le lundi 08 février 2021 | 26

Mais où va donc l’argent des cirques ?


Mis à jour le 08 février 2021

Comme les autres structures de spectacles vivants, les cirques doivent rester porte close en raison de la pandémie. Mais alors que le gouvernement a pris des mesures spécifiques pour les aider à prendre soin de « leurs pensionnaires », nous avons reçu de nombreux témoignages de personnes affolées par l’état des animaux. Nos enquêteurs ont également pu constater à quel point certains d’entre eux étaient délaissés. Nous écrivons aux ministères de l’Écologie et de la Culture pour les en alerter.

Hr blog

Comment se remplir facilement les poches ? Les exploitants des cirques animaliers ont compris la recette depuis longtemps. Au sens propre comme au figuré, ils gagnent de l’argent « sur le dos des autres » … en l’occurrence, celui des animaux qu’ils exploitent. La pandémie semble n’avoir pas mis fin à ce moyen sordide d’engranger des revenus. À défaut de pouvoir maintenir, pour raisons sanitaires, les numéros des singes, félins et autres lamas sous les chapiteaux, ils ont trouvé la parade pour continuer d’en tirer profit : la générosité publique !

La peau sur les os ou obèses

Alors que des subventions ont été données par l’État pour pallier la crise, nous recevons de nombreux messages attestant que des cirques seraient en difficulté financière et qu’ils ne parviendraient plus à s’occuper des animaux. Il est clair que la situation de beaucoup d’entre eux est catastrophique : nos enquêteurs l’ont constaté par eux-mêmes. Ici, chevaux et dromadaires apparaissent très maigres, ailleurs un watusi cachectique et malade n’est pas soigné, tandis que des fauves et l’hippopotame Jumbo deviennent obèses à force d’inactivité et d’une alimentation inadaptée. Dans certains pays, l’obésité chez les animaux captifs porte un nom : maltraitance…

Secours apporté par la population

Selon des témoignages, certains établissements, comme le cirque Idéal à Beaumont-le-Gâtinais, auraient sollicité le soutien de la commune et des habitants, allant même jusqu’à faire du porte à porte. D’autres, comme le cirque Muller à Nîmes, organiseraient des visites payantes de leur ménagerie pour joindre les deux bouts. Face au « spectacle » d’animaux en détresse absolue, des associations locales et la population se sont dévouées pour leur apporter du pain, des carottes, de la viande

Lettres aux ministères de l’Écologie et de la Culture

Notre colère est sans borne. Pourquoi les cirques font-ils la manche ? Comment ont-ils employé les aides du gouvernement ? Celles-ci sont prévues pour leur permettre de prendre soin correctement des animaux dont ils ont la responsabilité… Mais une fois de plus, nous nous heurtons à l’opacité régnant dans ce milieu. Pendant ce temps, les refuges, eux, ne reçoivent aucun fonds. Nous venons d’adresser deux courriers, l’un au ministère de l’Écologie, l’autre à celui de la Culture pour les alerter à ce sujet. Les circassiens doivent rendre des comptes !

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

À 55 ans, Mina continue de prendre des coups dans le cirque One Voice part à la rencontre des collégiens

Commentaires 26

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Stéphane | dimanche 07 mars 2021

Il est grand temps de fermer et d’interdire tous les cirques qui détiennent des animaux !

Ninon | mercredi 03 mars 2021

Que tous les cirques soient fermés et que les animaux soient accueillis dans des sanctuaires.

Louve | samedi 27 février 2021

Il faut fermer définitivement les cirques où les animaux sont exploités,
martyrisés, mal nourris et privés de liberté. Tant que les gens paieront pour aller voir des spectacles où il y a des animaux, les souffrances qui leur sont infligées continueront.
Donc boycottons complètement les cirques avec animaux!

Paisant14 | vendredi 19 février 2021

Merci pour votre ténacité, j'ai HONTE d'être française et de voir ces lobbys et nos GOUVERNANTS qui ne respectent rien.