le jeu soit déséquilibré et les victoires difficiles à obtenir, nous continuerons à nous battre pour les loups. Pour plus d'informations sur ce qu’ils sont et leur situation en France, nous vous invitons à consulter notre rapport. Dans ce combat, nous avons besoin de votre soutien. C'est pourquoi nous vous proposons, ci-dessous, une « boîte à outils » qui vous permettra de participer aux consultations jusqu'au 7 décembre 2023 et de défendre ainsi les loups.

POUR DIRE NON AU PROJET DE PNA, C'EST PAR ICI :

La protection des loups n'est pas abordée dans le projet :

  • Aucun objectif de protection des loups ne figure dans le projet alors que l'espèce est classée « vulnérable » en France.
  • Rien n'est prévu pour garantir que la population de loups se portera bien à l'avenir.
  • Le projet de PNA va même jusqu'à acter la nécessité de renforcer le recours aux tirs létaux. Difficile d'imaginer moins protecteur que cela.
  • Comme l'indique le CNPN, la continuité des tirs, y compris durant la période de reproduction, est contraire à l'essence même du statut d'espèce protégée.

Le projet de PNA favorise l'élevage au détriment des loups :

  • Il inverse la logique des PNA, censés être protecteurs, et se fait l'écho de la grogne anti-loups des éleveurs qu'il défend.
  • Il maintient le principe injustifié de non-protégeabilité des troupeaux de vaches : un éleveur peut laisser son troupeau de vaches vagabonder sans aucune surveillance ni protection, puis venir réclamer des autorisations pour tuer des loups.

Le projet de PNA n’insiste pas assez sur la protection des troupeaux par des méthodes non létales :

  • Aucun bilan/retour d'expérience sur les mesures de protection des troupeaux n'a été établi.
  • Le PNA ne prend pas la peine de renforcer les mesures de contrôle sur la mise en œuvre des mesures de protection des troupeaux.

Le projet de PNA méprise les impacts positifs des loups au sein des écosystèmes et ne les aborde même pas :

  • Les loups contribuent pourtant à maintenir l'équilibre des milieux naturels en limitant le développement des populations de cervidés et de sangliers.
  • Les loups sont des auxiliaires de la biodiversité.

POUR DIRE NON AU PROJET D'ARRÊTÉ, C'EST PAR ICI :

Le projet d'arrêté renforce le recours aux tirs létaux au détriment de solutions alternatives :

  • Le projet d'arrêté comporte une série de mesures destinées à s'assurer que les tirs tuent encore plus efficacement.
  • Ce projet ouvre indirectement la porte à une inacceptable augmentation des plafonds d'abattage des loups, espèce pourtant protégée.
  • Le projet d'arrêté contrevient à la logique des dérogations « espèces protégées » qui doivent normalement conserver un caractère exceptionnel et de dernier recours.

Le projet d'arrêté maintient les « tirs de prélèvement » :

  • Les « tirs de prélèvement » - qui s’apparentent à de véritables chasses aux loups - demeurent avec le projet. Le gouvernement n’a même pas l’intention de faire ne serait-ce qu’un petit pas en faveur des loups en mettant fin à cette possibilité.
Cléa Capelli & Elise Loutry
Hr blog

Dans la thématique

Plan Loup 2024-2029 : une volonté gouvernementale ouvertement anti-loups, action nationale de One Voice Parc à loups en Sologne : l’avis condescendant du commissaire-enquêteur

Commentaires 22

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Michou | jeudi 07 décembre 2023

Je viens de participer à la consultation publique j'ai demandé copie de mon texte en donnant mon adresse mail j'espère que je pourrais ainsi vous transférer mes commentaires je n'attends plus rien de ce gouvernement pourri mais il faut continuer à se battre pour la biodiversité gros merci One Voice

Lili | mardi 28 novembre 2023

Haut-les-loups !!! Haut-les-coeurs !!!

anastassia | dimanche 26 novembre 2023

laissons les loups vivre = mobilisons nous pour les sauver

georgette | dimanche 26 novembre 2023

Il faut lutter contre ce projet qui vise à éradiquer la faune sauvage, ici, le loup et diffuser la consultation massivement