le mercredi 10 janvier 2024 | 12

Dizaines de milliers de tangues tués à La Réunion : la chasse était pourtant illégale !

Dizaines de milliers de tangues tués à La Réunion : la chasse était pourtant illégale !

Mis à jour le 10 janvier 2024

Nous avions dénoncé l'illégalité de l'arrêté du préfet de La Réunion autorisant la chasse de ces milliers de petits rongeurs dès janvier 2022. Malheureusement, le tribunal avait rejeté notre référé en estimant qu'il n'y avait pas d'urgence à suspendre le massacre de ces petits animaux inconnus dans l’Hexagone. Le 29 décembre 2023, soit près de 2 deux ans plus tard, la juridiction vient de se prononcer sur le fond : les milliers d’individus abattus l'ont été en toute illégalité. Si cette décision ne change rien malheureusement pour les tangues déjà tués, elle ouvre toutefois la voie à de nouvelles actions en justice pour sauver ces animaux pris pour cibles par les chasseurs.

Hr blog

Les tangues, ces autres victimes du déterrage

On connaît la vénerie sous terre des blaireaux et des renards, mais d’autres espèces sont visées par cette pratique cruelle : à La Réunion, les tangues en sont également victimes. Chaque année, près de 100 000 d’entre eux sont tués après des heures de traque. Rien n’est épargné à ces petits animaux, déjà braconnés toute l'année.

Leurs souffrances sont méconnues, de même que l'écologie de cette espèce singulière. S’ils entretiennent une ressemblance avec les hérissons, notamment en raison de leurs piquants, il n'existe pourtant pas de lien entre les deux espèces. Du reste, on ne sait pas grand-chose de ces animaux, si ce n'est qu'ils n'aspirent qu'à vivre tranquillement sans risquer à tout instant de voir les chasseurs ou braconniers détruire leurs familles et leurs lieux de vie.

Sur la forme et sur le fond, une décision doublement illégale

Après notre mobilisation contre la vénerie sous terre des blaireaux qui nous a permis d'obtenir la suspension de cette pratique dans près de trente départements et de confirmer l’interdiction absolue de tuer les petits, ce raisonnement est repris par le juge réunionnais. Il confirme ce que nous clamons depuis des années : le déterrage opéré par les chasseurs et l'envoi de chiens aux abords des terriers conduira nécessairement à ce que des familles entières soient décimées, y compris les petits.

Enfin, le jugement reproche au préfet d’avoir ouvert la chasse en ne transmettant au préalable aucune information sur la population de tangues, et ce alors même que celle-ci décline et fait l'objet de peu d'études scientifiques. Pourquoi s'embarrasser de telles formalités lorsque le seul objectif est de faire plaisir aux chasseurs ?

D'après le projet d'arrêté relatif à l'ouverture de la chasse à La Réunion, le préfet devait à nouveau autoriser la traque des petits mammifères. Si cela se confirme, nous serons bien entendu là pour porter la voix de ces animaux massacrés par dizaine dizaines de milliers chaque année, en référé s’il le faut.

Maxime Lambret et Elise Loutry
Hr blog

Dans la thématique

Clap de fin pour les chasses traditionnelles ? Audience le 4 avril au Conseil d’État ! Putois et surmulot tués par des pièges : audience le 2 avril à Lorient !

Commentaires 12

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Isaline | vendredi 26 janvier 2024

Honteux !! Même sous protection les animaux sont tués c'est n'importe quoi !!
A quoi ça sert au final ?

Yvabra | lundi 22 janvier 2024

Je suis toujours contre la chasse et les chasseurs qui ne font que satisfaire leur plaisir de tuer !

Christine Léger | lundi 22 janvier 2024

Stop aux massacres !. Laissons les animaux vivre en paix !

Sylvia | jeudi 18 janvier 2024

Honte aux chasseurs : mais de quel droit l'homme s'arroge t'il toujours le droit de vie ou de mort sur les êtres qui partagent la même planète que lui ?