le lundi 13 juin 2016 | 43

Des fermes d’élevage de dauphins en France ?

Discrètement, un arrêté doit être prochainement voté. Il autorise l'ouverture de delphinariums en faisant croire à une avancée de la réglementation ! Avec lui pourtant, les dauphins souffrant en captivité vont se multiplier en France… Il faut se mobiliser !

Hr blog

Les cétacés souffrent et meurent de la captivité. Rien qu'en France, en moins d'un an, l'orque Valentin est mort, à peine quelques mois après sa mère. Ce fut ensuite le tour du jeune dauphin Alizé. Et aujourd'hui, les cas de Lucille et Galéo sont particulièrement préoccupants. Combien de temps vont-ils tenir ? Malgré cela, des projets de delphinariums ne cessent d'éclore : ce fut le cas à Amnéville et, dernièrement, à Beauval, dont le projet a été abandonné au terme d'une campagne de pression de plusieurs mois.

Autoriser, comme le propose l'arrêté, les delphinariums à se multiplier, c'est faire de la France une ferme d'élevage de dauphins, à l'encontre non seulement de l'éthique mais d'une prise de conscience planétaire largement amplifiée par l'effet Blackfish : la place des cétacés est dans l'océan. Aucun cétacé n'a à subir l'enfermement, l'isolement et la folie qu'ils engendrent.

Pour One Voice, cette décision n'est pas acceptable. Elle a envoyé un argumentaire complet à la ministre de l'Ecologie pour stopper ce projet inique. Car si en théorie, une mesure interdit la détention des orques et des dauphins non régulièrement détenus, les dauphins nés captifs en sont exclus… C'est donc bien l'élevage de ces derniers que l'arrêté autorise. On pourrait même parler d'élevage en batterie dans les petits bassins bétonnés à l'eau chlorée.

À aucun moment cet arrêté ne tient compte du fait que ni la physiologie, ni la psychologie des dauphins ne sont compatibles avec la captivité. Qu'ils soient ou non nés captifs n'y change rien ! Concernant les orques, rien de suffisamment précis n'est édicté qui entérinerait leur disparition progressive des parcs aquatiques comme l'interdiction de détention le suggère. En outre, le délai de carence de 6 mois avant l'entrée en vigueur de l'arrêté fait craindre un remplissage massif des bassins qui disposeraient ensuite de… 10 ans (!) pour se mettre aux nouvelles normes. De quoi devenir fou, et en mourir.

Vidons les bassins des delphinariums ! Ne cautionnons pas leur remplissage ! Les cétacés ne sont pas des marchandises : ce sont des êtres sentients.

Signez et diffusez nos pétitions pour sauver Galéo et fermer les delphinariums !

Hr blog

Dans la thématique

Trafic de bélugas et d'orques juvéniles découvert en Russie
La chronologie de la grossesse de Morgan soulève de nombreuses questions

Commentaires 43

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

amourdes animaux | lundi 27 février 2017

Je suis scandalisée : tous les animaux sauvages doivent vivre dans leur milieu naturel, stop aux delphinariums et autres zoos. Quels crimes ont-ils commis pour mériter une vie de misère ? Laissons-les vivre en liberté et observons-les dans leurs milieux naturels c'est tellement plus beau.
Je ne dirai jamais assez que le fric nous a tous corrompus. Arrêtons d'utiliser les animaux pour le plaisir, ouvrons les yeux : derrière ce moment de "plaisir" se cachent la violence, la torture, la séparation des bébés de leur mère.

nadi | mercredi 22 février 2017

HONTEUX ! Pour la France

DANIEL | jeudi 16 février 2017

Un élevage de cette nature doit être assimilé à un acte de maltraitance envers les animaux et poursuivi comme tel.

kiwia | jeudi 09 février 2017

Honteux!!!! Foutons la paix aux animaux!