le vendredi 19 octobre 2018 | 76

L'édile qui ordonne le piégeage des chats par les chasseurs...

S'attaquer au problème de l'errance féline en s'attachant les services de chasseurs pour les piéger, voilà la solution choisie par le maire de Técou. One Voice condamne fermement cet arrêté municipal et saisit le juge des référés. En parallèle, nous proposons un partenariat à Mr le maire afin de procéder à la stérilisation et l'identification des chats errants de la commune.

Hr blog

Edit du lundi 22 octobre 2018

Nous avons gagné le bras de fer contre le Maire de Técou, il a abrogé son arrêté vendredi, juste avant le week-end. Mais il ne tient informé ni le tribunal, ni nous, l'audience était pourtant aujourd'hui lundi! Et que découvre-t-on par dessus le marché ? Qu'il va en justice contre l'association en prétendant que son arrêté était fondé, et réclame 1500€ de frais... au détriment des animaux que nous défendons.

En s'amusant à prendre des arrêtés illégaux portant atteinte aux chats et à leurs familles humaines, puis à les abroger mais en maintenant ses demandes d'indemnisations devant le tribunal, il fait perdre un temps précieux à la justice, mais également à One Voice! Quelle mascarade!

Edit du mardi 23 octobre 2018

Le maire a été débouté de sa demande. Notre proposition d'aide et de partenariat est plus que jamais d'actualité.

Il ne fait pas bon être un chat et avoir une envie de balade du côté du chemin de Lizes de Gineste. En signant un arrêté le 13 octobre, le maire a décidé,  comme si la violence de la vie de chat errant ne suffisait pas, d'engager des chasseurs afin de les piéger et d'en "débarrasser" sa commune de Técou dans le Tarn. Manifestement, l'urgence de l'errance féline sur sa ville était telle qu'il en a oublié de nombreux points légaux (délais, identification,...). 

L'édile communal n’a pas eu besoin de chercher trop loin pour trouver ses mercenaires, les membres de la société de chasse locale sont déjà en action et en tenue, en cette période de safaris meurtriers. Le problème de l'errance féline est extrêmement important dans notre pays mais il ne se règlera ni par piégeage, ni par euthanasie, ni en lançant des chasseurs à l’assaut des chats! 

Depuis mercredi dernier, cette milice, entre deux massacres de la faune sauvage, parsème donc ce coin occitan de pièges contre la horde féline et féroce - si ce n’est plus - qui semble déferler dans ce territoire.

Le maire a répondu à certains de ses administrés horrifiés par cet arrêté, qu'après 48 heures de fourrière, les animaux seraient remis à la SPA du Garric. Malheureusement pour lui, celle-ci a déclaré ne même pas être au courant et qu’elle ne pourrait pas prendre en charge les chats piégés n'ayant aucune convention et pas de moyens pour les accueillir.

Le "shérif" de Técou oublie que « Ces animaux ne peuvent être conduits en fourrière que, dans la mesure où le programme d’identification et de stérilisation sur site prévu par le code rural et de la pêche maritime ne peut être mis en œuvre». Il est évident que cet élu a une fâcheuse tendance à oublier la loi et ce, au mépris complet de la vie de ces pauvres chats. Nous nous faisons un devoir de la lui rappeler.

Nous saisissons le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse pour stopper immédiatement le piégeage et l'abattage qui en résultera vu la situation. Nous demandons au maire de suspendre son arrêté et nous lui proposons de mettre en place un partenariat entre One Voice et l’AGSA, l'association locale qui s’occupe des chats errants, afin de procéder à l'identification et à la stérilisation des chats sans abri de Técou à nos frais.

Daniel Ellezam
Hr blog

Dans la thématique

50 chiens abattus par un éleveur à la Réunion ! One Voice en colère
L’errance des chats : un drame, pas une fatalité !

Commentaires 76

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

nath | vendredi 16 novembre 2018

et oui!.. les chasseurs ne sont pas tous des écologistes.

Jacqueline | vendredi 02 novembre 2018

Les chats domestiques sont un énorme défis pour la sauvegarde de la biodiversité; nous nous plaignions de la raréfaction des batraciens, des lézards, des oiseaux , etc, et dans le même temps, nous aidons une espèce exotique sous notre entière responsabilité, à pulluler et faire ces massacres honteux ... Comme si les pesticides que nous répandons dans nos campagne, ne suffisaient pas à en venir à bout, nous aidons ces massacres aussi dans nos villes ... La stérilisation de tous les chats domestiques, à l'exception de quelques élevages agréés, doit être rapidement réglementée et rendue obligatoire, pour la sauvegarde du peu qui nous reste de notre environnement (lequel en 40 ans, rappelons le, à déjà perdu 60 à 70% de sa faune, selon plusieurs études scientifiques toutes récentes).

Corinne Lefèvre-Cagnat | mercredi 31 octobre 2018

Serait-ce une copie du drame qui se joue en Australie?

Sapphira langlet | mercredi 31 octobre 2018

Tellement cruel ...
Honte à l'espèce humaine