le samedi 15 septembre 2018 | 16

Encore un arrêté ou comment tuer toujours plus de loups

En 2018, le Plan National des Actions pour le Loup (Plan Loup) a fixé le plafond de loups pouvant être abattus à 40 individus. L'atteinte portée à cette espèce déjà vulnérable n'étant pas suffisante, le Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est déclaré compétent pour augmenter ce nombre à 43 loups, sans justification. Nous faisons encore une fois face au caractère aberrant de ces abattages infondés.

Hr blog

L'extermination insensée des loups

En France, il est prévu chaque année un quota de loups pouvant être abattus ou « détruits », dans les termes du Plan Loup. Cette décision relève de la compétence du Ministre de la protection de la nature, et ne tient visiblement pas compte des positions des citoyens. Non seulement l'extermination infondée des loups est automatiquement prévue chaque année, mais en plus le quota d'abattages peut être revu en fonction du nombre de loups réellement comptabilisés, afin d'en éliminer encore plus.

Les loups vivent en meute et selon des règles sociales clairement définies, nous ne pouvons donc pas imaginer les conséquences qu'engendrent les abattages aléatoires sur le fonctionnement de ces meutes. 

Les loups sont déjà fragilisés par des morts naturelles et accidentelles et ne semblent pas pouvoir sortir de la ligne de mire du Gouvernement.

Des loups abattus pour des raisons paradoxales

Le Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui n'est autre que le Préfet coordonnateur du Plan Loup, a décidé le 25 juin dernier d'augmenter le quota de 3 loups supplémentaires, en sachant que selon les dernières estimations, la population totale en France ne serait que de 430 loups (selon l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, l'ONCFS). Or sous les 500 individus, la population n'est pas viable... Il est complètement absurde d'accroître ce plafond déjà élevé, d'autant plus que le Préfet ne peut pas prendre cette décision de manière seule. 

C'est une décision irréfléchie que d'augmenter un quota annuel visant l'abattage d'êtres intelligents, sensibles et indispensables à la biodiversité que sont les loups, sans mener une étude environnementale ou une consultation publique en amont.

Pourtant, sans en avoir la compétence, le Préfet a arbitrairement prévu de faire trois victimes de plus que prévu, ce qui rend le massacre des loups encore plus irrationnel.

L'objectif de l'abattage des loups est supposé résider dans la préservation des troupeaux de moutons et l'assurance d'une activité pastorale tranquille. Il est donc étonnant de lire dans les pages du Plan Loup lui-même qu'il n'existe aucune certitude quant aux impacts des tirs mortels sur les loups.

Pourquoi ne pas cesser l'abattage infondé des loups et privilégier les alternatives existantes ? Nous pouvons par exemple citer la présence de chiens de troupeaux, telle que proposée par le Conseil National de la Protection de la Nature.

Nous devons cesser immédiatement l'abattage des loups

Le quota lié à l'abattage des loups doit être respecté jusqu'au 31 décembre 2018, ce pourquoi il est urgent d'agir et de suspendre toute participation à leur extermination. Il est important de préciser que 20 loups ont déjà trouvé la mort pour une raison naturelle, accidentelle, ou indéterminée. 

Quelle utilité pouvons-nous trouver à l'intervention cruelle de l'homme dans la mise à mort des loups ?

One Voice a porté plainte contre le Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et espère une prise de conscience vis-à-vis de la nécessité des loups dans les forêts et montagnes françaises.

Claire Walder
Hr blog

Dans la thématique

Baignade forcée sous une marée de regards pour un éléphant captif
One Voice partenaire de l’exposition Photogr’Afrique pour la faune sauvage africaine

Commentaires 16

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Kannia | vendredi 21 septembre 2018

Si ce n'était dramatique cela en serait burlesque !! ils réintroduisent des loups pour ensuite les "buter" !!! honte au gouvernement laxiste et incohérent mais cette incohérence coûte des VIES et de la misère animale !.... mais qu'en ont-ils à faire ?...

Nico | vendredi 21 septembre 2018

Le loup a toujours eu sa place en Europe mais il y en a de moins en moins.
Pour protéger un troupeau de moutons il y a le patou.
Il y a toujours eu des chasseurs aussi, mais il y en a de plus en plus.
Pour les protéger il y a notre président...
Protégeons ceux qui sont en voie de disparition, pas les autres...

Bastet | vendredi 21 septembre 2018

Arrêtez le massacre !

calamity jane | jeudi 20 septembre 2018

Les préfets signent à tour de bras des arrêtés pour tuer que ce soit les loups, les renards, les blaireaux etc La France est bien l'un des pays d'Europe le plus en retard concernant l'écologie preuve en est depuis que Macron a accordé aux chasseurs des passes droits 64 espèces d'oiseaux peuvent être tués quand la moyenne est de 14 en Europe.