le lundi 19 juillet 2021 | 2

Coitus interruptus pour les déterreurs de blaireaux dans le Lot-et-Garonne


Mis à jour le 07 août 2021

L’audience concernant notre recours au tribunal administratif de Bordeaux
pour défendre les blaireaux s’est déroulée le 29 juin 2021. Pour le rapporteur
public, l’arrêté pris par le préfet du Lot-et-Garonne le 11 décembre 2020
permettant la tenue de la période complémentaire de vénerie sous terre des
blaireaux de mi-mai à mi-septembre 2021 devait être annulé totalement ou
partiellement. Nous étions donc optimistes, et la bonne nouvelle est tombée ce
soir du 19 juillet 2021 : l’arrêté est annulé !

Hr blog

Parmi les griefs que nous avions envers cet arrêté, il y avait le fait que le préfet n’avait pas fait précéder a publication d’une consultation publique.
Pour nous, l’arrêté était également «entaché d’une erreur manifeste d’appréciation», il «méconnai[ssai]t le principe de précaution» et était «entaché d’un détournement de pouvoir».

Pour Muriel Arnal, présidente fondatrice de One Voice :

« Les blaireaux sont des animaux pacifiques qui sont protégés dans la majorité des pays d’Europe. Et pour cause ! Leur population reste relativement stable et ils ne créent pas de dommages. La seule raison pour l’autorisation de périodes complémentaires de leur déterrage, c’est le seul plaisir des chasseurs ! »

Le tribunal administratif de Bordeaux vient de décider de suivre les conclusions du rapporteur public. C’est une grande nouvelle pour les blaireaux du Lot-et-Garonne. En effet, les déterreurs de blaireaux, qui sont autorisés à exécuter leur sinistre besogne de l’automne au printemps, ne pourront plus le faire cet été. Alors, certes, de mi-mai à aujourd’hui, il leur a été possible de tuer des blaireaux en creusant dans le sol meuble des terriers, mais là s’arrête leur jeu macabre. Nous sommes extrêmement heureux de cette conclusion positive.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Les chasses traditionnelles des oiseaux remises en place par le gouvernement, One Voice saisit le Conseil d’État Oise : 1700 renards risquent l’échafaud

Commentaires 2

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

amie des animaux | mardi 27 juillet 2021

Merci, merci pour vos combats, votre courage et votre détermination à œuvrer pour le respect des animaux non humains. Je ne comprendrais jamais toute cette cruauté dont est capable l'animal humain envers l'animal non humain. Cette absence de compassion, d'amour et de conscience du monde du Vivant montre bien l'infériorité de cette espèce et non sa supériorité comme l'animal humain aime à le croire !!!

trochu | lundi 19 juillet 2021

Oui mais comme vous le dites ces chasseurs pourront continuer à le faire durant d'autres périodes ce qui n'est pas entièrement gagné, cet arrêté doit être interdit définitivement durant toute l'année et non pas juste "durant l'été". Les chasseurs sont d'immondes personnages ignobles et infâmes ce sont des criminels, des violents et des agressifs et nous le savons ! J'aspire à une interdiction totale de la chasse quelle qu'elle soit en France, pays qui ne peut prétendre au civisme, grandeur, valeur et morale et encore moins "beauté" de la façon dont elle considère et traite les animaux, êtres vivants autant que quiconque.