le mardi 14 avril 2020 | 63

Dans les cirques, actuellement, les animaux meurent à petit feu

Le confinement imposé par le gouvernement en raison de la pandémie du Covid-19 ne nous permet plus de surveiller les animaux exploités dans les cirques. Pour la deuxième fois depuis la mi-mars, nous avons écrit au ministère de la Transition écologique et solidaire pour lui demander d’agir au plus vite. Nous ne lâchons rien, et avons besoin de vous pour renforcer notre action.

Hr blog

En cette période de confinement, nous nous inquiétons vivement pour les animaux détenus dans les cirques en France : les circassiens étant privés de revenus, les animaux seront les premiers à en payer le prix. Parmi ceux que nous suivons sans relâche depuis des années, il y a huit éléphantes et deux hippopotames : Mina, Kamala, Nelly, Brigit, Samba, Baby, Bambi, Rosa, Jumbo et Boulie, ainsi que de nombreux fauves. Afin que la vie déjà misérable de ces individus ne se transforme en agonie, nous avons complété le contact permanent que nous maintenons par téléphone avec le cabinet d’Elisabeth Borne depuis l’envoi de notre première lettre mi-mars par une deuxième lettre. Celle-ci précise nos demandes de mise en place de mesures, urgentes et de plus long terme.

Les cirques à l’arrêt : insalubrité et enfermement au rendez-vous...

Car nous savons en quoi consistent de nombreux quartiers d'hiver pour les dresseurs de cirque quand ils existent... Les images d'Épinal avec de belles et grandes prairies, c'est pour les journalistes le jour où nous dévoilons des images d’enquêtes! En réalité, quand les dresseurs pensent être hors de vue, la réalité est tout autre.

Les animaux sont confinés dans des geôles moyenâgeuses comme chez les Poliakov, dans un camion-cage de la cour de l’usine désaffectée de Mario Masson, dans une remorque-boîte comme chez Gilbert/Yeuk Bauer ou chez les Muller...

Pour décupler notre action, interpellez, vous aussi, la ministre et le Ministère !

Dans tous les cas, plus aucun animal ne doit être détenu dans des remorques, sous peine de saisie ! Une liste exhaustive des animaux doit être par ailleurs créée, sinon comment les protéger si on ne sait pas qu’ils existent? Un nouvel arrêté doit être publié dans cette perspective. Nous l’attendons depuis 8 mois !

Sur Twitter: 

@Elisabeth_Borne, @Ecologie_Gouv, les lieux de détention des animaux des cirques doivent être inspectés en urgence. Aucun animal n’a à vivre enfermé dans une remorque! #CirquesSansAnimaux

Twitter

@Elisabeth_Borne, @Ecologie_Gouv, une liste exhaustive des animaux détenus dans les cirques doit être mise en place immédiatement. On attend aussi un nouvel arrêté. #CirquesSansAnimaux

Twitter

Via Facebook :    

Elisabeth Borne @Ecologie_Gouv, les lieux de détention des animaux des cirques doivent être inspectés en urgence, aucun animal n’a à vivre enfermé dans une remorque. Il faut que la législation s'applique, qu’une saisie soit prévue en cas de non-conformité ! Une liste exhaustive des animaux détenus dans les cirques doit être mise en place immédiatement pour pouvoir les protéger! Un nouvel arrêté doit être publié dans cette perspective. #CirquesSansAnimaux  

Par formulaire sur le site du ministère

Ou adresse postale : Ministère de la transition écologique et solidaire 246, boulevard Saint-Germain 75007 Paris  

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

La torture en spectacle, ça suffit !
Éléphants, singes, cétacés : face aux œillères de l’État français, notre SOS à l’ONU !

Commentaires 63

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

kiki | dimanche 17 mai 2020

J'espère que ça avance pour que les animaux ne souffrent plus dans les cirques. Rendez-leur leur liberté. Et si on vous mettait dans des cages, comment réagiriez-vous ?

248?cabu | vendredi 24 avril 2020

Que fait la Ministre ?!

Klarisse | mercredi 22 avril 2020

Quelles souffrances pour ces animaux de cirque trimballés sans cesse dans ces camions, en cages. Il faudrait faire des démarches auprès des maires pour qu'ils n'acceptent plus ces cirques avec animaux sur leur communes et mieux leur proposer de faire des souscriptions pour créer des parcs de retraite pour ces animaux qui pourraient enfin sortir de ce circuit et de cette vie tragique.

uolim | mercredi 22 avril 2020

Pauvres animaux dans les cirques, qu'ils y soient nés ou non, leur place est dans un lieu adapté à leur vie tels que les parcs animaliers et non dans des cages. Je souhaite que la Ministre du bien-être animal agisse sans tarder. On voit le spectacle mais on ne voit pas ce qui se passe en coulisses? J'espère un grand changement.