le jeudi 29 mars 2018 | 43

Le chat comme sentinelle de populations humaines

Dans le but d'anticiper les problèmes engendrés sur les humains par le bisphénol A, un perturbateur endocrinien, une douzaine de chats ont subi en 2016 de multiples piqures intraveineuses, pouvant provoquer, entre autres conséquences graves, des pathologies majeures de la thyroïde.

Hr blog

Encore une fois, le protocole scientifique montre des failles, qui sont à la limite de la fraude scientifique, selon le Dr Ménache : les chats n'ont pas le même métabolisme que celui des humains, et c'est pourtant ce qui est mis en avant pour justifier leur utilisation comme point de comparaison avec les humains. Autre aberration, alors que les humains sont exposés à ce perturbateur endocrinien dans leur environnement et leur nourriture, les scientifiques ont injecté le bisphénol A aux chats en intraveineuses. Ils ont ainsi dû endurer des piqures nombreuses et très stressantes, mais aussi des prises de sang à répétition.

Rien dans ces expériences ne mentionne la moindre prise en compte de la souffrance des chats, même leur mode d'hébergement a été passé sous silence pendant les mois qu'ont duré les tests. Il est fort à parier que rien n'ait été mis en œuvre pour les aider, sinon, ça aurait probablement été mis en avant.

Jessica Lefèvre-Grave
Hr blog

Dans la thématique

À Mézilles, élevage et Etat font la paire contre les chiens
La résilience par les huiles de banane, l'entrepreneuriat éthique de Kadalys

Commentaires 43

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

joelle | mardi 08 mai 2018

terminons-en avec tous ces actes barbares et inutiles!

Blandine | dimanche 29 avril 2018

On dirait que certains humains font passer leurs actions sur le dos d'une pseudo science, dans le style : non c'est pas moi c'est la science ! Mais nous on ne leur a rien demandé...

Lothar 48 | jeudi 19 avril 2018

ces expériences cruelles n'ont plus lieu d'avoir cours et ne devraient même pas exister...

Bastet | jeudi 19 avril 2018

Toujours pareil : arrêtons le massacre et la souffrance inutile des animaux.