le mercredi 06 mai 2020 | 67

Lettre ouverte au Maire de Montélimar

Hr blog

Monsieur Franck REYNIER
Maire
Hôtel de ville
Place Emile Loubet
26200 MONTELIMAR

 

Vannes, le 6 mai 2020

Monsieur le Maire,

Notre association One Voice a pris connaissance avec effroi des actes de cruauté perpétrés sur un chat mardi 5 mai 2020 par un agent de la société Veolia à laquelle votre commune a délégué la collecte des ordures ménagères.

Nous vous informons que notre association va porter plainte contre « x » pour actes de cruauté, afin que la responsabilité de chacun puisse être clairement identifiée et que le ou les auteurs répondent de leur comportement devant la justice.

Si la nature des actes commis à l’endroit de cet être vivant nous a scandalisés, le sort qui lui a été réservé après sa mort nous préoccupe tout autant, et témoigne du peu d’intérêt porté à cet animal.

L’article du Dauphiné relate ainsi les déclarations du directeur de secteur de la société Veolia, M. Bertini, lequel « assure que le chat est mort quelques instants après ».

Pour autant, qu’est-il advenu du cadavre de cet animal ? Un vétérinaire a-t-il pu effectivement confirmer cette mort et également vérifier si ce chat était ou non identifié ? Le cas échéant, sa famille humaine a-t-elle été prévenue ? 

Nous vous rappelons que pour la majorité des Français les animaux de compagnie sont considérés comme des membres à part entière de leur foyer et que ce lien d’attachement est protégé par le droit français et a même été consacré par un tribunal italien en décembre 2011, comme un principe à valeur constitutionnelle.

Si les animaux sont juridiquement assimilés à des meubles, le droit français leur reconnaît, à juste titre, la qualité d’êtres sensibles, permettant de leur faire bénéficier d’une réglementation plus protectrice de leur bien-être : ainsi l’article L 214-1 du Code rural et l’article 515-14 du Code civil, disposent-ils que l’animal est un être vivant doué de sensibilité.

Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la protection du « bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles » bénéficie du même rang dans l’ordonnancement juridique européen que les dispositions relatives à la protection des droits de l’homme et au bien-être des peuples de l’Union.

La France est également signataire de la Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie qui dispose notamment que nul ne doit causer inutilement des douleurs, des souffrances ou de l'angoisse à un animal de compagnie.

Les chats errants bénéficient de la même protection avec toute la considération attachée à leur nature d’êtres sensibles.

Cet agent a traité ce chat comme un simple déchet, illustrant ainsi les efforts qui doivent être réalisés pour changer le regard qui est encore porté sur ces animaux victimes de l’errance.

Nous vous remercions de l’attention portée à ce courrier et à nos demandes, et vous prions de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de notre meilleure considération.

Muriel Arnal,
Présidente de One Voice

Hr blog

Dans la thématique

Nous demandons justice pour le chat anonyme, jeté vivant comme un vulgaire déchet
Chiens et chats errants : une extermination de masse en Algérie

Commentaires 67

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Michèle | lundi 12 octobre 2020

Garder un minimum de décence pour les animaux

Isaline | jeudi 23 juillet 2020

Pauvre chat! personne pour lui tendre la patte ce soir là, non juste

plusieurs démons humains!! ils sont tous fautifs, la fille qui a filmé, son

amie pour ne pas être intervenue, et les deux employés.

Repose en paix petit chat! moi je serais descendue Corona ou pas.

Josiane | vendredi 17 juillet 2020

Quel exemple de cruauté par cet adulte !!!!

qui des deux est la bête ? | dimanche 07 juin 2020

Cet employé devrait être licencié pour faute grave, si Veolia qui l'emploie veut montrer sa réprobation totale, et l'empêcher de recommencer en son nom.
Dans le cas contraire, on saura quoi penser de cette boîte.
En attendant une hypothétique décision de la Justice, la mal nommée, autant pour les victimes animales qu'humaines !