le jeudi 15 novembre 2018 | 10

La chronologie de la grossesse de Morgan soulève de nombreuses questions

Capturée et enfermée entre quatre murs, Morgan vient de donner naissance à un bébé. Et malgré leurs affirmations, les delphinariums SeaWorld et Loro Parque, qui les détiennent tous les 3: elle, le père et le petit, savaient parfaitement ce qu'ils faisaient. Les dates ne mentent pas, les faits sont là.

Hr blog

Morgan, l'orque libre capturée aux Pays-Bas et enfermée dans le bassin de Loro Parque par SeaWorld, n'aurait jamais dû tomber enceinte. Pourquoi ?! Car dès l'instant où SeaWorld a annoncé la fin de son programme de reproduction d'orques, tous ceux captifs à Loro Parque - alors la "propriété" de SeaWorld - auraient dû être soumis aux mêmes conditions. 

Depuis l'annonce de la grossesse de Morgan, tous ses défenseurs - comme l'a parfaitement décrit Ingrid Visser et son avocat, cet été à Superpod - cherchent à savoir de quand date le début de celle-ci. Une seule possibilité: la déduire de la date de naissance de sa fille! Ô surprise, la conception a lieu un mois après l'arrêt de la reproduction des orques en captivité, et les orques du Loro Parque appartenaient encore tous à SeaWorld à ce moment là, y compris le mâle qui l'a fécondée!

Deuxième point important à prouver, que les directeurs des delphinariums Loro Parque et SeaWorld étaient au courant de cette grossesse lors de leur déclaration sous serment qu'aucune orque n'était enceinte le 9 octobre. La Free Morgan Foundation, membre, comme One Voice de Dolphinaria-Free Europe, défend Morgan depuis sa capture. Elle a annoncé que sa grossesse n'était en rien un hasard: ce n'était pas un "accident" comme le prétend Javier Almunia (responsable de la Fondation Loro Parque et "en charge" de Morgan) mais bien une tentative des delphinariums d'encore et toujours faire de l'argent sur le dos des animaux, quoi qu'il en coûte, quitte à contourner les règles. On ne met pas deux orques de sexe différent, sans contraception et en âge de se reproduire dans le même bassin par hasard.

Donc que ce soit pour Morgan ou pour le père de la petite orque née le 22 septembre 2018 dans un bassin, et qui jamais ne verra l'océan, il est à présent difficile de nier l'évidence: les deux entreprises étaient au courant et ont bel et bien agi en toute connaissance de cause! 

Article librement traduit du site de la Free Morgan Foundation - tous droits réservés

Hr blog

Dans la thématique

Lettre ouverte à l'attention de Barbara Pompili
Ode to Orcas : la jeunesse planche sur la libération des orques captives

Commentaires 10

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Valérie | vendredi 16 novembre 2018

Ne peut on pas faire une action de justice ,porter plainte? Pour maltraitance? Non respect du programme de non reproduction ?

murgod2018 | vendredi 16 novembre 2018

L'argent, toujours l'argent. Et les premières victimes sont toujours les animaux.

Fanfan | jeudi 15 novembre 2018

Je pense qu'il ne faut pas faire confiance à l'homme... un test de grossesse aurait dû être pratiqué. Sachant que même l'homme peut faillir inconsciemment ou pas, ce qui est le cas, à ses responsabilités. Enlever le bébé bien sûr et l'adapter à l'océan avec sa maman cela va de soit...! ?

mireille | jeudi 15 novembre 2018

pourquoi ne la remet-on pas en liberté dans un lieu protégé. Encore une histoire d'argent. Ces pauvres animaux ne sont pas faits pour être en captivité, Ne peut-on pas faire quelque chose à nous tous, une pétition ou autre.