le mercredi 31 octobre 2018 | 23

Des coups de pétard pour mieux tuer les loups effarouchés

Nous avions annoncé un dépôt de plainte contre la direction du parc national du Mercantour pour perturbation intentionnelle d’espèces protégées et incitation des loups à fuir hors du cœur du parc, vers une mort certaine. Nous avons remporté une première bataille.

Hr blog

Sortir les loups pour faciliter leur massacre

A la demande du préfet des Alpes-Maritimes, le directeur du parc a autorisé des éleveurs à utiliser de gros calibres pour effectuer des tirs d’effarouchements, dans le but d’effrayer les loups et de les faire sortir du cœur du parc, hors de la zone sanctuarisée. Il était donc prévu qu’à partir du 15 octobre pendant un mois, le parc ne soit que détonations! La Terre allait boire de force le sang de ces magnifiques loups, qui font, non seulement, régner un équilibre parfait entre les espèces de ce parc, les enchantent de leur chant, de leurs jeux familiaux, et les enrichissent de par leur seule présence.


Le parc doit protéger les animaux, certainement pas être un pourvoyeur de "safaris agricoles"

Les missions premières du parc national du Mercantour sont la préservation et la sauvegarde de la quiétude pour les espèces qui y vivent. Le cœur du Parc est un sanctuaire inviolable où la faune et la flore sauvages sont en sécurité. Cette opération d’effarouchement est un premier signe d’acceptation de voir les loups se faire massacrer aux abords du parc. La tentation de les éliminer dans son cœur même, risque vite de devenir une alternative. 

Il faut, une fois pour toutes, que cessent ces récurrentes campagnes anti-loups.

Un combat commun avec le personnel du parc

La réaction des agents du parc ne s’est pas fait attendre, comme nous, ils sont en colère. Ils ont dénoncé une décision unilatérale de la direction du parc national, prise contre l’avis du conseil scientifique et sans consultation des instances (comme cela doit se faire au préalable dans toute structure publique). Certains ont d’ailleurs remis leur démission face à cette décision scandaleuse. Les bruits d’explosions entraîneront un dérèglement complet de l’équilibre fragile qui règne habituellement au sein de cet écosystème. L’ensemble des animaux seront soumis à un mois de stress et de terreur!

Un premier recul de la direction du parc mais il faut maintenir la pression

Face à nos réactions à tous, défenseurs des animaux, la direction marque le pas. Ainsi, ce lundi 29 octobre, le directeur nous a contactés pour nous expliquer que le dispositif prévu pour le 15 octobre, n’avait pas encore été mis en œuvre et ne le serait vraisemblablement pas. Nous maintiendrons néanmoins la vigilance la plus stricte.

 

Daniel Ellezam
Hr blog

Dans la thématique

Un enfant tue un renardeau : deux victimes
« Museaux & Sacs à Dos », deux sportifs engagés pour les animaux

Commentaires 23

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

mme Loup | lundi 04 mai 2020

Que d'atrocités faites à des animaux sans défense !
Heureusement qu'il existe des associations comme la vôtre qui luttent pour défendre ces pauvres bêtes qui agonisent. Ces monstres devraient être derrière les barreaux.

Bastet | jeudi 10 janvier 2019

L'éducation des enfants concernant le respect de TOUS les animaux doit impérativement entrer dans les moeurs et devenir un réflexe. La Planète Terre n'appartient pas qu'aux humains elle a aussi été créée pour tous les animaux. Nous sommes TOUS les enfants de la Terre.
Et malheureusement l'HOMME est le plus ignoble de ses enfants.

Marinette | samedi 10 novembre 2018

C'est triste, l'homme ne pense qu'à tuer, éliminer tout ce qui le gêne. Un jour, c'est l'homme qui sera éliminé de la planète. Ces animaux sont magnifiques, laissons leur la liberté.

Catele | lundi 05 novembre 2018

Y en a marre de ces chasseurs qui chassent pour le plaisir de tuer et non pour manger. Et pire encore sont ceux qui donnent l’autorisation et aident pour que ces tueries aient lieu.
Laissez ces loups et autres habitants de cet endroit, et partout ailleurs, vivrent en paix. Que nos petits enfants et les générations futures connaissent eux aussi les animaux en libertés dans une nature préservé.
La France me fait honte parfois.