le vendredi 15 octobre 2021 | 6

Les chasses traditionnelles des oiseaux remises en place par le gouvernement, One Voice saisit le Conseil d’État


Mis à jour le 25 décembre 2021

Le 6 août, le Conseil d’État a annulé tous les arrêtés sur les chasses traditionnelles des oiseaux, à la suite de nos 19 recours et des 5 de la Ligue de Protection des Oiseaux. Quelques semaines après, le président de la République, qui flirte avec les chasseurs depuis toujours, a insisté pour les remettre en place. One Voice avait annoncé que l’association attaquerait ces arrêtés s’ils devaient être publiés à nouveaux, comme nous le faisons depuis 2018. Les arrêtés 2021-2022 viennent d’être publiés au Journal Officiel. Nos recours partent au Conseil d’État.

Hr blog

Edit au 18 octobre - 12h

Audience au Conseil d'État, jeudi 21 octobre à 10h.

Alors que le rejet que provoque la chasse chez les Français est de plus en plus marqué (Sondage Ipsos/One Voice septembre 2021), le gouvernement ne trouve rien de mieux à faire que de brosser les chasseurs dans le sens du poil. Y aurait-il des élections prochainement ?

Pour les ministres Pompili et Abba, protéger la biodiversité est compatible avec ces chasses traditionnelles qui tuent par pendaison, attirent dans des filets à l’aide d’appelants, etc. Une fin atroce pour n’importe quel oiseau qui passe.

La non-sélectivité de ces pièges et moyens de mise à mort est l’un de nos arguments depuis toujours. Or, interpellée par la France après nos recours, la Cour de justice de l’Union-Européenne a tranché sur le sens de la directive européenne « oiseaux ». Ils ne permettent pas de choisir quel oiseau sera piégé ou tué ainsi.

« Bérengère Abba est, rappelons-le, la Secrétaire d’État à la Biodiversité. Or pour elle, livrer les oiseaux vulnérables de nos campagnes aux pièges des chasseurs pour leur loisir est la « ligne d’équilibre » du gouvernement. Ces propos donnent la nausée. Nous retournerons en justice autant de fois qu’il le faudra pour les merles, les alouettes, les vanneaux... et la majorité des Français qui sont derrière nous ! »
Muriel Arnal, présidente de One Voice

Nous attaquons donc à nouveau ces arrêtés au Conseil d’État en référé et sur le fond. Car sans nous, les oiseaux seront livrés en pâture aux chasseurs.

Hr blog

Dans la thématique

Victoire par forfait pour les tourterelles des bois, contre le ministère de la Transition écologique La période complémentaire de déterrage des blaireaux jugée illégale dans l’Ain

Commentaires 6

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Bribri | mardi 16 novembre 2021

