le jeudi 19 septembre 2019 | 20

Micha, Glasha et Bony : les vétérinaires alarmés!

Nous avons sollicité l’avis de vétérinaires spécialistes des ours sur l’état de santé de Micha, Glasha et Bony. En visionnant les vidéos que nous avons diffusées la semaine dernière, ils ont tous tiré la sonnette d’alarme. Leurs bilans dramatiques confirment que les trois ours nécessitent une prise en charge immédiate, loin des griffes des Poliakov. N’attendons pas qu’il soit trop tard !

Hr blog
« Ces ours ont été maintenus dans des conditions de stress quasi continu et privés de stimulation mentale positive. »
Dr John A. Knight

À la suite des images que nous avons dévoilées la semaine dernière, Micha a pu être placé en urgence ce week-end au sein du zoo-refuge de la Tanière (28) et nous nous en réjouissons. Le voici enfin hors des mains des Poliakov et soigné ! Mais le pauvre se trouve dans un état désastreux et ses anciens co-détenus, Glasha et Bony, sont quant à eux toujours sous l’emprise des dresseurs… Une aberration compte tenu de leurs conditions de détention épouvantables et des risques pour leur santé.

« Ce type de comportement anormal est considéré comme synonyme de détresse mentale chronique et, dans le cas de l’ours noir (NDLR Micha), il est très évident que l'animal aspire sur les fils de la cage en créant des murmures désespérés se terminant par une «toux». Ces sons sont similaires aux sons émis naturellement par cette espèce, mais totalement hors contexte, un mélange de sons de communication et d’avertissement. »
Dr John A. Knight

Bony et Glasha en péril



Nous avons montré les vidéos de leur enfer à des vétérinaires spécialistes des ours et tous s’accordent pour dire qu’ils sont en danger critique ! Ils dénoncent l’absence d’eau potable dans leurs geôles, une alimentation inappropriée et médiocre, quand elle n’est pas moisie… Et bien sûr, ils sont choqués par l’absence de structures adaptées aux besoins élémentaires des ours, ainsi que par des signes cliniques et symptômes de maladies graves. 

Le Dr Ilayaraja de l’association Wildlife SOS et vétérinaire du sanctuaire des ours observe notamment la présence de points noirs sur l’une des canines de Bony. Selon lui, ils « indiquent qu'une fracture de la dent a mis à nu la fragile cavité pulpaire et provoqué son infection. Celle-ci peut être fatale à l’ours si elle n’est pas traitée d’urgence par un dentiste vétérinaire. » En outre, l’expert se préoccupe de la vision de l’animal. Il note une dégradation oculaire qui est« visiblement le résultat d’une négligence à long terme et de l’absence de soins médicaux. » 

Quant à Glasha, son sort est comparable. En pire : présence alarmante de points noirs sur la canine, fourrure pelée par endroits, « écoulement oculaire purulent, ce qui laisse à penser qu'elle souffre de malnutrition et est infestée de vers », et « excroissance anormale sous l’œil gauche, susceptible d’être cancéreuse. » Le médecin insiste sur l’importance d’examiner celle-ci dans les plus brefs délais pour savoir si elle est maligne et d’administrer un traitement adapté afin de prévenir toute complication au niveau de la vision.

« Les quartiers de nuit se composent de sols en béton nu. Il y a peu ou pas de litière, à l'exception d'un peu de foin fourni à l'ours noir. Ceci est totalement inadéquat pour ces animaux très intelligents. Dans la nature, les ours noirs passent beaucoup de temps dans les arbres, cherchent un abri et se retrouvent le plus souvent dans des zones fortement boisées. Ils évitent les humains et les ours bruns dans la mesure du possible. Ils aiment aussi creuser et fouiller les branches mortes, les cailloux abritant des insectes, etc. Rien ne suggère qu’on ait réellement tenté de subvenir aux besoins psychologiques de cet animal, que ce soit dans ses installations diurnes ou nocturnes. De nos jours, cela témoigne d’un mépris choquant pour le bien-être de cet animal. »
Dr John A. Knight

Urgence sanitaire

Chaque minute compte pour sauver Bony et Glasha ! D’autant que l’absence absolue d’hygiène de leur prison et leur détresse morale ne font que diminuer leurs espoirs de survie. La Dre Amélie Nicolau du Refuge de l’Arche s’inquiète de les voir mordiller ou lécher les barreaux des portes, tourner sans cesse sur eux-mêmes et dodeliner de la tête. Elle souligne que ces comportements de stéréotypie sont observés chez les ours en captivité, « en particulier chez des individus stressés, placés dans un environnement inadapté ou insuffisamment stimulé ». 

Ainsi, tous les spécialistes des ours que nous avons interrogés affirment que seul leur placement dans un refuge avec des soins adaptés aura des chances de les soustraire à un funeste destin. Nous nous mobilisons pour que Bony et Glasha soient tous les deux mis définitivement à l’abri de leurs persécuteurs, comme Micha!

Nous avons envoyé les rapports d’experts au ministère de la Transition écologique et solidaire ainsi qu’au préfet afin d’étayer nos plaintes contre les Poliakov. Et nous comptons plus que jamais sur vous pour soutenir notre campagne et signer notre pétition. 

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Éléphants, singes, cétacés : face aux œillères de l’État français, notre SOS à l’ONU !
Un an de planques et de filatures en vue de pouvoir offrir la liberté à Baby!

Commentaires 20

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Martine | jeudi 26 septembre 2019

Merci de tout faire pour les 2 ours encore prisonniers de leurs geôliers. Ils doivent être libérés et soignés comme Mischa à La Tanière...

Bea | jeudi 26 septembre 2019

PITIÉ pour les 2 ours toujours aux mains de leurs bourreaux.
Madame la Ministre, libérez ces deux animaux avant qu'il ne soit trop tard pour eux. Après avoir connu l'enfer de la privation de liberté et visiblement de soins, synonyme de maltraitance, ils méritent d'être pris en charge et de connaître enfin une fin de vie heureuse ....MERCI POUR EUX !!!

marie | jeudi 26 septembre 2019

Je ne lâche pas et j'espère que ces 2 compagnons de route de Micha vont être reconnus se trouver dans un état catastrophique et vont pouvoir être placés très vite et soignés, enlevés de ces tortionnaires

Guillemette | jeudi 26 septembre 2019

Madame la Ministre, ne vous arrêtez pas en si bon chemin. Sortez ces malheureux ours de leur enfer. Vite avant qu'il ne soit trop tard. Toute leur vie a été un horrible calvaire, au service de gens sans scrupule, et la justice tolère cela, juste parce que ce ne sont "que des animaux" !?