le lundi 22 mai 2017 | 57

Eleveurs sous surveillance : saisie chez des récidivistes

Le 5 mai dernier, la Cellule Zoé de One Voice était de retour dans l’Oise. Grâce à la vigilance de ses enquêteurs, des éleveurs qu’elle avait déjà fait condamnés pour actes de cruauté ont été mis en garde à vue pour récidive.

Hr blog

Le 5 mai dernier, la Cellule Zoé de One Voice était de retour dans l'Oise. Grâce à la vigilance de ses enquêteurs, des éleveurs qu'elle avait déjà fait condamnés pour actes de cruauté ont été mis en garde à vue pour récidive.

7h du matin. Les volets sont fermés. La maison est toujours aussi triste et délabrée. On dirait qu'elle pousse dans la boue qui l'entoure, jonchée de détritus. Les gendarmes entrent d'abord, suivis des vétérinaires de la DDPP puis de One Voice.
Sur le terrain : des dizaines de chèvres naines livrées à elles-mêmes, certaines avec des chevreaux. L'état de leurs sabots dénote de l'absence d'entretien. Et puis un bouc, dans un box de béton sale, exposé à la pluie et au vent, sans eau, ni nourriture. Un autre, effrayé, dans un enclos grillagé boueux, s'abrite tant bien que mal sous une planche posée là. Une vieille niche en plastique est remplie d'urine.
Des chats sont là aussi, certains libres, d'autres enfermés dans des enclos au sol recouvert d'excréments. L'odeur est insupportable. Leurs abris, bricolés et crasseux, ne les protègent même pas du froid. Ils n'ont pas confiance en l'humain et restent tapis dans un coin, à l'abri des regards. Comment sont-ils nourris ? Des os traînent là, ainsi qu'une gamelle remplie de pâtes.
Derrière une porte, nous découvrons un cadavre de chat, abandonné depuis semble t'il déjà longtemps.
Dans la maison, tout est sale. Très sale. Les images de la première saisie, il y a 6 ans déjà, nous reviennent. Moins de chiens cette fois, « seulement » 4 bouledogues français. Une chienne a subi une césarienne, visiblement sans l'intervention d'un vétérinaire. Et puis des chats encore. Et une poule, du moins ce qu'il en reste. Son pauvre corps, déjà sec, git dans une caisse de transport, dans la cuisine. Depuis combien de temps ?
Nos refuges partenaires sont là. Certains ont fait plusieurs heures de route pour pouvoir mettre en sécurité les animaux au plus vite.

Depuis 2004, nous enquêtons sur ce couple qui se dit éleveurs. En 2011, nous avions obtenu qu'ils soient condamnés à une interdiction définitive de détenir des animaux, ainsi qu'à de la prison ferme pour sévices graves et actes de cruauté. Nous avions sorti 46 chiens de leur domicile. Aujourd'hui, grâce à la surveillance que nous avions heureusement maintenue, ils ont été placés en garde à vue et les animaux qui étaient chez eux ont été saisis. Une procédure est en cours. Nous ferons tout pour que leur peine soit exemplaire.

One Voice tient particulièrement à remercier les gendarmes et la DDPP qui travaillent sur ce dossier à ses côtés depuis le début.

Hr blog

Dans la thématique

Trois chiens abandonnés sur un balcon s'entre-dévorent, nous portons plainte
Lynchage et crucifixion, une nuit d'horreur pour Janeiro

Commentaires 57

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

nadine | dimanche 25 juin 2017

merci et bravo pour votre ténacité
Il était sur qu'ils recommenceraient, ne sachant rien faire d'autres que l'exploitation des animaux, mais leur histoire étant connue de tous comment ont ils pu se "réapprovisionner" en bouledogues? ces gens là aussi sont condamnables
Ecore un grand merci en comptant sur un jugement TRES ferme
Nadine

ONE VOICE | lundi 26 juin 2017

Les éleveurs dont il est question ont pu se réapprovisionner grâce à des complicités, des personnes qui ont continué à leur fournir des animaux. Malgré la surveillance dont ils faisaient l'objet.

Guy Volz | lundi 29 mai 2017

J'accepte la charte de modération mais comment dire que ce couplé était, est et, j'en suis persuadé, restera des salauds. Je suis censuré ?
Tant pis j'ajoute encore un mot : chapeau et merci à One Voice.

Guy Voltz

GILLES | samedi 27 mai 2017

Merci One-Voice pour vos actions envers tous nos amis les animaux, ces individus ne méritent qu'une détention identique à celle qu'ils ont fait subir à ces pauvres animaux. Une condamnation dure et exemplaire devrait à tout jamais empêcher ces sous-hommes de pouvoir approcher une vie animale. Si la France avait une vraie justice cela serait possible mais cela reste de l'utopie.
Merci de tout cœur à l'équipe One-Voice .

Rock07 | jeudi 25 mai 2017

Merci à One Voice.