le jeudi 21 février 2019 | 10

Les abattoirs en procès…

One Voice est partie civile dans le procès impliquant l’abattoir d’Houdan (78) et qui, maintes fois reporté, se juge enfin ce 21 février. Les images terribles, révélées en 2017 par L214, soulignent des pratiques industrielles insoutenables.

Hr blog

Dans les travées de l’abattoir, on lit des panneaux laissant songeurs… « Ne pas pousser plus de 7 porcs à la fois vers les couloirs d’amenée au CO», « Respectez les animaux, vous vous respecterez ». De pieux conseils distillés par la direction de cet établissement assurant la mise à mort d’environ 2 500 cochons par semaine (finalement peu, dans l’océan d’abattages pratiqué en France par plusieurs centaines d’autres structures, aux tailles et méthodes variables).

Discours… et méthode

À Houdan, on étourdit les cochons avant qu’ils soient saignés et débités, et la technique se résume à des nacelles évoquant celles des mineurs de Germinal, qui descendent les animaux vers une atmosphère chargée de dioxyde de carbone (CO2). Le gaz a ses « avantages » : l’animal mort est moins crispé que par des méthodes électriques, par exemple, en plus de contracter les chairs et les rendre moins adaptées à la découpe, problème d'industriel. Alors ces derniers ont investi dans ces techniques pour le bien-être des cochons destinés aux assiettes, parmi la trentaine de millions d’animaux de boucherie tués par an, en France1. On parle en fait de "bien" mourir et non de bien-être. Et là encore, ça cloche…

Des pratiques ultraviolentes

Sous nos yeux, il n’est absolument pas question de bien-être! Le CO2, durant l’inhalation, provoque une détresse folle chez l’animal, hurlant convulsé dans des secondes interminables avant qu’il ne bascule dans l’inconscience. Mais il n’y a pas que cela… Pour arriver là, dans ces gazinières techno, les cochons sont conduits violemment par des salariés prompts à accélérer les cadences, usant d’aiguillons électriques à outrance, shootant dans le tas, car, reconnaissons-le, les installations sont mal fichues, le débit n’est pas fluide. Entassés dans le noir, comprimés, sans accès à l’eau, les cochons vivants sont déjà de la viande sur laquelle on beugle, on cogne, même le vétérinaire délégué par l’État montre l’exemple. Pire, l’exposition au COsemble avoir été réduite pour accélérer le process.


Graves manquements

One Voice l’a rappelé aux juges : les cochons sont des animaux très étudiés, « un sujet moral d’une extrême complexité et sensibilité ». Le moins que l’on doive à ces êtres sentients, sacrifiés en masse sur l’autel de la consommation, serait que les abattoirs, sans lesquels l’élevage n’existerait plus, développent comme les éleveurs des pratiques vertueuses. 

Marier équilibre économique, respect des conditions sanitaires et bien-être animal est possible. Or ici, face aux nécessités du débit industriel, on relève des infractions par dizaines: non conformité des installations, manque de formation des personnels aux bonnes pratiques, maltraitance. Bref l’ignoble ajouté à l’horreur quotidienne. Les amendes encourues à titre personnel par les prévenus, dirigeants et salariés de cet abattoir, seront minimes. Mais elles restent hautement symboliques : on ne peut procéder de la sorte, surtout sous un panneau clamant à juste titre « Respectez les animaux, vous vous respecterez… ».

Vous pouvez également, comme déjà plus de 500 000 autres personnes en Europe, rejoindre la mobilisation citoyenne pour mettre fin à l’élevage en cage.

(1) Chiffres 2015, in Rapport parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français 

Frédéric Rideau
Hr blog

Dans la thématique

Passons à une ère définitivement sans cage!
A Yulin, les vétérinaires découvrent que les chiens ne sont pas des objets

Commentaires 10

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | mardi 26 février 2019

Ce n'est qu'en cessant de manger de la viande et tous autres produits animaux que nous parviendrons à faire cesser de telles horreurs dans les élevages et abattoirs de l'horreur, que faut il donc pour que les consciences se réveillent et que les mentalités et habitudes alimentaires changent ? Nous n'avons pas besoin de tuer d'autres ETRES VIVANTS QUE SONT LES ANIMAUX pour nous nourrir et vraiment nous nous en portons que mieux à tous niveaux, les animaux ont comme nous envie DE VIVRE ET NON DE MOURIR pour se retrouver dans des assiettes, rien que d'y penser je me sens très mal et c'est trop douloureux de penser les animaux ainsi alors qu'ils ont pour la plupart des facultés mentales indéniables et reconnues avec tout ce que cela comporte comme nous pour la plupart. L'alimentation entièrement végétale est excellente très nutritive variée saine et surtout ETHIQUE. Avec toutes les dénonciations et diffusions d'atrocités, de barbaries et tortures dans les abattoirs et même dans les élevages comment peut on encore continuer à manger des animaux en toute conscience ? il y va de la dignité humaine et du grand respect de toutes vies qui ont toutes les mêmes valeurs et importances et il n'existe pas "d'êtres vivants inférieurs ou supérieurs" mais simplement différents.

VERONIQUE | jeudi 28 février 2019

TROCHU,
Vous avez parfaitement bien exprimé ce que je pense aussi.
STOP MALTRAITANCE !
Les Animaux sont des être sensibles, qui souffrent comme nous..! On ne peux plus laisser faire de telles atrocités !!!

Bugnette | lundi 25 février 2019

Il faut fermer les abattoirs une bonne fois pour toutes !!! L'animal est un être sensible et intelligent. Il faut faire cesser cela, et amener les gens à une consommation sans viande. Les protéines végétales remplissent très bien leur fonction, au même degré que les protéines animales. Stoppons tout net, et passons à une alimentation respectueuse de la Vie, sous toutes Ses formes.

Mélisande | samedi 23 février 2019

Je me demande toujours comment et pourquoi des vétérinaires acceptent de travailler dans des conditions ignobles que pratiquent les abattoirs.
Un médecin m'a dit une fois "la plupart des vétérinaires exercent ce métier car, au départ, ils aiment les animaux". Ca ne semble pas être le cas de ceux-ci!!

Annie | samedi 23 février 2019

Je cautionne tout ce qui est dit et n'ai rien à ajouter, sinon que je vous remercie vivement pour votre courageuse lutte contre les abus pratiqués contre les pauvres animaux des abattoirs, ou d'ailleurs.