le dimanche 28 avril 2019 | 8

La disparition des insectes, une catastrophe sans précédent

Les scientifiques sont formels, les populations d’insectes se sont effondrées. Les conséquences sont immédiates: chute des populations d’oiseaux, de batraciens et de chauves-souris. One Voice s'est mise au défi de tisser un vaste réseau d'« Arches de Nature », des jardins et espaces naturels privés sanctuarisés, garantissant l'absence de pesticides et interdits à la chasse.

Hr blog

Si d’aucuns en doutaient, l’étude publiée dans la revue Biological Conservation le 10 février 2019 est on ne peut plus claire, nous ne courons plus à la catastrophe, nous y sommes jusqu’au cou ! Si d’année en année, nous nous apercevions que nous entendions de moins en moins d’oiseaux chanter dans nos campagnes, peu d’entre nous avaient noté le déclin, bien plus important pourtant, des populations d’insectes. C’est pourtant bien la disparition des insectes qui a engendré la raréfaction des oiseaux.

Des chercheurs des universités de Sydney et du Queensland ont synthétisé une dizaine d’études qui avaient été faites de par le monde par divers organismes scientifiques. Leur constat est formel : la catastrophe annoncée par Rachel Carson dès 1962 dans son ouvrage « Printemps silencieux » est bel et bien arrivée ! Nous avons détruit des milliards et des milliards d’insectes à grands coups de pesticides, à tel point que nous avons peut-être atteint le point de non-retour !

Le point de non-retour déjà atteint?

Porto Rico a perdu 98 % de ses insectes ! Même dans les réserves naturelles allemandes les populations d’insectes ont chuté de 80 %. On ne fait pas mieux en France. C’est vrai pour la plupart des groupes d’espèces, et tout particulièrement pour les pollinisateurs. La conséquence de ces disparitions est aussi grave que rapide : 80 % des plantes à fleurs sont pollinisées par les insectes. Sans eux huit à neuf plantes sur dix ne seraient pas là aujourd’hui.

De la survie des insectes dépend la nôtre

La catastrophe ne se fera pas seulement sentir sur la diversité de la flore sauvage, mais également sur les cultures des plantes qui servent à notre consommation. Sans insectes, seules les graminées (blé, riz, orge…) qui sont pollinisées par le vent, pourront fructifier et se reproduire ! Fini tomates, courgettes ou abricots ! Si nos menus seront bien tristes, cette situation entraînera fatalement des famines de par le monde, et avec elles, leurs lots de migrations humaines et animales et bien entendu de conflits armés qu’elles provoqueront. Cela par manque de papillons, d’abeilles ou de mouches pollinisatrices !

Les oiseaux déjà impactés

D’ores et déjà, ce sont nos amis les oiseaux qui ont payé un très lourd tribut à notre soif de dominer la nature, de produire intensément des productions agricoles de plus en plus toxiques pour l’humain et l'environnement. Les populations de passereaux ont déjà chuté de plus d’un tiers. Et bien évidemment, ce sont les espèces inféodées aux milieux ouverts, donc aux territoires agricoles, qui paient le plus sévèrement le prix de cette disparition des insectes. Certaines espèces, banales il y a encore 30 ou 40 ans, sont maintenant devenues très rares. Ainsi, nous n’entendons et ne voyons plus qu’exceptionnellement les bruants proyers ou les pies-grièches grises. Les alouettes, hier encore si nombreuses, se sont raréfiées sur l’ensemble de leur aire de présence (malgré cette chute de population très importante, les alouettes sont pourtant toujours chassées en France, y compris selon des chasses traditionnelles cruelles !...).

La plupart des espèces de passereaux, même les granivores, ont besoin d’insectes (larves ou adultes) pour nourrir leurs petits et pour se nourrir eux-mêmes pendant la période de reproduction et d’élevage des jeunes. En Europe, la perte de 80 % des insectes au cours des trente dernières années a fait disparaître 400 millions d’oiseaux !

Il y a urgence, agissons !

Les oiseaux ne sont pas les seuls à connaître la famine. Les chauves-souris, les musaraignes, grenouilles et lézards, eux aussi consommateurs d’insectes sont directement affectés par la disparition de ceux-ci.

Il est de notre responsabilité, et même de notre devoir d’agir. De par nos modes de consommation, bien sûr, en privilégiant les produits issus de l’agriculture biologique, mais également par des actions directes pour les insectes. Ouvrons-leur nos jardins, nos prairies et nos champs ! Il y a urgence !
Rejoignez le réseau des « Arches de Nature » de One Voice. Laissez des fleurs et même des « mauvaises herbes » pour nourrir et faire se reproduire les insectes loin des pulvérisateurs. C’est le plus gros défi qu'il nous sera donné de relever. Si collectivement nous ne faisons rien en pratique, les pouvoirs publics continueront de privilégier l’agriculture intensive qui nous a pourtant menés à cette catastrophe.

Nous comptons sur vous ! Téléchargez et signez la charte des « Arches de Nature » puis renvoyez-la par la poste (One Voice, 7 place de la République, CS 20263, 56007 Vannes Cedex) ou par e-mail à info@one-voice.fr pour vous engager à nos côtés.

Pierre Athanaze, naturaliste, conseiller de One Voice
Hr blog

Dans la thématique

La ronce, cette mal-aimée
Le lierre, éloge d’un marginal

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MARIE | dimanche 05 mai 2019

Comme beaucoup je constate la disparition inquiétante des insectes et des oiseaux.
Je donne des graines et des pains de graisses et boules dorénavant toute l'année MAIS je ne vois plus que 5 chardonnerets au lieu de 70/80, les mésanges à peine une vingtaine.
Il n'y a que les moineaux qui restent en nombre assez important parmi les "petits".
Les hirondelles qui avant étaient jusqu'à 60 sur le fil électrique ne sont plus qu'une dizaine. C'est horrible et pour elles, à part les laisser entrer dans notre cellier où il y a 3 nids depuis des années je ne vois pas ce que je peux faire pour leur venir en aide ? Je suis dans le Perche à 50 m d'un bois (chasseurs ....) et limitrophe d'un champ cultivé (agriculture raisonnée mais pas bio).

Myl | samedi 04 mai 2019

Tous solidaires pour la vie qui nous a été donnée, pour toute la création !

murgod2018 | vendredi 03 mai 2019

Il est temps d'agir vite et efficacement sinon il sera trop tard pour l'éternité - y compris pour les humains. Les hommes politiques ne peuvent-ils comprendre ça? Et les agriculteurs qui continuent à utiliser des pesticides?

marie | vendredi 03 mai 2019

bonjour, nous allons à une catastrophe sans précédent, une planéte sans insectés c'est pas possble , nous devons prendre cela aux sérieux, et vite