le mardi 12 novembre 2019 | 98

Micha est mort ce 12 novembre

Après quelques jours d’interruption d’antibiotiques, pour voir s'il reprenait des forces par lui-même, la santé de Micha s'est brutalement dégradée. Il a dû être anesthésié pour subir une opération et des analyses. Plusieurs jours furent nécessaires pour que la Tanière obtienne l’autorisation...
Micha ne s’est jamais réveillé. Il avait des tumeurs partout, jusque dans le cerveau…

Hr blog

Nous avions dénoncé les conditions d’extrême misère dans lesquelles lui et ses compagnons d’infortune vivaient, dans les quartiers d’hiver des Poliakov, dans le Loir-et-Cher, début septembre. La ministre de l'Écologie, Élisabeth Borne, avait alors découvert comme l’ensemble du public, ses pattes infestées d’asticots, sa respiration difficile, et avait choisi d’intervenir en sa faveur.

Micha laissa derrière lui Bony et Glasha, dont les souffrances sont bel et bien là, sans doute moins criantes mais tout aussi graves, et Mina la petite singe, et les perroquets, les chevaux, un dromadaire, le second venant de mourir…

Il aura tout de même vécu quelques semaines, une vie de vrai ours, mangeant à sa faim, ayant récupéré du poids et un caractère bien trempé. Après avoir souffert atrocement, des heures, des jours, des semaines, des mois, des années...

Mais les responsables, préfet, vétérinaire et dresseurs, qui ont si longtemps permis qu’aucune amélioration n’ait lieu pour les animaux des Poliakov, devront rendre des comptes! Plusieurs plaintes sont en cours, et notamment le 28 novembre prochain, nous ferons face au préfet du Loir-et-Cher au tribunal administratif d'Orléans.

Depuis quinze ans, nous réclamons la libération des ours des Poliakov. Depuis près de deux mois, nous réclamons que Bony, Glasha et les autres animaux soient sortis de leurs geôles infâmes. Depuis vingt ans nous réclamons l’arrêt de l’exploitation des animaux dans les cirques. Combien de morts seront encore nécessaires avant la publication d’un arrêté ministériel interdisant cette pratique moyenâgeuse?

Continuez à signer et à partager la pétition 

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Chirkane, le rebelle sacrifié
Micha, Glasha, Bony, Mina... : les preuves accablantes de l’inertie de la préfecture du Loir-et-Cher

Commentaires 98

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

maguite | vendredi 22 novembre 2019

Depuis toujours je m'insurge contre toutes formes d'emprisonnement des animaux "sauvages". Je n'ai jamais amené mes enfants au cirque, au zoo, nulle part où ils étaient enfermés. Il existe suffisamment de films documentaires sur tous les animaux du monde !
Mais j'entends et je lis des articles dénonçant des maltraitances graves, criantes, qui ne font réagir que les personnes révoltées.
En tant qu'enseignante, j'ai souvent abordé ce sujet dans les classes.
Je les faisais aussi réfléchir à la souffrance courante des animaux d'élevage.
Les personnes qui aiment et respectent les animaux ne savent que faire.
Je suis triste, écœurée de tout le mal dont les humains sont capables.
Pourtant, si ces êtres disparaissaient, la vie ne ressemblerait plus à rien.
Je parle aussi des arbres, des insectes, de la nature qui nous entoure. Pour combien de temps?

Continuez vos campagnes, une seule vie sauvée vaut la peine…

DN

orphée | lundi 18 novembre 2019

Qui a dit que les animaux devaient être les esclaves des Hommes ? Une profonde tristesse, de la colère et un sentiment de révolte face à la cruauté humaine. Fermer les yeux c'est être complice. Nous sommes tous responsables et devons réagir pour venir en aide à ces êtres maltraités et maintenus en captivité par des monstres humains.

martine | lundi 18 novembre 2019

Tellement triste mais aussi tellement prévisible. Honte à tous les responsables de la mort de Micha. L'exploitation des animaux pour le plaisir des hommes doit se terminer au plus vite. Ce temps est révolu.

Karin erker | dimanche 17 novembre 2019

Les humains ont fait de la terre un enfer pour les animaux. Arrêtez la cruauté animale !