le jeudi 28 novembre 2019 | 8

Micha, Glasha, Bony, Mina... : les preuves accablantes de l’inertie de la préfecture du Loir-et-Cher

Dans le dossier mis à notre disposition par le tribunal administratif d’Orléans, les preuves sont accablantes contre les Poliakov, mais aussi contre les autorités qui ont année après année souligné les dysfonctionnements sans jamais prendre les mesures qu’imposait la loi. Quand elles ont fini par agir une fois publiées nos révélations sur les conditions délétères de détention des animaux, c’est uniquement sous la contrainte de la Ministre et sous l’opprobre généralisé.

Hr blog

Pour le bien-être des animaux, il ne suffit pas d’ordonner des visites!

En résumé, à chaque inspection, les non-conformités se répètent mais rien ne vient sanctionner les Poliakov. Depuis leur autorisation d’ouverture, et le premier contrôle en 2010, quand ils ne possèdent pas les papiers en règle de leur quinzaine d’animaux, il leur est simplement ordonné d’en faire la demande. Ces animaux pourraient être issus de filières illégales, ou même volés à des particuliers, aucune enquête n’est diligentée.

La volière ayant mis douze ans à voir le jour, les oiseaux ont donc dû vivre dans des cages minuscules remplies de fientes et de nourriture, plongés dans l'obscurité au fond d’une remorque. Encore une fois, l'administration n’a pas agi comme il aurait fallu. La « tanière » des ours et leur enclos mettent une décennie à être construits - partiellement - et ne sont pas entretenus correctement… À nouveau, malgré les mises en demeure qui s’entassent sur les étagères de la préfecture, aucune n'est suivie d’effet.
À la lecture des documents du dossier, le suivi des animaux est impossible puisqu’ils ne sont pas déclarés, disparaissent (une biche, un singe), leur santé laisse à désirer (des chevaux et poneys non parés aux sabots bien trop longs, une jument couverte d’abcès, le dromadaire qui meurt sans autopsie dans un climat de maltraitance…), rien ne se passe. Les années défilent sans la moindre sanction. Et la souffrance continue.

Ces ours ont une vie misérable

Les ours vivaient dans un camion-cage compartimenté depuis au moins 2004, année de notre première enquête. A l’époque, les Poliakov louaient leurs services à des cirques. Mais ce n’est qu’en 2011 que l'administration leur donne quatre mois pour terminer les cellules dans un bâtiment avec enclos, car ils sont en infraction avec leur autorisation d’ouverture de 2007. En attendant, les ours survivent dans 4 m2 chacun.

En 2017, l’installation est construite et en ordre, et la santé des ours, déclarée satisfaisante…  Mais après nos plaintes, en septembre 2019, changement de ton dans les rapports: les cellules nécessitent une dératisation, les fenêtres n’ont jamais été terminées, les auges sont non conformes. En novembre 2019, alors que Micha vient de mourir, les experts vétérinaires attestent enfin ce que dénonçaient nos experts qu’ «on observe la présence d’eau croupie nauséabonde dans la gamelle de la femelle Glasha », que les dents de Bony et Glasha suscitent des douleurs chroniques et qu'elle a développé une tumeur si grosse qu’elle forme une boule près de son œil.

Le certificat vétérinaire de trop

Début septembre, ignorant que des images avaient été tournées quelques jours auparavant, et alors que Micha n’aurait jamais dû ni être dressé ni déplacé (ses papiers étaient en règle pour la catégorie « zoo », pas « spectacle itinérant ») un vétérinaire certifiait que l'ours  était en bonne santé cardio-pulmonaire et que son poids était correct, le seul point à revoir selon lui étant la longueur de ses griffes. Il donne donc son autorisation pour que Micha soit produit en public.
On sait à présent que l'ours était battu, envahi de tumeurs omniprésentes et ce jusque dans le cerveau, que du cartilage lui obstruait les narines, qu’il avait le larynx déformé par la chaîne par laquelle le tenaient ses geôliers, qu’il pesait les deux tiers du poids d’un ours en bonne santé et que des asticots le rongeaient de l’intérieur jusque dans les pattes… étrange certificat. Mais celui-ci ne concerne pas la préfecture… jusqu’à ce qu’elle l’utilise pour se dédouaner.