Les chasseurs n'aiment pas leurs chiens , ce sont pour eux de simples outils passant bien après le fusil (déduction faite après avoir entendu mes nombreux collègues chasseurs à qui je ne manquais pas de rappeler "je vous entends parler de vos fusils mais vos chiens ??"). Nombre de chasseurs sont ignobles envers leurs chiens qui vivent dans des conditions déplorables, ont un entraînement effroyable. Je me souviens de 2 chiennes pointers (mère et fille : 6 mois pour la plus jeune ) en chaleur toutes les 2 récupérées dans la nature en tant qu'enquêtrice, pas identifiée. Je mets des annonces pour essayer de retrouver le propriétaire en vain et au bout de 3 semaines quelqu'un m'amène un chien trouvé et voit les 2 pointers, il me dit qu'il les connait et va prévenir le chasseur avec qui il chasse et me donne les coordonnées. Toujours aucune nouvelles, je te contacte donc le propriétaire des chiens sa femme répond au téléphone "mon mari ira les rechercher à son retour " je pose la question " oui et quand ? Vous ne pouvez pas venir les rechercher ? " " Bien sûr que non ce sont ses chiens, c'est lui qui s'en occupe !" Je pose la question "comment se fait-il qu'elles soient dans la rue ? " elles vivent au chenil, elles sont en chaleur j'en avais marre d'avoir tous les chiens du coin dans ma cour j'ai donc ouvert porte du chenil " je l'ai " félicitée"pour sa belle mentalité et lui ai dit de venir rechercher immédiatement ses chiennes sinon c'était une plainte. Elle est venue j'ai du porter les chiennes jusqu'à la voiture d'une part elle ne voulait pas les toucher, mais les chiennes n'avaient nulle envie de repartir avec elle. Je lui dis que j'ai mis un tube avec notre adresse au collier des chiens donc il lui faudra changer et mettre la leur en attendant que les chiennes soient identifiées car c'est la loi. Le lendemain matin une personne nous ramenait les 2 chiennes en disant " je vous ramène VOS chiennes" nous lui disons qu'il fait erreur car aucun de nos chiens ne s'est sauvé. Ce monsieur se met en colère "comment ce ne sont pas vos chiennes elles ont un tube au cou avec vos coordonnées ! " Nous avons tout de suite compris et lui avons explique, avons téléphoné à la propriétaire des chiennes. Elle est revenue chercher ses chiennes et à son retour le mari m'a téléphone et propose la chienne de 6 mois en cadeau. J'ai refuse car nous avions beaucoup de chiens qui n'avaient pas retrouvé leurs maîtres et étaient en attente d'adoption mais j'ai toujours regretté par la suite je m'en suis même voulu quand j'ai appris que ce bébé avait peur des coups de fusil et que pour l'éduquer il l'avait attachée à un arbre et tire des coups de fusil en veux tu en voilà au dessus de la petite chienne qui a casse sa corde et s'est sauvée tout courant pour finalement se jeter sous une voiture. La chienne a été tuée ainsi. Voilà comment sont traités les chiens de chasseurs. Bien sûr il en existe, très rares qui respectent leurs chiens Et des cas semblables, je pourrais en raconter beaucoup ! J'habite la Picardie où malheureusement la chasse est très pratiquée.

Manue | dimanche 24 octobre 2021

Une honte, tout simplement ! Continuons à massacrer ces pauvres oiseaux déjà exsangues, tout va bien docteur. À quand de grandes manifs des gens sensés, qui sont contre ces pratiques d'un autre âge et pour la vie ? Ils sont sûrement plus de 42 000 en France M. Macron.

Joachim | jeudi 21 octobre 2021

Bonjour, je suis triste, dégoûté, scandalisé et les mots sont faibles mes amis. Comment peut-on tuer/capturer des animaux avec une telle cruauté et de telles pratiques? C'est une honte pour un pays soit disant développé et qui se dit être en avant des autres. Je fais le même constat que vous, les oiseaux disparaissent de plus en plus. Avant je voyais des chardonnerets et des bouvreuils notamment, maintenant je ne les vois presque plus. Comment une ministre de la biodiversité peut-il laisser faire et approuver cela? Ils ne veulent que des voix pour gagner les élections. Ils retournent leurs vestes pour s'attirer les voix de ces ignobles chasseurs. J'espère que vous gagnerez devant le Conseil d'État. Comme disait "Ghandi" : "On peut juger de la grandeur d'une nation et ses progrès moraux par la façon dont elle traite les animaux." Cette phrase a encore plus de sens en 2021. Je suis de tout cœur avec vous. Jamais les criminels ne gagneront.

riton | vendredi 15 octobre 2021

c'est effectivement honteux quelqu'un peut il me dire si il y a une chance que le conseil d'état revienne sur la décision du gouvernement?
En ce qui concerne la position de Mme Barbara Pompili et Mme Bérangère Abba, elle n'est pas des plus confortables car je pense que sincèrement, elles ne sont pas d'accord avec cette décision. C'est Macron qui décide.