le lundi 31 juillet 2023 | 5

Les associations AVES, One Voice et PAZ se mobilisent pour que l’ours Valentin ne soit pas exhibé cet été à Troyes

Les associations AVES, One Voice et PAZ se mobilisent pour que l’ours Valentin ne soit pas exhibé cet été à Troyes

Mis à jour le 25 octobre 2023

Le festival « Chasse et campagne » est organisé le 20 août 2023 au sein du Château de Vaux et prévoit de présenter au public l’ours dressé nommé Valentin pour deux représentations. Les associations AVES France, One Voice et PAZ ont joint leurs forces et écrit aux organisateurs du festival, à la préfète du département de l’Aube (Cécile Dindar) et au maire de Troyes (François Baroin). Nos trois structures demandent que Valentin ne soit pas présenté au public lors de cet événement. Soutenez notre action en signant notre pétition!

Hr blog

Mise à jour du 7 août 2023 :

Victoire d'AVES, One Voice et PAZ : pas de représentation de l'ours Valentin au Château de Vaux

À la suite de la pétition des associations AVES FRANCE, ONE VOICE et PAZ, le propriétaire du Château de Vaux en Champagne, Édouard Guyot nous a répondu par écrit qu’il n’y aura pas de spectacles avec l’ours Valentin lors du festival "chasse et campagne". 
Il précise : « le programme n’avait pas été mis à jour depuis 2021. Ni cette année, ni l’an dernier, ce spectacle n’est prévu. De plus l’éleveur n’est plus habilité à faire des sorties publics. » (sic) Nous le remercions de l'en avoir retiré...

Notre mobilisation collective a donc permis cette clarification. Nous nous en félicitons et nous restons vigilants. Nous appelons tous les festivals et autres fêtes à cesser d’asservir des animaux pour leurs spectacles. Concernant Valentin, nous exigeons son placement dans un refuge adapté pour qu’enfin, il puisse avoir une vie d’ours.

Les ours sont des animaux sauvages qui ne peuvent en aucun cas s’épanouir en captivité. Certains d’entre eux, comme Valentin, sont soustraits à leur mère dès leur plus jeune âge afin de créer une dépendance entre l’animal et son dresseur, qui le maintient en captivité. Par un dressage forcément violent, le « montreur » d’ours obtient de son animal une soumission aveugle. Ces ours sont enfermés à vie et transportés, parfois sur de longues distances, vers les lieux de leur représentation. Leurs conditions de détention sont intolérables ; on constate d’ailleurs très fréquemment des troubles du comportement (tels que des stéréotypies) et des états d’anxiété chronique. Le fait que Valentin voyage dans une remorque climatisée pour être exploité de ville en ville n’est en aucun cas un gage de son bien-être. Il s’agit juste d’une diversion pour faire croire au public et aux organisateurs que l’ours est bien traité, alors que sa simple participation à des représentations est contraire aux besoins de son espèce.

Conformément à la loi contre la maltraitance animale du 30 novembre 2021, la détention d’animaux sauvages au sein des établissements de spectacles itinérants sera interdite d’ici le 1er décembre 2028, tandis que leur acquisition, leur commercialisation et leur reproduction seront prohibées au 1er décembre 2023. S’agissant des ours et des loups, leur présentation au public à l'occasion de spectacles itinérants deviendra illégale dès cette fin d’année.

En attendant la mise en application de ce texte de loi, les associations AVES France, One Voice et PAZ s'inquiètent du sort réservé à Valentin, demandent urgemment sa mise à la retraite et son placement dans un sanctuaire au plus vite. Pour cela, son exploitation pour des spectacles mettant en scène sa soumission totale doit cesser !

De plus, durant le festival, de nombreuses activités mettant en scène des animaux seront proposées au public. Pour n’en citer que quelques exemples :

  • exposition de grands gibiers dans l’une des salles du château ;
  • présentation à pied de chiens de déterrage et de meutes de chiens courants ;
  • spectacle équestre – dressage ;
  • spectacle de fauconnerie ;
  • grand drag de vénerie.

D’autres pourront également être réalisées, à destination principalement des enfants, telles que la visite du parc à chiots, la promenade à poney ou encore la promenade en calèche.

D’une part, ces animations sont anti-pédagogiques. Quel exemple donnent-elles aux jeunes générations ? Les animaux y sont considérés comme de simples objets de divertissement que l'on peut manipuler, exploiter et utiliser sans aucune considération pour leurs désirs ou leurs besoins. Cette réification de l'animal va à l'encontre de l'éducation de générations futures plus respectueuses de leur environnement et des individus avec qui elles le partagent.

D’autre part, cet environnement est totalement inadapté aux animaux. Les soumettre volontairement à un tel niveau de stress dans un but purement récréatif est cruel et contraire à l’éthique. Les chiens, les chevaux et les oiseaux, qui ont pourtant des capacités cognitives et sensibles extraordinaires, sont ici réduits à des numéros.

Nous sommes également extrêmement inquiets des conditions de détention des animaux durant le festival. En effet, ce dernier est organisé en plein milieu du mois d’août, alors que les températures extérieures sont souvent très élevées à cette période de l’année. Dans ces conditions, les individus pourront souffrir de la chaleur, notamment lors de leurs représentations, et seront de surcroît soumis au stress du passage des visiteurs et du bruit, sans possibilité de s’y soustraire.

En l’état, ce festival et la mise en scène d’animaux ternissent assurément l'image du Château de Vaux, qui dispose par ailleurs d'un intérêt culturel incontestable.

Pour l’ensemble de ces raisons, nous exhortons les autorités (préfecture et mairie) et les organisateurs à agir en faveur des animaux exposés lors du festival « Chasse et campagne » et à renoncer, dès à présent, aux deux représentations programmées de l’ours Valentin, afin de privilégier des animations plus éthiques à la place. Nos associations sont disposées à apporter leur expertise sur ce thème et restent à leur disposition pour toute demande d’informations supplémentaires.

Nous invitons le public à signer notre pétition !

Hr blog

Dans la thématique

Audience à Vannes ce 12 février 2024 pour un lion et deux lionnes détenus par le cirque William Zavatta La fin de la vie de cirque pour les lamas, chevaux, vaches et dromadaires abandonnés par le Cirque de Paris

Commentaires 5

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Olivo | mercredi 23 août 2023

Arrêtons ces spectacles avec les animaux, qui apportent de l'argent à des individus dénués d'amour pour ces bêtes. Nous ne sommes plus au moyen-âge...

Béa | lundi 07 août 2023

Pas étonnant que ce soient ces chasseurs barbares qui associent à leurs tueries l'asservissement de toute forme animale à ces spectacles immondes !!!
Il faudrait obtenir l'interdiction de telles démonstrations.
J'ose espérer que l'ours "Valentin" sera délivré des mains de son tortionnaire pour rejoindre enfin un sanctuaire et non pas être oublié dans un "zoo - prison"...

Yvabra | lundi 07 août 2023

Il faut laisser tranquille cette pauvre bête ! Les animaux ne sont pas des objets ,il faut respecter leur sensibilité !

Christ | jeudi 03 août 2023

Spectacle sous torture
Apprenez à respecter l'animal.
Seules les personnes peuvent se donner en spectacle contre rénumération, si on se sert d'un animal, la sentence doit être lourde.