le jeudi 06 août 2020 | 71

Chiens de chasse en Dordogne : le combat continue !


Mis à jour le 06 août 2020

Malgré la maltraitance caractérisée, le préfet de Dordogne refuse implicitement la saisie en urgence des chiens détenus. One Voice porte l’affaire au plus haut niveau de l’État et dépose une nouvelle plainte pour les chiens et deux ânes !

Hr blog

Comme nous nous y étions engagés, nous n’avons pas baissé la garde dans l’affaire qui nous oppose à Richard Mandral, éleveur périgourdin maltraitant.

Une intolérable impunité

Depuis nos premières constatations au printemps 2019, et malgré la libération de seize chiens en février dernier, le sort des détenus de Monsieur Mandral ne s’est pas amélioré. En Dordogne, les chiens de chasse ne semblent pas bénéficier de la même protection que dans le reste de la France... À moins que ce ne soit les chasseurs qui y jouissent du privilège de les maltraiter impunément ? Quoique maltraitance soit encore un bien faible mot, car chez Monsieur Mandral, les chiens continuent à souffrir dans des conditions sanitaires catastrophiques. Et pas seulement eux ! Comme un fait exprès, deux ânes subissent eux aussi désormais la négligence de cet homme décidément bien peu concerné par les soins à apporter aux animaux sous sa garde comme par la procédure en cours.

L’enquête continue

Les nouvelles images que nos enquêteurs ont ramenées montrent sans détour que la situation des chiens n’a pas changé mais aussi que malgré la mise en demeure de Monsieur Mandral de diminuer le nombre de chiens détenus, il continue à les laisser se reproduire !
Quant aux ânes, leurs sabots n’ont pas été parés depuis plusieurs mois, ce qui engendre une grande souffrance et pourrait même occasionner leur mort. L’un d’eux est déjà totalement infirme...

One Voice dénonce l’inertie du préfet

C’est donc cette fois auprès du procureur de la République à Périgueux que One Voice a déposé une nouvelle plainte, demandant la saisie en urgence des chiens et des ânes face à cette situation de danger imminent et l’inertie du préfet.
Et contre cette intolérable impunité dont les chiens exploités pour la chasse sont les premières victimes, nous avons également déposé un recours pour excès de pouvoir contre le préfet de Dordogne et alerté de cette situation le Premier ministre, la Garde des Sceaux et le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Ce qui se déroule sous nos yeux est un scandale et nous nous battrons jusqu’au bout pour que justice soit faite et que plus aucun chien ne souffre entre les mains de ce chasseur !

Annie Réma
Hr blog

Dans la thématique

Contre les blaireaux et nous, éleveurs et chasseurs comme cul et chemise Stop au déterrage complémentaire des blaireaux en Gironde !

Commentaires 71

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

paola | jeudi 20 août 2020

Si les ânes qui souffrent le martyr avec des sabots trop longs et handicapants
n'ont plus de chance de survie, peut être est-ce encore temps pour les chiens si les autorités veulent bien se dépêcher au lieu de rester aveugles et sourdes !
Ce bourreau d'animaux mériterait une fermeture définitive de son élevage sans possibilité de reprendre d'animaux et une très lourde amende......
C'est à croire que les responsables politiques jouissent du martyr que les animaux subissent...
Le préfet est certainement chasseur et le bien-être animal n'est pas sa première préoccupation...il remplit bien mal sa fonction...il devrait démissionner s'il est incapable de faire respecter la loi ....

laurence | jeudi 20 août 2020

Merci One voice pour toutes vos actions.

La Renarde | mercredi 19 août 2020

Bonjour, décidément, je crois qu'il est plus que temps de se mobiliser en France contre le lobby si incroyablement puissant de la chasse! J'ai vu votre action dans le média "la Relève et la Peste" qui révèle les atrocités des chasseurs vis-à-vis des animaux sauvages, en particulier des renards et des blaireaux, comme vis-à-vis des enfants, qu'on conditionne à devenir quasi psychopathe! Ce qui explique bien des choses depuis des décennies quant aux comportements cyniques et violents de bien des Occidentaux. Allez-vous lancer une campagne sur le thème non seulement du lien entre les deux, mais aussi pour l'interdiction du déterrage en France ? Je vois que le combat va être long et rude, quand on voit à quel point les préfets sont soumis aux options politiques du président actuel, prêt à tout céder aux chasseurs. Mais peut-être y a t-il une ouverture du côté européen, comme pour la chasse à la glu? Je crois que cette cause, qui me semble parallèle à celle des atrocités dans les abattoirs, qui a marqué les esprits, est susceptible d'avoir de grands retentissements. Merci encore et encore pour tout ce que vous faites. J'avais dû cesser les dons, trop nombreux pour trop de bonnes causes, mais je les reprends avec ferveur. Se battre pour le respect des animaux, notamment sauvages, revient aussi à se battre pour le respect de tous les humains, surtout des plus vulnérables.

Krol | dimanche 16 août 2020

Merci pour votre courage. Tout mon soutien.