le mardi 30 avril 2019 | 10

Les loups menacés par la pression des chasseurs

Tout en prônant la « régulation du gibier », les chasseurs veulent éliminer les loups qui ont le malheur de manger « leur gibier ». À quand une relation plus saine avec les animaux libres ?

Hr blog

Le retour des loups en France scinde schématiquement les chasseurs en trois catégories. La première, marginale, est celle de ceux qui refusent de tirer sur des loups, estimant que ces animaux sont à part, ont une aura particulière et ne sont pas des « gibiers ». On peut s’étonner de cette catégorisation radicale mais elle existe dans l’esprit de certains. 

La deuxième catégorie de chasseurs est bienheureuse du retour des loups, considérant qu’il s’agit d’un « gibier » supplémentaire, dont la « noblesse exceptionnelle» promet de belles parties de chasses. Eux s'arrangent des autorisations de tirs délivrées par l’État, leur donnant l’impression de bénéficier de privilèges s’agissant d’une espèce « protégée ». 

Enfin, les chasseurs de la troisième catégorie refusent le retour des loups en arguant que ces « bêtes féroces » feront disparaître « leur gibier », c’est-à-dire les ongulés sauvages. Ces chasseurs prônent une « régulation » des loups qui cache mal une volonté d’éradication, quand on sait la rareté des ces animaux.  Beaucoup de journaux locaux reprennent les arguments ou plutôt l’absence d’argument des porteurs de fusils. Dans les Alpes-Maritimes, un « groupe de chasseurs anonymes » s’est récemment exprimé dans le quotidien Nice-Matin pour clamer la nécessité de « réguler les loups si on veut préserver nos espèces ». Des dirigeants de fédérations de chasse sont coutumiers de ce genre de propos.

Les loups mangent certes des chevreuils, des cerfs, des chamois et autres ongulés. C’est même leur nourriture de base, comme les renards mangent des campagnols, comme les dauphins mangent des poissons. Qui aurait l’idée saugrenue de vouloir « réguler » les dauphins ou les orques ? Comme eux, les loups sont des prédateurs qui s’autorégulent. Dans la nature, les loups ne prolifèrent pas plus que les dauphins, les orques ou les requins. 

C’est peu dire que 500 loups - l’effectif estimé en France - qui tuent pour se nourrir n’auront jamais autant d’impact qu’un million de chasseurs qui tuent pour s’amuser. Les loups prennent certes leur part, vitale, en influant sur les populations d’ongulés. Pour autant, ils ne les ont jamais fait disparaître. Proies et prédateurs ont co-évolué pendant des centaines de milliers d’années. Les loups font partie des écosystèmes européens, au même titre que les chevreuils, les cerfs, les chamois et les sangliers. Pourtant, certains voudraient les chasser jusque dans des parcs nationaux.

En France, le département des Alpes-Maritimes est un de ceux qui compte le plus de loups dans la nature, soit une centaine. Avec une fourchette très large, on peut estimer que ces loups tuent chaque année 2 000 ongulés sauvages pour se nourrir. En comparaison, dans le même temps, les 7 000 chasseurs du département tuent officiellement 12 000 ongulés et plusieurs centaines de milliers d’oiseaux et autres petits animaux.

Pendant des années, les chasseurs nous ont expliqué que les « prélèvements » (c’est-à-dire les abattages) étaient indispensables à la « régulation » des ongulés sauvages qui, sans les chasseurs, « proliféreraient ». Maintenant que quelques loups vivent dans les forêts du pays, ces mêmes chasseurs oublient soudainement la « prolifération » des ongulés pour imaginer celle des loups. Les autorités confortent cette folie en cherchant à en tuer toujours plus.

Les 17 millions d’hectares de forêt française peuvent accueillir beaucoup plus de loups qu’actuellement, n’en déplaise aux chasseurs qui se veulent propriétaire du « gibier ». Il est grand temps d’abandonner ce mot. Le « gibier » n’existe pas. Il n’y a que des animaux libres, propriété de personne. Les loups tuent par nécessité vitale. Ils n’ont pas le choix. Les chasseurs tuent par récréation. Ils ont le choix. C’est un chasseur qui a tué en 2004 la dernière ourse autochtone des Pyrénées, Cannelle. Ce sont les chasseurs qui menacent aujourd’hui la survie des quelques lynx vivant encore dans l’est de la France. Ces gens-là doivent savoir qu’une forêt sans loup, sans ours, sans lynx est comme un océan sans dauphin, sans orque, sans requin. Les chasseurs qui veulent éliminer les loups sont des pêcheurs de dauphins, des tueurs d’orques, des fossoyeurs du vivant. Disons-le, ce sont des criminels.

Pierre Rigaux

Hr blog

Dans la thématique

Les loups, proies de l’État français
Carnage chez les grenouilles rousses

Commentaires 10

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MAGDALENA | vendredi 10 mai 2019

La nature se régule d'elle-même, sans intervention humaine. Mais la chasse, riche et puissante au sein des gouvernements, quelle que soit leur tendance, est un levier électoral.
Les politiques ne résistent pas au mirage, et tous ensemble se prosternent devant les chasseurs. Les loups, les renards, les blaireaux et tant d'autres sont scandaleusement éliminés par divers moyens souvent sordides car ils sont en rivalité avec les porteurs de fusils. Le gouvernement actuel vient de leur faire un rabais de 50 % du prix du permis !
Conclusion?

brisset tiherry | dimanche 05 mai 2019

Bravo, je vous félicite pour votre article, c'est bien mené, c'est direct et clair. Merci, je suis avec vous, Thierry.

murgod2018 | vendredi 03 mai 2019

S'il n'y a plus de loups, il n'y aura plus de chasseurs de loups. Les chasseurs ne peuvent-ils comprendre cela? Leave wolves alone!

patou | jeudi 02 mai 2019

Laissez tranquille les loups, ils n’embêtent personne et certainement pas les chasseurs!