le mercredi 28 avril 2021 | 14

Deux audiences à Périgueux contre l’éleveur de chiens « de chasse »


Mis à jour le 30 avril 2021

Nous serons à Périgueux les 28 et 30 avril 2021 pour les audiences confrontant Mandral à une partie de ses actes. Nous avions déposé plainte au pénal contre le chasseur-éleveur de chiens de chasse pour son refus de se conformer aux injonctions de l'administration. Pour la première audience, on lui reproche de ne pas avoir diminué son nombre de chiens en dessous des cinquante autorisés (poursuite de l'exploitation d'une installation classée pour la protection de l'environnement soumise à déclaration non conforme à une mise en demeure), et pour la seconde, de ne pas avoir mis un terme à leur reproduction. Notre plainte pour actes de cruauté et mauvais traitements commis par un exploitant est toujours en cours.

Hr blog

Édit au 28 avril 2021:

Le délibéré est fixé au 7 juillet 2021.

Depuis début 2019, nos plaintes et nos images d’enquête se sont succédé chez cet éleveur maltraitant et, nous l’affirmons, cruel avec ses chiens. Quand nous avons sauvé seize d’entre eux en février 2020, nous n’avons pu que le constater : certaines chiennes étaient habitées par la peur, souffraient de graves problèmes de santé non traités, les chiots étaient rongés de vers et grouillaient de puces.

Cette semaine, Richard Mandral comparaîtra donc deux fois à Périgueux. Le 28 avril à 13h30 au tribunal correctionnel, et l'autre deux jours après, à 9h au tribunal de police.

L’éleveur, qui dans les années 1980 avait déjà défrayé la chronique pour du trafic de chiens revendus aux laboratoires, encourt un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende pour l'infraction de ne pas s'être conformé à une mise en demeure de suivre une prescription réglementaire pour son activité d'élevage ; et une contravention pour la seconde infraction : sachant pourtant la limite du nombre de chiens autorisé, il continuait sciemment à les faire se reproduire. Et dans quelles conditions ? Nos frais vétérinaires pour les seize chiens et chiennes secourus s’élèvent en 2020 à plus de 13 000 euros. Nous demandons 1 000 euros de dommages et intérêts.

Le 28 avril, il est cité à comparaître par le procureur pour poursuite de l'exploitation d'une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) soumise à déclaration non conforme à une mise en demeure. Ayant initié les plaintes, nous nous sommes portés partie civile.

Car en effet, non content de maintenir ses chiens à l’attache dans des niches sans confort, dans des enclos où l’hiver l’eau gèle et où l’été elle s’évapore, de ne pas les faire soigner et de les laisser mourir au point qu’ils s’entre-dévorent, Richard Mandral enfermait dans des camionnettes et des cages des femelles avec des mâles pour faire de la reproduction à la chaîne quand il avait déjà plus d’une centaine de chiens ! C’est notre plainte qui, accompagnée d’images rendues publiques, a permis que la préfecture le mette en demeure de se conformer à la réglementation sur les élevages, puis demande au parquet de poursuivre le chasseur, qui refusait d’obtempérer.

Pour One Voice, l'enjeu n'est pas seulement le non-respect des normes ICPE mais surtout les mauvais traitements endurés par les chiens.

Notre plainte de janvier 2020 pour abandons, actes de cruauté et mauvais traitements commis par un exploitant est toujours en cours. L’audience n’est pas encore fixée à ce jour.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Réponse de One Voice au clip de la Fédération nationale des chasseurs Nouvelle enquête ! La chasse en enclos infiltrée par One Voice

Commentaires 14

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

pouguy | vendredi 30 avril 2021

De l'élevage comme celui-ci ne devrait pas exister, j'espère que ces gens seront condamnés comme des criminels, mais voilà ça ne sera pas le cas, car la justice n'aime pas les animaux, on le voit depuis plusieurs années.

marie-claude | vendredi 30 avril 2021

J'espère que cette fois la justice rendra un verdict positif pour tout ces chiens de chasse maltraités par leur maitre!

jacqueline | vendredi 30 avril 2021

J'espère que la justice fera son travail correctement!

regus | vendredi 30 avril 2021

Stop à la souffrance animale ! Bravo pour votre combat ! Je suis à vos côtés !