le samedi 07 août 2021 | 29

Corridas, Novilladas, à Beaucaire comme ailleurs dans le Sud de la France, les taureaux meurent face à des enfants


Mis à jour le 19 août 2021

Ayant reçu les images de la novillada de Beaucaire du 25 juillet de la part de lanceurs d’alerte, nous publions ces éléments accablants. Avec ces photographies des derniers instants de vie de ces six jeunes taureaux, mis à mort par des toreros adolescents, l’un de ces spectateurs d’un jour nous a confié son témoignage.

Hr blog

Les taureaux meurent, comme toujours dans les arènes françaises, dans d’incommensurables souffrances, sous les bravos de leurs tortionnaires et sans comprendre ce qui leur arrive. Des enfants très jeunes, assistent à ces spectacles délétères pour leur développement psychique, sont formés à cela et d’autres, à peine majeurs, participent même à des actes de mise à mort d’une extrême crudité et violence. Notre société devrait dès aujourd’hui mettre des gardes fous vis-à-vis de la jeunesse, d’ici à l’interdiction pure et simple de ces pratiques barbares injustifiables.

Des enquêtes et des images qui continuent de dénoncer ces pratiques barbares

Nous n’avons jamais cessé de condamner la corrida. Des premières manifestations dans les années 1990 aux côtés de Théodore Monod, quand l’association s’appelait encore Aequalis et Talis, puis du long partenariat avec Jean-Pierre Garrigues à aujourd’hui, devant cette novillada, un rite de passage pour les jeunes toreros, ayant eu lieu à Beaucaire. Le 25 juillet, donc, nos militants sensibilisaient le public à l’aide de nos images d’enquête, que ce soit celle, intitulée « Graine de toreros », ou celle de 2019 à l’école taurine de Nîmes, toutes deux menées en infiltration. 

Et nous ne cesserons que lorsqu’elle ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Dans les faits, elle est une torture pour les animaux concernés, même si légalement elle bénéficie d’une exception « culturelle », et constitue un spectacle nocif pour tout un chacun, au premier chef desquels les enfants, un public particulièrement vulnérable.

Ennui, dégout et pitié

Pour ce lanceur d’alerte qui assistait pour la toute première fois à un spectacle de ce type: 
« Convaincu du fait qu'il ne faut point s'autoriser à juger de ce qu'on a point expérimenté, j'ai donc franchi le pas et me suis rendu aux arènes beaucairoises avec un ami. [...]

Mes sentiments prédominants pourraient se définir ainsi : ennui, dégoût et pitié. Pitié pour ces animaux qui, c'était évident, se demandaient ce qu'ils faisaient là, mais également pitié pour ces spectateurs qui applaudissaient avec une gravité ridicule à chaque coup d'épée qui signait l'agonie d'un jeune taureau. N'entendaient-ils pas les cris de douleurs glaçants des animaux ? Ne voyaient-ils pas, après la besogne du picador, les plaies béantes d'où le sang jaillissait en geyser ?

Je me suis souvenu des discours esthétiques de connaissances férues de corrida : la tragédie, la beauté, la philosophie. Je me suis même documenté sur son esthétique... Or je n'ai vu qu'un charcutage immonde - qui m'a donné la nausée - renouvelé à six reprises à la cadence d'usine. Sitôt une pauvre bête occise, une autre faisait son entrée, aussi éberluée que la précédente. »

Les enfants, eux, n’ont pas le réflexe de se protéger

« J'ai été surpris de constater, dès mon arrivée, la présence des enfants, certains très jeunes avec leurs parents. [...] Je pensais que la charge émotionnelle décrite par les adeptes de corrida n'était pas adaptée à des enfants. J'en suis désormais convaincu. Toutefois, ce que j'ai vu était encore en dessous de ce que je pressentais sur la question.

Ainsi, à peine quelques minutes après l’entrée du premier taureau dans l'arène, il a envoyé valser quatre hommes qui le harcelaient. Des adultes se sont caché le visage dans leurs mains. Les enfants ont pris cette vision en pleine face. Eux n'ont pas eu le réflexe de se protéger. Qu'ont-ils compris ? Qu'ont-ils ressenti ? Je l'ignore mais cela m’interroge et me gêne.
L'un des toreros s'est retrouvé en collants sur le sable, ses ballerines ayant volé au moment de l'impact. [...] C'était grotesque et terrible. »

À part le taureau qui a perdu la vie en se vidant se son sang sous les pointes acérées des armes, aucun des acteurs n’a été gravement blessé.

« Enjoliver cette tuerie sous des considérations philosophiques quasi-mystiques me remémore la phrase que Napoléon fit à Talleyrand : « Tenez, Monsieur, vous n’êtes que de la merde dans un bas de soie. » »

Notre rapport de 2009 est tristement toujours d’actualité.
Nous serons à nouveau présents cet été à la Feria de Béziers le 14 août après-midi, aux côtés du Colbac, nos partenaires au sein de la FLAC. Rejoignez-nous !

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

La corrida, une histoire de tripes et de boyaux One Voice contre la corrida : action coordonnée dans treize départements !

Commentaires 29

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Beetle | jeudi 25 novembre 2021

Après on s'étonne de la violence des enfants .Beaucoup de jeunes sont de plus en plus violents, ne respectant plus les animaux ni les humains Tellement monstrueux cette pratique, barbares . Il est grand temps que ces monstruosités cessent .

Esyram | mercredi 22 septembre 2021

C'est tellement triste et inhumain qu'il n'y a pas de commentaires à faire.

Lune | jeudi 02 septembre 2021

A la vue de ces images j'ai la nausée. En fait, c'est pire, je suis anéantie. Comment en sommes-nous encore là en 2021. La cruauté fait elle partie intégrante de l'homme ? J'ose encore espérer que non.

moustic | dimanche 29 août 2021

La pire espèce vivant sur cette terre ... l'homme ... homo sapiens ????
À quoi lui sert cette faculté de penser, cette faculté à prendre conscience ?
Malheureusement pas toujours pour le bien et trop souvent pour le mal.
Le seul à tuer pour le plaisir, à torturer avec la même satisfaction ... à détruire !!!
Aucun animal sur cette terre n'agit de la sorte.
Au plus vite nous disparaîtrons, au plus vite cette planète pourra revivre et on peut faire confiance à l'homme cette fois pour que cela arrive très vite avec cet appât du gain insatiable qui le domine et qui aggrave encore sa malfaisance !!!!