le vendredi 26 août 2022 | 1

Éléments de langage et moisissures argumentatives de l’expérimentation animale


Mis à jour le 19 septembre 2022

Entre les nouveaux éléments de langage et le recyclage constant des mêmes moisissures argumentatives, la transparence est loin d’être seule à faire défaut dans le discours des personnes qui défendent l’expérimentation animale. On fait le point sur les nouvelles stratégies de communication de ces lobbies et leur hypocrisie.

Hr blog

Mardi 14 juin à Marseille. On entre dans un immense hall, dédié aux entreprises qui vendent du « matériel » de laboratoire, de la litière aux animaux transgéniques en passant par les cages, les équipements expérimentaux et les appareils de nettoyage. Ces mêmes entreprises, dont les revenus reposent pour certaines exclusivement sur l’expérimentation animale, financent le congrès FELASA 2022 sur le thème de la « communication ».

Pas étonnant, dans un tel cadre, que les « messages clés » mis en avant soient l’importance de cette exploitation pour la santé humaine, le caractère « irremplaçable » des animaux « expérimentaux », et la priorité constante qu’est le « bien-être animal ».

La « culture du care »

La revue STAL (Sciences et Techniques de l’Animal de Laboratoire) est publiée par l’Association française des sciences et techniques de l’animal de laboratoire (Afstal), qui coorganisait le congrès. Dans le volume 50 de la revue, on trouve la traduction d’un document sur la « culture du care »[1], un « engagement global et démontrable à l’échelle d’un établissement », allant « au-delà du simple respect de la réglementation en vigueur » …

Difficile de réconcilier ce nouvel élément de langage des lobbies de l’expérimentation animale avec la pratique de l’expérimentation animale, qui enferme des animaux pendant toute leur vie et les soumet à des souffrances qui n’ont aucun intérêt pour eux ou qui pourraient largement être évitées si l’on s’en donnait les moyens.

La stratégie de communication : nécessaire, complémentaire et normal

Pour accompagner cette tentative de se présenter comme des bienfaiteurs, les milieux de l’expérimentation animale cherchent à faire passer leurs pratiques pour des activités banales et évidentes, que l’on n’aurait pas besoin de questionner.

Thierry Decelle (Sanofi) encourage donc ses collègues à détourner le débat sur les méthodes substitutives en les intégrant dans un tout qui inclut aussi l’expérimentation animale :

« Il est nécessaire que nous changions le paradigme “Stratégie de sortie” tel que proposé par les activistes de la cause animale par une stratégie d’inclusion de méthodes non animales. »
Thierry Decelle / Sanofi, STAL n° 49

Après tout, pourquoi parler de la recherche de méthodes de substitution et de la fin de l’expérimentation animale, quand on peut ignorer le problème ?

Kirk Leech (président du lobby européen de l’expérimentation animale) affirme quant à lui qu’il vaut mieux parler des réussites de l’expérimentation animale plutôt que du care ou des méthodes substitutives. Son but : influencer l’opinion publique en abreuvant les médias d’espoirs de nouveaux traitements, en ignorant volontairement l’horreur de l’expérimentation animale et son incompatibilité avec la réflexion morale.

Qu’importe, apparemment, le fait que ce type d’annonces se font depuis des dizaines d’années pour simplement disparaitre dans les archives de l’histoire sans avoir aidé qui que ce soit.

La paille et la poutre

À ce jeu de la mauvaise foi, la France obtient la palme d’or lors du congrès FELASA. Mention spéciale à un représentant du CHU de Lille qui compare de manière dédaigneuse l’idée d’accorder des droits aux primates non humains avec les procès d’animaux du Moyen Âge.

Il poursuit en soutenant que puisque plus de 80 % des prix Nobel ont récompensé des recherches utilisant des animaux, la recherche ne peut pas se faire sans animaux. À se demander ce qu’il pense du fait que plus de 90 % des prix Nobel ont récompensé des hommes

Après ces énormités qui n’ont pas fait réagir les expérimentateurs et expérimentatrices sur place, difficile de ne pas rire jaune quand un lobbyiste reproche pour la énième fois leur mauvaise foi aux animalistes qui filment des pratiques de maltraitances dans les laboratoires pour n’en révéler que quelques minutes de vidéo au grand public.

La mauvaise foi, c’est mal – mais seulement si elle vient des adversaires.


[1]
En anglais, le mot care a plusieurs significations. To care about signifie « s’intéresser à » / « se soucier de » quelque chose ou quelqu’un. To care for et to take care of, signifient « s’occuper de » quelque chose ou « prendre soin de » quelqu’un. En tant que nom, le care peut être l’attention portée à une tâche pour la faire correctement, ou les soins nécessaires à la santé ou à la protection de quelqu’un.

Cet article est le deuxième d’une série qui présente différents aspects du congrès FELASA 2022

  1. Transparence et stratégie de communication en expérimentation animale
  2. Éléments de langage et moisissures argumentatives de l’expérimentation animale
  3. L’industrie de l’expérimentation animale fait sa propagande
  4. La myopie éthique de l’expérimentation animale
  5. Bientôt plus de primates dans les laboratoires ?
Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

Ils sont 240 singes indonésiens actuellement dans les soutes du vol DB3004 de Maleth Aero Direction expérimentation animale : un vol de Maleth Aero va transporter des singes de l’Indonésie aux Etats-Unis

Commentaires 1

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | vendredi 26 août 2022

Tout cela démontre à nouveau et toujours plus, la mentalité de ces chercheurs et individus qui gravitent dans et autour de l'expérimentation animale, en la mettant en avant et en décrétant qu'elle est nécessaire, mais les personnes intelligentes et qui ont encore le sens des valeurs de la morale et de l'éthique ne sont pas dupes ouvrent les yeux quant à l'horreur et la barbarie que représente l'expérimentation animale. Je me répète mais il ne faut pas être sain d'esprit, équilibré et bien dans sa tête, pour encourager et pratiquer de telles atrocités ignobles et immondes envers d'autres êtres vivants que sont LES ANIMAUX. Ces chercheurs, si l'on creuse bien, ont un réel grand problème car sinon ils seraient incapables d'accepter de torturer et mutiler des animaux, en toute bonne conscience et sans aucun scrupule ni remord, et tout cela est inquiétant et nous laisse imaginer ce qu'endurent nos frères LES ANIMAUX au quotidien, les pauvres victimes de tortionnaires et sadiques. Ils n'ont aucune ouverture d'esprit, et font croire au public, que "sans les animaux" ce n'est pas possible...
Les méthodes alternatives et de substitution doivent être encouragées et mises en avant par des scientifiques fermement opposés à l'expérimentation animale qui doit cesser et être interdite définitivement. Pourquoi ne pas informer la population du but réel de la recherche médicale, en les informant de ce qu'est le téléthon honteux et ignoble, de ce qu'est la recherche sur le cancer, et j'en passe car trop nombreux sont encore les gens qui ignorent tout et font aveuglement confiance aux médias et à la recherche. Lorsque l'on lit cet article, c'est alarmant ça fait même peur, car ces scientifiques sont prêts à tout et n'ont peur de rien, tellement ils sont habités par un sentiment de toute puissance et de supériorité sur les animaux, et nous devrions faire le nécessaire afin de renverser ces idées là, car aucun être vivant ne mérite d'être exploité, maltraité ou torturé peu importe pour quelle fin et but, ça suffit et suffit. MERCI ONE VOICE, d'agir encore et encore en faveur de ces pauvres animaux pour les libérer et les protéger de tous ces bourreaux. Impossible de fermer les yeux et de laisser faire les animaux ont besoin de nous.