le jeudi 15 novembre 2018 | 10

La chronologie de la grossesse de Morgan soulève de nombreuses questions

Capturée et enfermée entre quatre murs, Morgan vient de donner naissance à un bébé. Et malgré leurs affirmations, les delphinariums SeaWorld et Loro Parque, qui les détiennent tous les 3: elle, le père et le petit, savaient parfaitement ce qu'ils faisaient. Les dates ne mentent pas, les faits sont là.

Hr blog

Morgan, l'orque libre capturée aux Pays-Bas et enfermée dans le bassin de Loro Parque par SeaWorld, n'aurait jamais dû tomber enceinte. Pourquoi ?! Car dès l'instant où SeaWorld a annoncé la fin de son programme de reproduction d'orques, tous ceux captifs à Loro Parque - alors la "propriété" de SeaWorld - auraient dû être soumis aux mêmes conditions. 

Depuis l'annonce de la grossesse de Morgan, tous ses défenseurs - comme l'a parfaitement décrit Ingrid Visser et son avocat, cet été à Superpod - cherchent à savoir de quand date le début de celle-ci. Une seule possibilité: la déduire de la date de naissance de sa fille! Ô surprise, la conception a lieu un mois après l'arrêt de la reproduction des orques en captivité, et les orques du Loro Parque appartenaient encore tous à SeaWorld à ce moment là, y compris le mâle qui l'a fécondée!

Deuxième point important à prouver, que les directeurs des delphinariums Loro Parque et SeaWorld étaient au courant de cette grossesse lors de leur déclaration sous serment qu'aucune orque n'était enceinte le 9 octobre. La Free Morgan Foundation, membre, comme One Voice de Dolphinaria-Free Europe, défend Morgan depuis sa capture. Elle a annoncé que sa grossesse n'était en rien un hasard: ce n'était pas un "accident" comme le prétend Javier Almunia (responsable de la Fondation Loro Parque et "en charge" de Morgan) mais bien une tentative des delphinariums d'encore et toujours faire de l'argent sur le dos des animaux, quoi qu'il en coûte, quitte à contourner les règles. On ne met pas deux orques de sexe différent, sans contraception et en âge de se reproduire dans le même bassin par hasard.

Donc que ce soit pour Morgan ou pour le père de la petite orque née le 22 septembre 2018 dans un bassin, et qui jamais ne verra l'océan, il est à présent difficile de nier l'évidence: les deux entreprises étaient au courant et ont bel et bien agi en toute connaissance de cause! 

Article librement traduit du site de la Free Morgan Foundation - tous droits réservés

Hr blog

Dans la thématique

Kiska, la dernière orque du Marineland de l'Ontario
Trafic de bélugas et d'orques juvéniles découvert en Russie

Commentaires 10

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MARC | samedi 01 décembre 2018

LIBERONS CES DAUPHINS

BIDULE | mardi 20 novembre 2018

Je sais que l'argent régit tout et qu'il est difficile de mettre en avant des valeurs autres, sans être immédiatement contrecarré. Il n'empêche que chaque petit pas franchi, aussi minime soit-il constitue un petit pas d'amour supplémentaire qui en entraînera d'autres…

Un grand merci à tous ceux qui osent défendre les animaux et atténuer ainsi la barbarie.
Catherine KERMEN

one voice | mercredi 21 novembre 2018

Merci pour ce joli message, qui fait du bien. Très cordialement.

danfrance | dimanche 18 novembre 2018

Il faut les sortir tous les trois de leur bassin. L'avenir du bébé doit être impérativement dans l'océan, avec ses parents. C'est fini, on ne peut plus accepter, supporter, ces emprisonnements à vie pour le plaisir de ces inconscients qui paient pour voir cette souffrance. C'est fini, on ferme le spectacle de quelques minutes qui se fait au prix d'une souffrance sans repos.

Vv | samedi 17 novembre 2018

Nous sommes la Nature. Que faisons nous !!! L’exploitation est elle la solution ? Nous sommes soit disant des être doués de réflexion et de sentiments. Pensons à l’empathie. Et si c’etait Nous...