le jeudi 30 janvier 2020 | 61

Derrière ronces et murs en briques, neuf tigres

Pendant plus d’un an nous avons enquêté sur les tigres détenus par le dresseur de cirque Mario Masson. À deux pas du Parc Saint Paul et du Parc Saint Léger, entre les quatre murs d’une usine désaffectée de Picardie, nous avons découvert que les neuf tigres étaient enfermés toute l’année dans un camion-cage, sans réelle protection contre les intempéries, avec à peine assez de place pour tourner en rond. Nous portons plainte contre ce dresseur qui a déjà eu maille à partir avec la justice.

Hr blog

Depuis plus d’un an nos enquêteurs surveillent les tigres de Mario Masson. Barricadé au cœur d’un village, derrière une épaisse protection de ronces entremêlées autour de grands murs en briques le long d’une route nationale, le dresseur protège des regards son outil de travail. Derrière des voitures d’occasion mises en vente, les neuf tigres qui lui servent de gagne-pain se morfondent, enfermés dans un camion-cage, qu’il pleuve, vente ou que le thermomètre affiche quarante degrés. Sultan, Begel, Junior, Hashley, Tara, Ima, Houna, Hister et un autre dont nous ignorons le nom, n’en sortent qu’exceptionnellement, pour se soumettre et subir une vie de stress, sous la menace du fouet.

Maltraités dès la naissance

Au Parc Saint Paul, Mario Masson montre ses tigres dressés, puis propose aux spectateurs de se faire photographier un bébé tigre dans les bras, moyennant subsides en espèces. Le spectacle est assorti d’un discours qui n’est que propagande contre les défenseurs des animaux sauvages exploités par les cirques.

Tous ces tigres sont nés en captivité, et ont été arrachés à leur mère dès le plus jeune âge. Ils sont l’objet d’expériences génétiques sauvages pour obtenir des individus consanguins, à la robe blanche ou orange à bandes ocre, aux déformations et maladies génétiques notoires. Outre le potentiel trafic sous-jacent de lionceaux et tigreaux qui permettrait d’avoir toute la saison d’ouverture du parc des petits à disposition, leur manipulation par des humains est une maltraitance. Nous avions dénoncé publiquement ces agissements - courants dans ce milieu - et attaqué le parc, ainsi que plus récemment l’arrêté ministériel sur la faune captive, facilitant les élevages non encadrés.

Enfermés toute l’année…

Mais pour les neuf tigres adultes produits cet été en public six fois en quatre jours, dans un festival de cirque, le quotidien n’est guère plus rose. Nous dévoilons aujourd’hui au grand jour la réalité de leur quotidien : ils sont enfermés toute l’année, sauf en de rares occasions (spectacles, clips ou photos dans des magazines)...

Les quartiers d’hiver n’en ont que le nom, puisque nos enquêteurs les ont vus sur place à chaque fois qu’ils s’y sont rendus. Tant l’été sous les températures caniculaires de cette région picarde si changeante, qu’à l’automne et en hiver où les cages sont battues par le vent et la pluie glaciale de ces humides et froides saisons. Ils ont été photographiés et filmés enfermés dans les compartiments-cages de ce qui n’est ni plus ni moins qu’une remorque de poids lourd, jusqu’à six jours d’affilée. Et ces six jours ne correspondent pas à une période entre deux sorties, mais au temps maximum d’enregistrement que nous avons obtenu, au prix de grands risques…  

Des animaux protégés, en danger d’extinction, ici réduits en esclavage

Aucun enrichissement n’est offert aux tigres pour rompre la monotonie des heures qui passent. La réglementation (minimale) exige qu’ils puissent se dégourdir les pattes quotidiennement dans un parc d’ébat, de la taille approximative d’une piste de cirque et qu’ils aient accès à une piscine. Absents, une fois encore. Tout au plus changent-ils de compartiment quand leur litière est nettoyée.

Femelle ou mâle, en liberté chacun régnerait sur un territoire de plusieurs milliers d’hectares, dans la jungle tropicale… Ici, seul Sultan bénéficie d’une cage individuelle (mais sans toiture !). Les autres sont entassés quatre par quatre. Eux qui aspirent à l’indépendance plus que tout, sont plus stressés que jamais, asservis et forcés à cohabiter avec leurs congénères, sous les yeux de leurs geôliers. Le soir, elles et ils doivent se battre pour obtenir leur pitance. L’eau, vitale, ne leur est distribuée qu'avec parcimonie. Puis, les parois latérales du camion se ferment sur leur malheur. Le camion devient boîte obscure…  

Pour ces raisons, en plus de mettre à disposition du public les images révoltantes de ces neuf bagnards enfermés jour et nuit, nous portons plainte pour mauvais traitements, qui plus est commis par un professionnel (ce qui est un délit), placement ou maintien d’un animal sauvage captif dans un habitat, environnement ou installation pouvant être cause de souffrance, et exploitation irrégulière d'établissement détenant des animaux. Nous proposons de les prendre en charge et de les placer dans l’un des sanctuaires dont nous sommes partenaires.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Du jamais vu en France : quatre lionnes saisies d’un cirque pour mauvais traitements à la suite de l’action de One Voice
Après une première opération, Jon reprend vie !

Commentaires 61

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Nadine | lundi 02 mars 2020

Stop. Libérez les animaux

Chloé | mardi 11 février 2020

A quand une interdiction totale de détenir des animaux dans les cirques ou delphinariums ? Être dans un lieu comme celui-ci c'est comme être en prison !

Véronique | lundi 10 février 2020

J'en ai marre que les lois contre la maltraitance animale ne soient jamais appliquées! J'en ai marre de voter pour des personnes qui n'en ont rien à faire de la condition animale !

Hannibal | jeudi 06 février 2020

Ce n'est pas possible toute cette bureaucratie, le temps file pour ces pauvres bêtes. Il faut les sortir de là au plus vite, ils souffrent chaque minute, chaque heure et chaque jour qui passe.