le mardi 26 janvier 2021 | 0

« Jungle Park » : le visage d’un cirque fixe


Mis à jour le 29 mai 2021

À l’heure où les députés planchent sur une proposition de loi pour interdire l’exploitation des animaux dans les cirques, nous mettons en garde contre la possibilité qui sera laissée aux dresseurs de se sédentariser. Et donc de maintenir les animaux dans des conditions de détention toujours aussi dramatiques. À la façon du « Jungle Park » de Medrano.

Hr blog

À quoi ressemble un cirque fixe ? Regardez le « Jungle Park » où sont enfermées Mina et Kamala et vous en aurez une idée. Après des années à faire des spectacles sur les routes ou sur des tabourets, ces éléphantes de 55 ans végètent désormais sur la base technique du cirque Medrano à Aimargues (30). Grâce à nos recours administratifs successifs, nous avons obtenu la suspension de l’ouverture de l’établissement au public en septembre 2020. C’est déjà une avancée qui prouve que l’inspection de la DDSCPP et de l’OFB ont constaté des irrégularités. Mais le propriétaire n’a pas été condamné pour autant : il a simplement reçu une mise en demeure.

Mina et Kamala toujours dans la souffrance

Pendant ce temps, notre plainte est toujours en cours pour ces éléphantes abandonnées à leur triste sort. C’est pourquoi nous venons d’adresser un complément de plainte au procureur du tribunal judiciaire de Nîmes. En décembre dernier, nos enquêteurs sont parvenus à rapporter de nouvelles images de Mina qui se trouvait séparée de Kamala au moment de la prise de vue. Laissée à l’extérieur par des températures de 4 à 8° C, elle luttait contre le froid dans un barnum ouvert et continuait à présenter des comportements stéréotypés, symptômes éloquents de sa détresse mentale.

Expertise

Le Dr Schaftenaar, docteur vétérinaire et zoologue, qui a visionné les vidéos, s’inquiète également de son état de santé physique. Il constate des mouvements de l’articulation de son genou gauche « anormaux » : « il semble que la rotule ne se meuve pas en douceur dans la trochlée patellaire du fémur. Ce problème doit être confirmé au moyen d’un examen clinique effectué par un vétérinaire qualifié ». Par ailleurs, il observe des « contractions musculaires rythmiques […] au niveau de la jonction entre le corps et la jambe avant droite et sur le reste du corps ». Là encore, l’expert recommande un examen clinique comprenant analyse sanguine et hématologie car « cette affection est connue pour survenir lors d’une maladie rénale ».

Des tigres confinés « à la Masson »

Mina et Kamala ne sont pas les seules à être détenues dans des conditions contrevenant aux normes légales minimales pourtant dérisoires. Des tigres sont aussi parqués les uns sur les autres dans un camion-cage, comme chez Mario Masson. Certains tendent la patte à travers les barreaux, d’autres ont le regard éteint. Rien n’est prévu pour leur permettre de tuer les heures. C’est illégal et insupportable ! Nous sollicitons la saisie conservatoire des éléphantes et de ces tigres pour les mettre à l’abri dans un sanctuaire. Et nous nous battrons de la même manière pour tous les animaux qui resteront à la merci des cirques, que ceux-ci soient itinérants ou sédentaires.

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Jumbo enchaîné à vie : le Cirque Muller obtient un certificat de capacité définitif Procès des Poliakov : la France protège-t-elle réellement les animaux sauvages ?

Commentaires 0

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.