le vendredi 23 mars 2018 | 43

Créer des chiens obèses pour faire maigrir les humains

L'obésité chez l'humain est un problème majeur de santé publique, largement engendré par son mode de vie. Mais plutôt que de repenser nos modes de vie, en 2016 des chercheurs ont ciblé le chien. Pour le Dr André Ménache, ce dispositif est aberrant.

Hr blog

La science est censée ne faire varier qu'un élément à la fois pour tester une hypothèse... Pour tester un dispositif médical sur la perte de poids humaine, les chercheurs ont pourtant visiblement considéré que vingt chiens, carnivores, donc à l'appareil digestif plus simple et plus court que celui des humains, et dont les dents ne permettent pas de mâcher, mais seulement de déchirer la nourriture, étaient comparables à des humains, omnivores, de 15 kg.

Ces chiens ont dû supporter les conséquences directes souvent douloureuses d'une forte prise de poids sur leurs organes digestifs mais aussi cardio-vasculaires, leurs articulations, etc. pour ensuite passer sur la table d'opération. Là, les expérimentateurs ont incisé très profondément leur abdomen pour y implanter un dispositif médical pouvant entrainer de graves complications ! Parmi celles-ci, une perforation gastrique, des plaies du foie ou de la rate, ce qui mènerait à des interventions chirurgicales supplémentaires, voire à la mort, dans d'atroces souffrances. Rappelons que ces chiens étaient à la base des chiots en parfaite santé, et que rien n'indique que la transposition sur l'humain fonctionne.

Hr blog

Dans la thématique

Toujours plus de chiens fournis aux labos... Fermons l'élevage au lieu de l'agrandir!
Le chat comme sentinelle de populations humaines

Commentaires 43

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Camille | jeudi 19 avril 2018

Rien ne justifie la torture, fusse celle des animaux ! C'est un scandale !

Bastet | jeudi 19 avril 2018

C'est tout simplement horrible et barbare !

chloe84 | lundi 09 avril 2018

Les tests sur animaux doivent cesser, c'est une honte !

Chantal | samedi 07 avril 2018

Je reste sans voix devant tant de cruauté, de la part d'êtres "humains" ou plutôt inhumains qui ne sont capables d'aucune empathie, d'aucune compassion envers de pauvres êtres vivants, souffrant mais incapables de se défendre!