le mercredi 10 mars 2021 | 11

À Gannat, MBR Farms joue au chat et à la souris sur le dos des chiens pour l’expérimentation animale


Mis à jour le 10 mars 2021

À Gannat, un élevage pour les laboratoires, où ont également lieu des expériences sur les chiens, cherche à s’agrandir... toujours davantage. Début 2019, nous avons déposé un recours au tribunal administratif de Clermont-Ferrand avec notre partenaire, FNE Allier. La procédure est toujours en cours.

Hr blog

Gannat, dans l’Allier partage avec beaucoup d’autres villes françaises de 6 000 habitants l’espoir d’un tissu économique vivant. Y développer des activités est essentiel, même si celles-ci impliquent que des vies animales le payent au prix fort. Mais ici comme ailleurs, One Voice ne peut accepter que l’on torde le cou aux règles de droit, surtout quand il s’agit du destin de milliers de chiens innocents destinés à des expériences dites d’utilité scientifique au profit de multinationales sans état d’âme.

Zone de quoi ? De non-droit !

Déjà en 1999 nous nous battions contre cet élevage de chiens. Nous avions d’ailleurs réussi à sauver quatre chiennes uniquement considérées et dénommées comme « produit » dans cette usine à chiens, dont il a récemment été dévoilé des images par L214.  

Et en mars 2019 c’est avec France Nature Environnement Allier que nous avons demandé en justice l’annulation d’un arrêté par lequel la ville a autorisé, début 2019, la société MBR Farms à démolir cinq bâtiments pour en construire un nouveau, réputé à vocation « industrielle ».  

Le montage est complexe : Envigo (ex-Harlan, géant mondial de l’industrie des animaux dits de laboratoire et partie prenante dans MBR Farms) occupait pour la même activité des bâtiments vétustes situés avenue des Portes Occitanes, près de l’Intermarché, du Point P, du Gedimat, du McDonald’s locaux… Bref, une zone commerciale quand ce genre d’activité relève des installations classées à risque pour l’environnement et exige des études d’impact pour toute extension, ici 3 600 m2 de plus… 

Au chat et à la souris avec la loi

Les autorités jouent ici au chat et à la souris avec la loi, un peu comme à Mézilles. Leur interprétation relève de la fable : quand Madame la mairesse décrète que « produire » des chiens pour les laboratoires est une activité industrielle, on peut lui accorder que le rythme des naissances et le traitement barbare des chiens évoquent l’industrie. Mais voilà, un élevage d’animaux peut-il s’exonérer des règles de bien-être animal et de protection environnementale en vigueur dans les filières spécialisées en vertu de son seul avis d’élue ?  

Le préfet local a également, semble-t-il (un document reste à produire), dispensé MBR Farms d’une étude d’impact sur cet aménagement, les nuisances sonores et la gestion des eaux usées étant cependant mises en question. Mais visiblement, si on fait plus grand ici, ce sera mieux à tous les niveaux, car malgré l’extension, Madame la mairesse assure que le volume d’activité ne changera pas. À voir…  

Nous avons donc contesté MBR Farms par tout moyen légal la régularité de cette rénovation/extension de bâtiments au tribunal administratif de Clermont-Ferrand avec FNE Allier. Cet agrandissement est dédié à l’ignoble pratique consistant à faire naître à la chaîne des chiens pour les vendre aux laboratoires où ils sont torturés pour des expériences. Aucune place supplémentaire ne doit être accordée à cette activité ! La procédure est toujours en cours.

Signez notre pétition pour une transparence totale sur les animaux expérimentés, le financement de méthodes substitutives et l’emploi systématique et unique de celles-ci quand elles existent !

Hr blog

Dans la thématique

Expérimentation animale : les chiffres de la honte Des députés européens font part de leurs inquiétudes à la Commission européenne concernant le piégeage de singes sauvages à Maurice

Commentaires 11

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

carole | jeudi 25 mars 2021

Il n'est pas nécessaire d'avoir une sensibilité particulière, envers les animaux pour trouver ces pratiques inacceptables de nos jours...
On sait que les laboratoires pourraient travailler différemment. Et ils n'y gagneraient sans aucun doute que plus de respect, au regard de leur travail!

Louise | jeudi 25 mars 2021

Tout cela pour faire plus d'argent et s'amuser de la souffrance animale alors qu'aujourd'hui il y a d'autre méthodes, surtout que cela n'empêche pas qu'on doit expérimenter sur des humains consentants avant de sortir un médicament pour l'homme, alors quelle est cette hypocrisie barbare ?

trochu | mercredi 10 mars 2021

Non mais c'est abominable et là aussi non seulement révoltant mais à en pleurer vraiment, tous ces pauvres chiens ou autres animaux élevés "juste pour le confort d'humains" et donc destinés uniquement à "servir la science" c'est horrible et inacceptable en 2021 et toujours en France ! Honte au président et son gouvernement car ils n'ont aucune considération ni respect envers les animaux. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi les français qui se prétendent "aimer les animaux et contre l'expérimentation animale" ne se manifestent pas davantage en leur faveur, n'agissent pas, sont même très souvent pas informés de ce qu'est exactement l'horreur de l'expérimentation animale ? C'est tout de même très étonnant et voire choquant alors que lorsqu'il est question d'argent, de leur argent, ils descendent dans la rue par milliers, et le comble donnent pour le téléthon et la recherche médicale ? Aujourd'hui il est pourtant impensable d'ignorer ce qui se passe dans les laboratoires immondes envers les animaux, ce que vivent ces pauvres animaux au quotidien c'est ahurissant avec leurs bouches "ils aiment tous les animaux et refusent la maltraitance" mais de là à agir, à se révolter et dénoncer il n'y a plus personne comme par hasard...Heureusement que les associations de défense et protection des animaux elles, ne baissent jamais les bras et vont de combat en combat pour la délivrance et protection DE TOUS LES ANIMAUX.