Mina, 6 ans dans une cage de 50 cm2 dans le noir

Les papiers de Mina, la petite guenon magot n’ont jamais été en règle depuis au moins décembre 2010. D'où vient-elle? Y a-t-il la moindre preuve qu'elle appartienne aux Poliakov ? Pourtant jamais elle ne sera retirée. Un autre singe disparaît, sans conséquence.
En 2011 l’inspecteur écrit que Mina est détenue dans le camion des ours, dans une cage de 50 cm sur 50 cm, dans le noir, dans des conditions « inacceptables », et il est demandé de lui construire un lieu de vie dans les quatre mois qui suivent. Quand en 2017 enfin, elle dispose d'un espace d’une taille adéquate, il est vide d’enrichissement, demandé par les autorités seulement après nos dépôts de plainte de septembre 2019. De même les orties et déchets laissés au sol ne sont relevés que dans les derniers rapports...

En septembre le ton s’est durci, mais en novembre c’est à nouveau le temps des passe-droits

En ce mois de novembre 2019, alors que la mort de Micha nous a déchiré le cœur, et que des contrôles sont enfin diligentés, on observe à nouveau que les Poliakov bénéficient d'une étrange bienveillance des autorités : de nombreux points ont été levés hors délai quand les inspecteurs étaient sur place, ou non respectés car ils n’avaient « pas pris connaissance de l’ensemble des termes de l’arrêté »... On croit rêver en lisant cela.
La saleté et des déchets gisent encore dans l’enclos de Mina, ils seront retirés devant l'inspectrice. Elle n’a toujours pas de papiers en règle tout étant cependant exploitée pour des films ou des reportages. Et la préfecture leur laisse encore quelques jours pour régulariser!
Les papiers des perroquets ne sont pas non plus conformes, ils n’ont pas les bons. Le rapport laisse entendre que les démarches n’ont pas été effectuées correctement. Depuis 2007. Qui dans notre société bénéficie de délais pareils pour se mettre en règle?

On est en droit de se demander pourquoi des animaux sauvages captifs ne sont pas mieux protégés par les autorités qui en sont garantes. Cela ne suffit pas d’ordonner des contrôles. Il faut sanctionner les infractions. Le retrait de Micha, puis l’arrêté de retrait de Bony et Glasha sont la preuve que ce n’est pas impossible à ordonner. Encore faut-il le vouloir. Nous demandons des comptes à la préfecture du Loir-et-Cher ce jeudi 28 novembre 2019 à 14 h au tribunal administratif d’Orléans.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Betty et Mambo, deux éléphants asphyxiés dans le camion de cirque des Casselly
Baby hors du camion, mais toujours exploitée

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Philomène | mercredi 25 décembre 2019

Est- ce qu'il n'existe pas un organisme INTERNATIONAL qui pourrait condamner la France pour maltraitance envers les animaux? Car dans ce cas précis c'est vraiment de la faute des services de l'état qui ne font pas leur travail !

christine | mardi 24 décembre 2019

Je voudrais une loi qui défende les animaux sauvages et domestiques.Les animaux sauvages sont dressés, battus, enfermés dans des cages toute leur pauvre vie. Il faut retirer les animaux des cirques : c'est du fric sur la souffrance animale. C'est honteux de laisser faire ce genre de spectacle.

simone | lundi 23 décembre 2019

"L'homme a transformé la terre en un enfer pour les animaux" Schopenhauer

" Je suis en faveur des droits des animaux autant que des droits de l'homme." Lincoln

mumu | jeudi 12 décembre 2019

Quelle tristesse que la mort de Chirkane, il faut interpeller le Ministère de la justice. Hélas, dans ce pays soi-disant beau et développé; les animaux ne comptent pas, bien triste !