le lundi 15 avril 2019 | 23

Inquiétude pour les kangourous autour de l'élection australienne

Considérés comme des nuisibles, les kangourous sont victimes de tueries massives en Australie, comme l'avant-première française du documentaire "Kangaroo, a love-hate story" avait permis de le dénoncer en juin dernier lors de notre projection. L’industrie alimentaire et celle du luxe n'ont pas cessé leur commerce en Europe, notre continent étant toujours le premier consommateur de kangourous au monde. Écrivons au Parlement européen pour l'interdire!

Hr blog

Les kangourous, victimes de tueries massives

L’Australie entretient une relation ambivalente avec son animal fétiche, le kangourou. Cet emblème national est associé depuis des siècles à un « nuisible ». Le gouvernement australien propose même des primes pour se débarrasser de ceux qu’il associe à un « fléau ». Les massacres se perpétuent en pleine nature, de préférence la nuit, pendant la période d’activité la plus intense des kangourous. Les petits, lorsqu’ils ne sont pas tués avec leurs mères dans la poche, finissent par mourir de soif ou de faim. Ainsi les kangourous s’éteignent dans l’indifférence totale.  

Plus inquiétant encore, s’il en est, à l’extermination massive sous caution de protéger les troupeaux de bétail ou les terres, s'ajoute, pour les chasseurs, l’argument purement économique. La viande de kangourou est utilisée dans les boîtes de nourriture pour nos animaux familiers, souvent sans le mentionner, mais est également vendue dans certains restaurants et supermarchés pour l'alimentation humaine. La France fait partie des principaux importateurs de ces produits carnés. Cela pose aussi, au-delà du calvaire vécu par les kangourous, de véritables questions sur les risques sanitaires. La viande chassée dans le désert est ensuite transportée des heures durant sans contrôle ni précaution d’hygiène suffisants. Les peaux, elles, sont vendues pour finir en vêtements et articles de sport.

C’est ce que dénonce le documentaire choc KANGAROO A Love-Hate Story de Kate et Mick McIntyre révélant la face cachée de cette industrie sordide dont One Voice a organisé l'avant-première en France.

Premiers résultats électoraux : une défaite pour les kangourous

L’espoir de voir la situation évoluer s’est terni avec le résultat des élections législatives fédérales australiennes du 23 mars dernier. La coalition libérale dans l’État de la Nouvelle-Galles du Sud (sud-est de l’Australie) a remporté ce suffrage. Or elle n’a pas pris position officiellement contre ces massacres. Espérons que les législatives à travers tout le pays seront plus à l'avantage de l'environnement et des kangourous en mai, quand l'ensemble des États australiens auront voté pour établir, outre les membres de leur Sénat, un nouveau gouvernement.

Agissons maintenant !

Nous demandons à l’Union européenne de réagir vite pour préserver ces animaux iconiques en danger et extrêmement vulnérables. Avec nous, écrivez (modèle de lettre en téléchargement) au Parlement européen :

À l’attention de Monsieur Ottavio Marzocchi  Département thématique C
Droit des citoyens et affaires constitutionnelles
Parlement européen
B-1047 Bruxelles
BELGIQUE

poldep-citizens@europarl.europa.eu

ou à votre candidat aux élections européennes pour interdire l’importation de viande, de peau et de fourrure de kangourou.

Stéphanie Chemla
Hr blog

Dans la thématique

Enfin la clôture de l’interminable saison de chasse à courre
La mascarade a assez duré ! Stop à la vénerie sous terre

Commentaires 23

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Annie | mardi 23 avril 2019

Je suis affligée d'apprendre le triste sort réservé à cet animal dit nuisible et pourtant emblématique de l'Australie. Ces sordides massacres doivent cesser et l'espèce doit être protégée pour ne pas disparaître si cela perdure.

jacques et Elvire | mardi 23 avril 2019

Comment peut-on appeler des humains tous ces massacreurs! Les kangourous ne sont pas des nuisibles comme le prétendent tous ces barbares attirés par l'argent! Le pire c'est que l'Europe en fait partie rien qu'en achetant la viande de ces pauvres animaux etc.....!

benjamine | dimanche 21 avril 2019

Bonjour, Mr Junker,
La façon dont les kangourous sont abattus est particulièrement cruelle, non sélective et massive.
Cela doit cesser.
Merci

Aline | samedi 20 avril 2019

Ça suffit ces horreurs, laissez les kangourous tranquille, c'est l homme qui est nuisible, inadmissible et honteux comment peut-on autoriser ces horreurs il faut interdire ça définitivement.