le mercredi 03 avril 2019 | 17

Jesko définitivement sorti d'affaire!

Mercredi 13 mars, le tribunal de grande instance de Créteil fut le théâtre du procès de l'agent de sécurité qui gardait Jesko enfermé dans le coffre de sa voiture. Une journée qui avait commencé sous les averses et les vents violents, et s'est terminée baignée de soleil. Comme la vie de Jesko, qui à ce moment là, a connu un tournant définitivement positif.

Hr blog

L'agent de sécurité s'approche de la barre. Il argue en butant sur les mots, avoir un quotidien pire que celui de son chien... Mais ce sont ses actions à lui qui ont failli coûter la vie à Jesko. Un homme en récidive, qui a obtenu malgré tout la clémence du juge. En sortant de l'audience, le soir venu, on a une fois de plus l'impression que même si les faits sont avérés et pris en compte, les affaires dont les animaux sont les victimes sont reléguées au second plan...

"Il y a sévices et sévices"

Dès le début de l'audience, on sent que l'affaire ne sera pas jugée sévèrement. Le président affirme qu'il y a "sévices et sévices" et que "le chien n'est pas marqué au fer rouge", même s'il est "néanmoins sous-alimenté." Autant de perches tendues pour l'homme incriminé, qui aussitôt se cache derrière le paravent de la misère pour justifier ses actes et nier la souffrance infligée à Jesko. Le juge n'est tout de même pas dupe quand le prévenu dit être SDF et dormir dans la voiture avec Jesko, il s'embrase alors : "Non! On ne peut pas laisser dire cela. Jamais! Je dis bien: jamais vous n'avez été vu avec le chien dans la voiture pendant l'enquête."

"Il a perdu dix kilos, si cela avait continué il en serait mort"

Entre septembre et janvier, Jesko a perdu pas moins de dix kilos! Deux vétérinaires corroborent que si cela avait continué, il en serait mort. Notre enquête montre qu'il restait de longues heures sans être alimenté et surtout sans eau et sans pouvoir sortir! L'homme s'en servait pour son travail d'agent de sécurité. C'était un outil pour lui, rangé, traité comme tel, dans un espace totalement insuffisant. En moins d'un mois grâce à nos soins, Jesko a repris sept kilos. 
Les deux circonstances aggravantes n'ont pas été, à nos yeux, prises en compte à leur juste niveau. L'homme est coutumier du fait: en 2002 alors qu'il était encore pompier, il avait été accusé d'actes de cruauté, pour un chien retrouvé dans sa voiture! Et en tant qu'agent de sécurité, il ne pouvait ignorer la réglementation.

Jesko sauvé mais une bien légère sanction

Hypocrisie ou réelle repentance, l'accusé reconnait ses torts même s'il ajoute qu'il n'a, personnellement, pas une belle vie. Comment les humains, en position de force sur ces êtres sensibles peuvent-ils se mettre sur le même plan?
Le juge décidera d'alléger la sentence par rapport au réquisitoire du parquet: "Monsieur, vous êtes reconnu coupable des faits qui vous sont reprochés. Vous êtes condamné à 2 mois de prison avec sursis. C'est un avertissement. Maintenant pour le nœud de cette affaire: nous confirmons la confiscation de l'animal, et sa remise définitive à l'association One Voice. Enfin, vous avez une interdiction de détenir un animal pendant 5 ans, ce qui est le maximum."

Jesko trouvera la paix, c'est une évidence. Notre Cellule Zoé cherche dorénavant activement une famille aimante. Pour nous donner plus de poids dans ces affaires où les chiens sont utilisés et traités comme des outils, signez la pétition contre les violences faites aux animaux familiers, et pour un renforcement législatif des peines.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Dressage de chiens : solidarité de centaines d'éducateurs canins
Maltraitance sur sept chevaux : One Voice réclame justice

Commentaires 17

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Nannie | lundi 08 avril 2019

Il n'y a rien de plus aimant et fidèle qu'un chien. Quant la vie est difficile elle devient plus supportable grâce à un animal de compagnie. Alors je ne comprends pas la maltraitance de certaines personnes ? Puisqu'il est récidiviste il aurait du être condamné à ne plus avoir d'animaux à vie.
Le chien a risqué sa vie.
Il aurait du être condamné à travailler dans un centre de SPA afin de rendre le bien aux animaux en compensation de tout le mal qu'il a fait à JESKO.
Merci One voice pour votre travail.

Michadri | lundi 08 avril 2019

Comment cet individu parvenait à avoir du travail avec son chien. Personne n'a vu que cette pauvre bête était en souffrance ? La réglementation pour détenir un chien pour le travail doit être plus sévère.

catherine | dimanche 07 avril 2019

Heureusement qu'il existe des associations comme la votre pour combattre la cruauté
humaine. Merci pour votre engagement sans relâche

Maryse | vendredi 05 avril 2019

Merci une fois de plus pour votre action tendresse pour Jesko mais beaucoup d'amertume quant au jugement.